Cambodge & Société : Enquête sur les survivants du génocide Khmer rouge

Depuis plus de deux décennies, le Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam) enquête auprès des survivants du régime des Khmers rouges afin de développer une meilleure compréhension des besoins, intérêts et perspectives des survivants.

Parmi les 31 000 survivants. Photo fournie
Parmi les 31 000 survivants. Photo fournie

Grâce à une généreuse subvention de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) au cours de l’été 2021, le DC-Cam a été en mesure d’étendre considérablement ses efforts dans ce domaine, en particulier en ce qui concerne le développement d’une meilleure compréhension des conditions de santé et de bien-être des survivants. En août 2022, le DC-Cam a recueilli des informations auprès de plus de 31 000 survivants des Khmers rouges, et ce qui suit reflète certaines observations préliminaires récoltées dans le cadre de ce travail.

Comme on pouvait s’y attendre, le DC-Cam a constaté que la majorité des survivants des Khmers rouges qui ont participé à son enquête ont cité les circonstances financières comme étant la principale raison pour laquelle ils n’ont pas cherché à se faire soigner pour des problèmes de santé mentale ou physique, des handicaps ou des affections.

Le DC-Cam a également constaté que parmi les problèmes de santé physique ou mentale signalés par les survivants, l’hypertension et les troubles gastro-intestinaux, suivis par le paludisme, les maladies mentales et les maladies cardiaques, étaient, dans cet ordre, les problèmes de santé les plus importants et les conditions débilitantes pour les survivants.

En août 2022, le DC-Cam a recueilli des informations auprès de plus de 31 000 survivants des Khmers rouges
En août 2022, le DC-Cam a recueilli des informations auprès de plus de 31 000 survivants des Khmers rouges. Photo fournie

à remarquer que ces conditions coïncident également avec les observations préliminaires des souvenirs des survivants.

« 80 % des survivants interrogés par le DC-Cam déclarent avoir des souvenirs troublants de la période des Khmers rouges qui résonnent encore aujourd’hui, et 25 % des personnes interrogées disent avoir encore des cauchemars de cette période, bien qu’elle se soit déroulée il y a plus de quarante ans. »

Enfin, le DC-Cam a constaté que les médicaments, par opposition aux visites à un prestataire de soins de santé public ou privé ou à un hôpital, sont la principale méthode utilisée pour le traitement des besoins de soins médicaux persistants ou inattendus. La dépendance des survivants à l’égard des médicaments pour répondre aux besoins de soins médicaux peut indiquer que, plutôt que les seules ressources financières, l’accès aux soins peut également être fortement influencé par d’autres conditions d’accessibilité géographiques ou socio-organisationnelles qui se chevauchent.

Parmi les 31 000 survivants. Photo fournie
Parmi les 31 000 survivants. Photo fournie

L’accès peut être conceptualisé de différentes manières — de la distribution des services, ressources et installations médicales aux caractéristiques externes d’une population, telles que la couverture d’assurance, les attitudes à l’égard des soins médicaux et les revenus.

« Il est possible que l’amélioration de l’accès, et par conséquent l’amélioration de la santé et du bien-être des survivants de crimes d’atrocité, soit moins une question de situation financière des survivants qu’une question de commodité, de confiance et de fiabilité des soins médicaux. »

La recherche du DC-Cam dans ce domaine est loin d’être terminée, et ces résultats sont préliminaires par nature ; cependant, ils soulèvent de nombreuses questions et implications qui sont d’une grande pertinence pour le travail actuel et potentiel avec la communauté des survivants au Cambodge et dans d’autres pays post-conflit.

Alors que le DC-Cam poursuit son travail dans ce domaine, nous sommes impatients de partager nos conclusions et nos recommandations avec le public, non seulement pour mettre en lumière la détresse, les défis et les obstacles à l’accès aux services sociaux et de santé essentiels pour les survivants des Khmers rouges, mais aussi pour déterminer les améliorations à apporter à la conceptualisation par la communauté internationale de la justice pour les survivants de crimes d’atrocité dans toutes les sociétés post-conflit du monde.

 

L'auteur de cet article, Youk Chhang, est le directeur exécutif du Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam). L’accent mis par le centre sur la mémoire et la justice vise à aider les Cambodgiens à découvrir les vérités dont dépend une véritable réconciliation nationale. Parmi ses nombreuses contributions à la vérité et à la justice, Chhang a témoigné devant le tribunal des Khmers rouges en tant que témoin vivant du génocide, a développé un programme d’éducation sur le génocide à l’échelle nationale avec un fort soutien de la base, et a établi six centres régionaux de documentation sur le génocide, dont la bibliothèque Reine Mère, pour faciliter la recherche et favoriser la réconciliation.


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône