Cambodge & Société : Sak Sokthy, le mécanicien handicapé qui soutient sa mère

Sak Sokthy, un jeune Cambodgien atteint de phocomélie, a abandonné l'école en 7e année à l'âge de 19 ans parce qu'il n'avait aucun moyen de se rendre à l'école par ses propres moyens. Il travaille aujourd'hui comme mécanicien.

Sak Sokthy répare des motos dans la commune de Prasat, dans le district de Preah Netr Preah de Banteay Meanchey. Photo fournie
Sak Sokthy répare des motos dans la commune de Prasat, dans le district de Preah Netr Preah de Banteay Meanchey. Photo fournie

« J’ai quitté l’école à cause des problèmes de transport. Ensuite, j’ai essayé d’étudier pour devenir technicien de télévision, mais je n’ai pas réussi à percer dans ce métier, alors je me suis tourné la réparation des motos », raconte Sokthy.

Le jeune Cambodgien est né avec une phocomélie. Il s’agit d’une maladie génétique qui empêche les personnes atteintes de plier les articulations de leurs poignets, qui paralyse leurs paumes et réduit le nombre de doigts de leurs mains.

Sokthy est le plus jeune fils d’une famille d’agriculteurs comptant au total neuf frères et sœurs et vivant dans la commune de Prasat du district de Preah Netr Preah, dans la province de Banteay Meanchey.

« Pas différent des autres étudiants débutants, lorsque j’ai étudié la réparation des motos, j’ai été blâmé par le chef mécanicien pour lui avoir passé les mauvaises clés ou avoir oublié de remettre les vis dans le moteur, des erreurs simples qui font partie de l’apprentissage. Je reconnais que je suis confronté à des obstacles supplémentaires dans mon travail, mais malgré cela, je me suis accroché à la carrière de réparateur de motos. Je savais que je pouvais le faire et maintenant j’ai prouvé que c’était possible. Chaque jour, j’ai beaucoup de travail, sauf lorsque nous avons de très mauvaises conditions météorologiques qui perturbent les activités de tout le monde », raconte-t-il.

Seul le résultat compte

Lorsque qu’un client, Chhun Lim, a conduit jusqu’à l’atelier de réparation de Sokthy, il a été surpris de rencontrer mécanicien qui s’est immédiatement mis au travail sur sa moto. Sokthy a demandé à Lim de garer sa moto et il a commencé à sortir ses outils pour enlever la chambre à air pendant que le propriétaire de la moto s’asseyait et attendait sur un banc à proximité.

Le propriétaire de la moto, âgé de 23 ans, confie qu’il pouvait voir que le mécanicien handicapé était compétent et travaillait aussi dur que les autres :

« Ne jugez pas le livre à sa couverture, comme on dit, concentrez-vous sur les résultats du travail qu’ils font pour vous guider. »

Lim, qui a lui-même travaillé comme mécanicien automobile, a été impressionné par le sérieux et les compétences de Sokthy :

« Il fait du bon travail. Il dit qu’il peut même réparer des moteurs. Mais je peux voir que c’est plus difficile pour lui de se déplacer jusqu’au marché pour acheter des pièces, par exemple », confie le client.


Sak Sokthy, mécanicien handicapé qui soutient sa mère
Sak Sokthy, mécanicien handicapé qui soutient sa mère. Photo fournie

En raison de son budget limité pour acheter des pièces détachées, Sokthy doit les acheter à d’autres étals pour effectuer des réparations en fonction des besoins des clients du jour.

Travail acharné pour une vie plus heureuse

Lorsque ses huit frères et sœurs se sont mariés et ont fondé leur propre famille, Sokthy a décidé de redoubler d’efforts pour gagner de l’argent afin de subvenir à ses besoins et à ceux de sa mère âgée.

Le jeune homme, qui aime poster ses activités professionnelles sur ses comptes Facebook et TikTok, confié qu’il n’est pas contrarié aujourd’hui par ses membres et son corps rabougris et qu’il se contente de travailler plus dur que les gens valides afin de gagner décemment sa vie, mais sans aucune amertume.

« Je me réjouis simplement de continuer à travailler dur pour gagner ma vie afin de pouvoir soutenir ma mère âgée à la maison, car mes frères et sœurs sont tous mariés et vivent loin d’elle. Mes frères et sœurs m’aident autant qu’ils le peuvent, mais c’est moi qui suis l’homme de la maison maintenant », dit-il.

Lorsqu’on lui demande s’il souhaite trouver une épouse un jour, Sokthy répond avec hésitation :

« Je suis inquiet à l’idée d’élever des enfants si je ne peux pas leur offrir une vie meilleure, mais je ne nie pas que j’y pense de temps en temps. »

Ironiquement, bien que Sokthy puisse fournir des services de réparation spécialisés à d’autres motocyclistes, il est incapable de conduire lui-même une moto standard et il n’a pas encore les moyens d’acheter une moto de type tricycle.

Les vidéos de Sokthy en train de réparer des motos ont été largement partagées et commentées sur Facebook, la plupart des gens exprimant leur sympathie pour les difficultés qu’il a surmontées dans la vie et son sérieux dans le travail.

Grâce à ces vidéos virales, Sokthy a reçu l’aide de philanthropes locaux qui ont trouvé son histoire inspirante.

« Trois personnes généreuses m’ont aidé à acheter des pièces détachées pour travailler et cela m’a beaucoup aidé », dit-il.

En plus des motos, Sokthy peut également réparer certains appareils électroniques et des articles ménagers tels que des ventilateurs et des poêles. Le jeune homme explique que même si la réparation de motos s’avère parfois difficile et exigeante, il n’abandonne pas et n’ira pas mendier :

« Lorsque nous gagnons de l’argent sans travailler, nous le dépensons trop facilement et demander de l’argent aux autres, c’est honteux, je ne peux pas », dit-il.

Une aide venue d’en haut ?

Bien que Sokthy soit handicapé et vive dans la pauvreté, il n’a encore reçu aucun soutien des autorités. Khun Vuthy, directeur du département des affaires sociales, des anciens combattants et de la réinsertion des jeunes dans la province de Banteay Meanchey, affirme que toutes les personnes handicapées reçoivent généralement des aides sociales et d’autres aides du gouvernement.

« Pour les personnes handicapées, nous les inscrivons à l’aide du gouvernement et sur les 14 000 recensés au niveau national, nous avons environ 10 000 personnes sur la liste d’assistance à travers le pays.

« Sur la base de ce que vous me dites, le département de la protection sociale va se préparer à aider Sokthy conformément à la politique du gouvernement royal », indique Vuthy qui confirme que les personnes handicapées peuvent à la fois recevoir une carte d’invalidité et bénéficier d’une carte IDPoor. Il déclare qu’il rendra visite à Sokthy pour voir s’il est enregistré auprès du département et qu’il accélérera le processus afin de fournir à Sokthy l’aide à laquelle il a droit.

Cependant, ce que Sokthy souhaite le plus, c’est que son atelier de réparation de motos soit équipé et approvisionné en pièces détachées afin qu’il puisse continuer à offrir ses services à ses clients.

« Aujourd’hui, je ne peux réparer que les motos, mais si je peux me développer, j’apprendrai à réparer les voitures. Je sais que je vais réussir si j’en ai l’occasion », conclut-il.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône