Cambodge – Société : Les Cambodgiens et l’explosion du digital

Il y a tout juste dix ans, les Cambodgiens qui voulaient surfer sur le web devaient se rendre dans les cyber cafés défraîchis et bruyants de Phnom Penh ou Siem Reap. Les ordinateurs étaient vétustes, les coupures de courant fréquentes et les ventilateurs de plafond couinaient dans un effort désespérant pour garder les clients au frais. L’heure d’Internet se facturait à cette époque entre 1500 et 2000 riels et il n’était pas rare de voir des groupes de collégiens se ruer sur les cyber cafés dès la sortie des cours, pour pouvoir jouer en réseau, chatter avec les petites amies ou fréquenter les sites coquins.


L’homme d’affaires Sourn Narein se rappelle d’un temps pas si lointain où les smartphones étaient aussi rares que les ordinateurs portables équipés de la Wifi. Sirotant un café dans un établissement de style italien, et observant ces jeunes compatriotes manipulant tablettes et smartphones, il se rend à l’évidence : ”…les temps ont bien changé…c’est bien plus moderne. Il y a à peine cinq ans, les Cambodgiens n’avaient pas toutes ces technologies à leur disposition. Pour beaucoup, cela rend la vie plus facile. En ce qui me concerne, c’est très utile pour mon business et contacter mes clients…”, avoue-t-il.

Les jeunes citadins cambodgiens de la classe moyenne ont à présent accès à tous les derniers matériels et logiciels. Ils suivent les nouvelles sur leurs smartphones, et utilisent largement les outils de recherche en ligne pour leurs devoirs. Pour certains d’entre eux, la croissance économique, et l’augmentation du niveau de vie favorisent largement cette explosion du digital, encouragée également par le marketing incessant et agressif des opérateurs et fournisseurs d’accès ainsi que des vendeurs de téléphones portables et tablettes.

Les statistiques sont convaincantes. Selon le régulateur des télécommunications du Cambodge, les utilisateurs d’Internet sont passés de 320.000 en 2010 à plus de 6,7 millions aujourd’hui, tandis que la société Geeks, spécialisée dans le marketing digital rapporte que le royaume compte maintenant 3,4 millions d’utilisateurs individuels Facebook.

Le digital a probablement facilité les échanges d’affaires mais cette croissance ultra-rapide des médias sociaux au Cambodge a également provoqué des changements majeurs dans la vie politique. Le réseau social FaceBook aurait, selon certains observateurs, largement contribué à la bonne performance de l’opposition lors de l’élection nationale de 2013 alors que le parti au pouvoir avait perdu 22 sièges. A travers les réseaux sociaux, les leaders de l’opposition avaient ratissé très large, inaugurant peut-être la première campagne électorale digitale du Royaume. Toutefois, le Premier ministre Hun Sen a pris note avec la création d’une page Facebook publiant très régulièrement ses activités, les actions du gouvernement, les décisions importantes et, assez souvent, quelques posts plus en rapport avec sa vie sociale. L’homme fort du pays a même encouragé les citoyens à communiquer avec lui, ou son équipe, directement à travers sa page, et de lui faire part des attentes du peuple. Le premier ministre a aussi largement abondé ses ministères de recommandations incitant les ministres et secrétaires d’état à faire de même afin de pouvoir communiquer efficacement avec la jeunesse cambodgienne politiquement consciente, insiste-t-il.


”…L’information et la technologie de communication ont complètement changé la façon dont les Cambodgiens vivent et travaillent ces jours-ci…”, déclare Khov Makara, un porte-parole du ministère des Postes et Télécommunications, qui proposera bientôt un projet soutenu par le gouvernement visant à atteindre une plus grande ”connectivité” d’ici 2020. Le gouvernement considère les technologies de l’information et les télécommunications comme des piliers fondamentaux susceptibles de pousser le développement du pays, non seulement en facilitant et en améliorant les échanges existant mais aussi en créant de nouvelles opportunités de développement de services et d’applications telles le commerce en ligne encore embryonnaire dans le Royaume.

Pour Kheng Piseth, de l’Institut Open, une ONG cambodgienne axée sur le développement l’éducation et l’accès à la technologie de l’information; qui observe le développement de ces technologies au Cambodge, il n’est pas besoin d’attendre : “…Nous devrions essayer de prédire les besoins futurs de la population et de comprendre ce qu’ils veulent pour rendre leurs conditions de vie plus faciles, avant de penser à inventer quelque chose de nouveau pour faire face à ces besoins…”, déclare-t-il.


Dans un collège de Phnom Penh, Sreyneang Sur, un étudiant de 13 ans, a déjà pris cette initiative avant-gardiste. Avec une équipe de jeunes étudiantes, ils ont développé “ImEx”, application mobile conçue pour relier les agriculteurs avec des acheteurs potentiels. Les collégiens, qui ont appelé leur collectif ”LiGeek” , visent ainsi à aider les agriculteurs à contourner les intermédiaires pratiquant des prix abusifs en vendant leurs produits directement aux consommateurs. “…Nous avons créé cette application mobile dans l’espoir que les agriculteurs soient mieux payés pour leur labeur…”, déclare Sreyneang.


Reste à savoir si les bienfaits de ce secteur à croissance rapide pourront se développer au-delà des centres urbains vers les provinces, qui restent avec l’agriculture l’un des moteurs de l’économie du Royaume.


Banniere Cambodge Mag.jpg
KHEMA

La Poste et Pasteur

La qualité et la générosité Khéma sur place ou à la maison grâce aux services de Meal Temple Cambodia, NHAM24 et Grocery Delivery20% de remise

MALIS

Phnom Penh

La cuisine cambodgienne sur place ou à la maison. 20% de remise sur les plats à emporter. Passez votre commande dès maintenant au 015 814 888

1V7A0428.jpg
TOPAZ

Phnom Penh

Gastronomie fine sur place ou à la maison. 20% de remise accordés sur l'ensemble des plats à emporter. Passez votre  commande dès au 081 333 279

S'INSCRIRE PAR E-MAIL

  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône