top of page

Cambodge & Société : Nouvel appel à la répression contre le vapotage

L'ONG « Cambodian Movement for Health (CMH) » vient de renouveler son appel aux autorités pour qu'elles prennent des mesures contre la vente d'e-cigarettes. « Ces produits continuent d'être largement promus sur les médias sociaux, malgré les efforts des autorités pour les restreindre », annonce-t-elle.

Illustration D.Avez
Illustration D.Avez

Dans son communiqué de presse, la CMH écrit que la promotion des e-cigarettes, également appelées vapes, reste très répandue. Elle demande aux autorités de « prendre des mesures plus strictes pour empêcher les jeunes de devenir dépendants ».

Selon l’ONG, grâce à une surveillance régulière, les médias sociaux tels que Facebook, Tik Tok et Telegram sont utilisés pour faire de la publicité et vendre des vapes. Les vendeurs utilisent souvent des images et des vidéos conçues pour attirer les plus jeunes. En outre, certaines célébrités et influenceurs locaux ont été vus en train d’utiliser ces produits, donnant ainsi un mauvais exemple à leurs jeunes fans, affirme l’ONG..

« Cette activité a ralenti pendant un certain temps, car les autorités ont pris des mesures actives pour poursuivre les vendeurs et leur faire signer des accords promettant de cesser de les vendre. Mais dernièrement, la vente et la distribution de vapes ont rebondi sur les médias sociaux », indique le rapport de l’association.

Mak Chito, chef adjoint de la police nationale en charge de la lutte contre la drogue, rappelle que le ministère de la Santé ainsi que l’Autorité nationale de lutte contre la drogue, ont émis une interdiction stricte de l’utilisation des vapes, même si le Cambodge n’a pas encore adopté de loi interdisant leur utilisation :

« Les autorités ont mené des raids et demandé aux vendeurs et aux consommateurs de cesser et de s’abstenir. Nous avons réprimandé les vendeurs et sensibilisé leurs clients. Une fois qu’ils ont signé une lettre d’engagement de ne plus vendre ou de ne plus consommer, ils ont été autorisés à rentrer chez eux. Si un contrevenant est attrapé à nouveau, nous appliquerons d’autres sanctions », précise-t-il.

La distribution et l'utilisation de ces produits sont interdites au Cambodge, conformément aux instructions relatives à la prise de mesures préventives pour mettre fin à l'importation et à l'utilisation de produits de shisha et d'E-Cigarette, publiées en 2014.
La distribution et l'utilisation de ces produits sont interdites au Cambodge, conformément aux instructions relatives à la prise de mesures préventives pour mettre fin à l'importation et à l'utilisation de produits de shisha et d'E-Cigarette, publiées en 2014.

Selon Mak Chito, les autorités n’ignorent pas le problème et continuent d’enquêter sur les cas de vente ou de distribution d’e-cigarettes, qu’elles soient vendues à domicile ou par le biais des médias sociaux.

Selon l’Autorité nationale de lutte contre la drogue, « les cigarettes électroniques contiennent de la nicotine, qui crée une forte dépendance, en particulier chez les enfants et les jeunes. Elle peut causer de graves dommages au développement du cerveau des enfants, en affectant leur mémoire et en rendant la concentration difficile, ce qui peut affecter leur capacité à travailler et à apprendre ».

Selon les résultats préliminaires d’une recherche effectuée par l'ONG locale sur l’utilisation, la distribution et le trafic d’e-cigarettes dans les écoles, la plupart des jeunes qui connaissent les vapes l’ont appris par les médias sociaux. Selon la CMH, la présence de publicités — ainsi que de démonstrations, conçues pour que leur utilisation paraisse attrayante ou glamour — sur les médias sociaux a un effet dévastateur sur les jeunes et leur avenir.

À propos

L’e-cigarette ou cigarette électronique a été développée par un pharmacien en Chine au début des années 2000. Il s’agit d’un dispositif qui produit un aérosol de nicotine en utilisant une batterie pour chauffer une solution (généralement à base de propylène glycol ou de glycérol) de nicotine et d’agents aromatiques. Le dispositif est cylindrique et possède un embout buccal pour inhaler la vapeur.

Contrairement à d’autres formes de substituts nicotiniques, les e-cigarettes permettent à l’utilisateur d’imiter le rituel main-bouche de la cigarette, mais elles délivrent la nicotine vaporisée aux poumons sans les sous-produits toxiques qui accompagnent le tabagisme. Ainsi, ils semblent intuitivement plus naturels et acceptables pour le fumeur habitué.

Une récente revue Cochrane des preuves de l’efficacité des e-cigarettes suggérait que les e-cigarettes pouvaient augmenter les chances d’un arrêt à long terme. Aucune des études incluses n’a signalé d’effets indésirables graves liés aux e-cigarettes, bien qu’il ait été reconnu que la qualité des preuves était faible en raison du petit nombre d’essais, des faibles taux d’événements et des larges intervalles de confiance autour des estimations ; en outre, il existe des preuves limitées de la sécurité à long terme des e-cigarettes, que ce soit pour l’utilisateur ou pour les personnes exposées passivement aux vapeurs. Des inquiétudes ont été exprimées à plusieurs reprises quant au fait que les e-cigarettes représentent une passerelle vers la cigarette pour les jeunes, qu’elles ont des effets toxiques et qu’elles produisent des substances cancérigènes. Il n’est pas clair dans quelle mesure les e-cigarettes sont utilisées comme une aide au sevrage tabagique, pour réduire le tabagisme ou simplement comme une nouvelle habitude liée à la nicotine.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page