Cambodge & Société : Une protection sociale et une société plus équitable pour les vendeurs de rue

Ancienne ouvrière d'usine, Pov Chandary, 30 ans, est aujourd'hui vendeuse ambulante et son mari est chauffeur de tuk-tuk - leurs emplois sont généralement qualifiés d'informels, car ils ne sont pas réglementés ni protégés par la loi et l'État.

Pov Chandary, vendeuse de rue et mère de deux enfants, qui réclame des prestations de protection sociale égales pour tous les travailleurs. Photo Oxfam
Pov Chandary, vendeuse de rue et mère de deux enfants, qui réclame des prestations de protection sociale égales pour tous les travailleurs. Photo Oxfam

Chandary, mère de deux enfants, a pu constater les différences et se rappeler des avantages auxquels elle avait droit, en tant que travailleuse du secteur formel, dans le cadre des régimes de protection sociale dont elle bénéficiait, notamment les soins de santé, les indemnités de maladie et d’accident du travail, le congé de maternité et les indemnités compensatoires. Elle souhaite que les vendeurs de rue et les autres travailleurs de l’économie informelle bénéficient des mêmes avantages.

Au Cambodge, une vendeuse de rue comme Chandary est confrontée à des difficultés majeures : insécurité des revenus, mauvaises conditions sanitaires, absence de protection sociale et différentes formes de harcèlement et de discrimination.

Les vendeurs de rue bénéficient d’une protection juridique limitée en matière de droits du travail, sont confrontés à de mauvaises conditions de travail, ne peuvent pas bénéficier d’une aide de l’État en matière de formation et d’éducation formelle et ont moins de chances d’obtenir des prêts pour développer leur activité.

Vendeur de rue à Phnom Penh
Vendeur de rue à Phnom Penh. Photo CG

Parfois, ils sont harcelés par les propriétaires, la police ou les autorités locales pour quitter leur espace de vente. Le choc de la pandémie a ajouté une étape supplémentaire à leurs difficultés existantes, les rendant plus vulnérables et exposés aux risques et incertitudes sanitaires et socio-économiques.

Outre l’absence de garantie de revenus et de sécurité, les vendeurs de rue ne sont pas enregistrés dans le système national de sécurité sociale et ne sont pas répertoriés dans la collecte de données officielles, et leur contribution à l’économie est sous-estimée et souvent exclue, ce qui entraîne une représentation limitée pour répondre à leurs besoins et améliorer leur situation.

Les difficultés rencontrées par Chandary ne sont ni nouvelles ni exceptionnelles au Cambodge, mais la situation reste inchangée et s’est même aggravée à la suite de la pandémie.

Vendeuse de boissons ambulante
Vendeuse de boissons ambulante. Photo CG

Si l’on y regarde de plus près, les vendeurs de rue sont les entrepreneurs « invisibles » — malheureusement sans protection ni reconnaissance malgré leur énorme contribution au développement économique local et national, notamment en payant des impôts. Les commerces de rue, gérés par les vendeurs de rue — dont la majorité sont des femmes — fournissent à des millions de citoyens, dans des pays à revenu intermédiaire faible comme le Cambodge, de la nourriture et des biens plus abordables dans les lieux publics, principalement les rues, les chaussées et les trottoirs. Ils se déplacent d’un endroit à l’autre pour échanger leurs produits et marchandises de manière pratique, ce qui évite à de nombreuses personnes de devoir se rendre sur les marchés. Les vendeurs de rue absorbent évidemment la main-d’œuvre dans l’économie urbaine et contribuent à réduire les migrations à risque.

Malgré leur contribution, dans de nombreux pays à revenu moyen inférieur, la fourniture d’une protection sociale efficace reste un défi majeur, car beaucoup sont exclus du système de protection sociale.

Nous pouvons trouver des vendeurs de rue dans toutes les villes et capitales du monde, en particulier en Asie. Le Cambodge a peut-être l’une des plus grandes présences de vendeurs de rue de la région. Sur les 1 673 390 personnes enregistrées, environ 62 780 (3,8 %) vendeurs de rue exercent différentes formes de commerce (NIS/EC2011). Environ 16 419 d’entre eux (1 %) sont basés à Phnom Penh, et 75 % sont des femmes.

Vendeuse de fruits ambulante
Vendeuse de fruits ambulante. Photo CG

La Journée internationale des vendeurs de rue est la preuve que les vendeurs de rue gagnent en visibilité et c’est l’occasion pour le Cambodge de montrer la voie en matière de reconnaissance et de protection des vendeurs de rue dans la région.

Cette année, à l’occasion de la 9e Journée internationale des vendeurs de rue, Oxfam, en collaboration avec l’association Independent Democracy of Informal Economy (IDEA) et d’autres parties prenantes, a célébré cette occasion pour souligner l’importance des vendeurs de rue dans l’inclusion sociale et leur contribution au développement économique national.

Profitons de cette occasion pour plaider en faveur d’une compréhension plus inclusive des travailleurs de l’économie informelle, d’une plus grande reconnaissance des besoins sociaux et économiques des vendeurs de rue et de leurs contributions continues à la société cambodgienne.

« Comme les autres types de travailleurs, les vendeurs de rue méritent de jouir des mêmes droits et d’accéder aux dispositions de protection sociale et à la liberté d’association afin qu’ils puissent eux aussi bénéficier des mêmes avantages que les autres travailleurs formels au Cambodge »

Au lieu de les éloigner de la rue, le Royaume du Cambodge devrait leur donner accès à des systèmes de protection sociale, notamment à une assurance maladie, à des services de garde d’enfants abordables, à des emplacements appropriés pour le commerce de rue et à des lieux de travail propres, à des services financiers abordables et à des informations sur la santé publique et la sécurité alimentaire.

Nous envisageons une société qui ne laisse personne de côté. Le Cambodge s’est fixé pour objectif de devenir une société égale, équitable et inclusive. Cependant, cela ne sera possible que si nous nous engageons clairement à mettre en place des politiques et des pratiques de protection sociale plus inclusives et équitables pour chaque citoyen cambodgien.

Oxfam et ses partenaires sont prêts à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement pour faire des objectifs de protection sociale une réalité, afin que les vendeurs de rue comme Chandary puissent à nouveau accéder aux prestations de protection dont elle bénéficiait autrefois. Nous continuerons à collaborer avec d’autres partenaires clés du développement pour que cela devienne une réalité.

 

Sophoan Phean est la directrice nationale d’Oxfam. C’est une Cambodgienne qui possède une riche expérience et des réseaux internationaux. Elle est également responsable de la justice pour les femmes chez Oxfam. Comme de nombreuses femmes de sa génération, elle est née et a grandi en temps de guerre, dans la pauvreté et dans une société patriarcale, des expériences qui renforcent son engagement en faveur du genre et de la justice sociale.

Oxfam

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône