Social : Les syndicats réclament de 20 à 50 $ d'augmentation pour le salaire minimum dans le textile

Le Conseil national du salaire minimum a entamé lundi les discussions afin d'envisager une augmentation du salaire mensuel des travailleurs de l'industrie de la confection, actuellement de 194 dollars mensuels.

Selon le ministère, les syndicats du secteur souhaitent obtenir une augmentation des salaires mensuels de 20 à 50 dollars pour leurs membres.
Selon le ministère, les syndicats du secteur souhaitent obtenir une augmentation des salaires mensuels de 20 à 50 dollars pour leurs membres. Photo ILO

Des membres du Conseil national du salaire minimum, composé de la GMAC, de la Confédération cambodgienne du travail, du syndicat FTU, ainsi que des associations d'usines, des organisations de la société civile et des ONG, participaient à cette première réunion au ministère du Travail.

Selon le ministère, les syndicats du secteur souhaitent obtenir une augmentation des salaires mensuels de 20 à 50 dollars pour leurs membres.

Ath Thorn, président de la Confédération cambodgienne du travail, a déclaré que la réunion d'hier constituait une étape préliminaire visant à recueillir des informations auprès des parties prenantes du secteur.

Un rapport a été remis au ministère du Travail et au Conseil national du salaire minimum sur les dépenses quotidiennes des ouvriers de l'usine, celles concernant les achats alimentaires des ouvriers et les sommes qu'ils envoient dans leurs familles.

Selon M. Thorn, les travailleurs peuvent « se débrouiller » avec le salaire minimum actuel, mais avec l'augmentation du coût de la vie, le salaire minimum ne sera plus suffisant pour vivre l'année prochaine :

« Selon nos calculs, une augmentation de 20 à 50 dollars du salaire de base actuel de 190 dollars est raisonnable car le coût de la vie a augmenté et continue d'augmenter. »

Pour Toch Ser, présidente du syndicat FTU :

« Nous voulons que le salaire des travailleurs soit augmenté car cela contribuera à résoudre efficacement les problèmes de leur vie quotidienne. Nous sommes, bien sûr, également attentifs aux problèmes des employeurs, en particulier à la suite de la pandémie et des blocages successifs, et c'est pourquoi nous ne demandons qu'une petite augmentation ».

Selon le communiqué du Conseil national du salaire minimum, la réunion d'hier a permis d'entendre les points de vue des représentants des parties prenantes sur l'évolution des critères sociaux (statut des ménages, taux d'inflation et coût de la vie) et économiques (productivité, compétitivité nationale, situation du marché du travail et marges bénéficiaires du secteur).

« Les représentants des employeurs et ceux des travailleurs n'ont toutefois pas été en mesure de confirmer certains chiffres, et le feront lors d'une prochaine réunion », précise le communiqué. Le conseil a fixé les 24 et 23 août et les 7, 14, 22 et 23 septembre 2022 pour les prochaines réunions visant à discuter de cette question des salaires.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône