top of page
Ancre 1

Cambodge & Société : Malen, Khmer transgenre, « je ne suis pas seul »

Confidences de Malen recueillies dans le cadre de l'exposition « Women Love Women » qui se tient au Wild Phnom Penh jusqu'au 22 novembre 2023.

Malen. Photo Lola Javier
Malen. Photo Lola Javier

« Je suis un homme transgenre. À l'âge de 8 ans, j'ai commencé à me sentir comme un garçon vivant dans un corps de femme. Je ne pouvais pas expliquer ce sentiment. Certains de mes camarades de classe me maltraitaient, même si j'essayais de cacher la vérité. Au lycée, je tombais amoureux de mes amies et j'avais très peur que ma famille ou d'autres personnes découvrent mes penchants. »

Malen. Photo Lola Javier
Malen. Photo Lola Javier

Le tournant s'est produit en 2014, lorsque j'ai eu l'occasion de travailler dans une ONG et de travailler bénévolement sur un projet social qui soutient les minorités, y compris les personnes LGBTIQ+. Cela m'a permis d'obtenir des informations sur le sujet et j'ai rencontré de nombreux couples homosexuels au Cambodge.

« J'ai finalement accepté ma vraie personnalité et le fait que mes sentiments étaient tout à fait naturels ; je pourrais peut-être même vivre une vie normale, en sachant que mon comportement n'a rien de farfelu et que je ne suis pas seul. »

Compte tenu du respect que je porte à ma vie, donnée par mes parents, je leur dois, ainsi qu'à moi-même, d'être courageuse, d'être vraie et aussi heureuse que possible. J'ai fait mon coming out cette année-là et mes parents m'ont rejeté pour cela. Pire encore, ils m'ont forcé à choisir entre ma famille et mon moi authentique, et j'ai donc décidé de quitter ma maison. J'espère toujours qu'un jour ils m'accepteront.

Malen. Photo Lola Javier
Malen. Photo Lola Javier

Après mon coming out, j'ai eu différentes expériences avec des filles qui ont abouti à une dernière rencontre : ma petite amie actuelle. Nous nous sommes rencontrés via les médias sociaux en 2020, plus précisément dans un groupe LGBTIQ+ cambodgien. L'attirance était évidente, elle était drôle et postait des contenus joyeux. Une première pour moi, nous sommes tombés amoureux en discutant en ligne. La première fois que nous nous sommes vus, c'était dans un café et elle m'a accueilli en me serrant chaleureusement dans ses bras.

« Elle m'a aidé à surmonter la tristesse. Elle m'a appris le véritable amour. Elle est courageuse et confiante dans ses sentiments. Je suis très fier d'elle et de notre relation.»

À propos

Lola Javier est une photographe indépendante passionnée qui travaille avec des appareils numériques et analogiques. Originaire de France, elle vit aujourd’hui au Cambodge.

Women love Women

Cette exposition est sa première et marque la forte symbolique des messages qu’elle souhaite transmettre à travers son art. L’événement est organisé en partenariat avec Queer Ladies of Cambodia (QLC). Illustrations et design d’Emma Tan.

Wild - 13Y rue 830, Phnom Penh

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note

Merci pour votre envoi !

bottom of page