Cambodge & Société : Prévenir l’augmentation des crimes avec violence

Le nombre de crimes avec violence a sensiblement augmenté dans le royaume en 2020. La gravité des crimes se serait aggravée en raison de difficultés financières, de problèmes de santé mentale et de toxicomanie dans de nombreux cas.

La police municipale de Phnom Penh

Constance

Un facteur constant tout au long de ces crimes : les auteurs sont des hommes s’en prenant aux épouses, filles, maîtresses et parfois à eux-mêmes. Les crimes semblent devenir de plus en plus audacieux avec l’utilisation plus fréquente d’armes à feu. Le 30 décembre 2020, un suspect a tiré et tué le chef adjoint du Bureau des affaires criminelles mineures à la suite d’un accident de la circulation. Le porte-parole de la police municipale de Phnom Penh, San Sok Seiha, a déclaré que le contrôle des armes à feu est le même que celui d’autres pays, mais qu’il y a encore des lacunes. Au cours des huit premiers mois de 2020, 2418 infractions pénales ont été enregistrées, mais plus de 700 cas de violence se sont produits, a confirmé Chhay Kim Khoeun, porte-parole de la police nationale.

Plus d’attention

Qu’il s’agisse d’accidents de la route, de problèmes familiaux ou de problèmes d’argent, les experts exhortent le gouvernement à accorder plus d’attention aux problèmes de santé mentale. Ils suggèrent que d’autres parties prenantes devraient participer à des campagnes de lutte contre la santé mentale et la consommation d’alcool. Dr Pa Chanroeun, Docteur en philosophie sociale suggère qu’il existe des facteurs clés qui pourraient expliquer la récente vague de violence et de meurtres. Selon lui, celles-ci incluent le manque de services de santé mentale, une certaine acceptation de la violence au sein de la société cambodgienne, la crise économique en cours causée par la pandémie COVID-19, ainsi que la consommation d’alcool et de drogues. Chanroeun avance que ces problèmes ont été exacerbés l’année passée en raison de l’incertitude entourant la pandémie et ont souvent conduit à une perte de maîtrise de soi.

« Pour résoudre ce problème, nous devons promouvoir l’éducation sur ces questions, ainsi qu’une formation spécialisée en ce qui concerne les drogues et l’alcool »

Cycle de détresse puis de destruction

Il a ajouté qu’outre le gouvernement, c’est également le rôle des enseignants, des moines et des universitaires d’aider à diffuser informations et conseil. Hour Sithol, conseiller en psychoéducation, pense que les drogues et l’alcool sont les facteurs clés à traiter en priorité, car ils contribuent à des « crises de santé mentale plus graves ». Il explique que tout le monde souffre de crises émotionnelles ou psychologiques dans une certaine mesure, mais que la plupart ne revêtent pas un aspect pathologique. Cependant, a-t-il ajouté, ces problèmes peuvent largement dégénérer lorsque la drogue et l’alcool sont impliqués. La consommation de ces substances, avertit Sithol, tend à aggraver les difficultés financières, ce qui perpétue un cycle de détresse puis de destruction. Bon nombre des récents actes de violence, poursuit-il, étaient liés à des personnes psychologiquement perturbées ou instables placées dans des situations de stress élevé.

« La recherche démontre que les personnes qui regardent beaucoup de vidéos d’histoires violentes peuvent être influencées dans certains cas et donner un mauvais exemple à la jeunesse »

Promouvoir des programmes de sensibilisation

Sithol exhorte le gouvernement à réduire ou à arrêter la promotion de l’alcool et à en restreindre la vente, en particulier aux jeunes et aux mineurs. Selon lui, le gouvernement doit également promouvoir des programmes de sensibilisation à la santé mentale, améliorer les ressources, les services et les programmes d’accès.

Le directeur adjoint du groupe de défense des droits de l’homme LICADHO, Am Sam Ath, a déclaré que le niveau encore limité d’application de la loi au Cambodge a entraîné des violences et des homicides. La violence continue, affirme-t-il, parce que les victimes et les auteurs règlent fréquemment les différends hors des tribunaux en raison d’un manque de connaissance des options juridiques disponibles. Il a appelé les autorités à appliquer la loi sur les crimes violents et à éduquer les citoyens sur la moralité et le droit à la protection. En particulier, il appelle le public à signaler les incidents d’abus et de violence.

« La jalousie, les problèmes familiaux et les problèmes financiers — parmi les riches et les pauvres — contribuent à un cycle sans fin de violence », conclut-il.

Avec Cambodianess. Version anglaise ici...

Recevoir les articles dès leur publication

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône