Cambodge & Société : Baisse de la violence contre les enfants

Pour l’ONG World Vision, la violence à l’encontre des enfants au Cambodge semble être en déclin, mais demeure préoccupante.

Atelier de sensibilisation. Le projet de protection de l'enfance de World Vision estime qu'il a bénéficié à 355 000 personnes. Photo fournie
Atelier de sensibilisation. Le projet de protection de l'enfance de World Vision estime qu'il a bénéficié à 355 000 personnes. Photo fournie

Il y a plusieurs années, World Vision Cambodge a commencé à mettre en œuvre des projets liés à la protection des enfants, notamment pour mettre fin à toutes les formes de violence. Ceci après que des études sur le problème eurent déterminé que les chiffres pour le Royaume étaient relativement élevés.

Chhim Ratana, responsable de la campagne de non-violence de World Vision Cambodge, explique qu’en raison des chiffres élevés concernant les maltraitances, World Vision a mis en œuvre un certain nombre de projets, dont celui intitulé « Non-Violence Model Campaign: You Can Do, I Can Do » qui vise à mettre fin aux violences — en particulier les punitions physiques ou corporelles infligées aux enfants par les parents et les enseignants.

« Nous menons des programmes dans 33 villes et districts de la capitale et dans 8 provinces et 150 000 enfants ont bénéficié de ces projets », précise-t-elle.

Elle ajoute que selon une enquête nationale menée en 2013 par le ministère de la Condition féminine :

« plus de 75 % des enfants ont subi une forme de violence au moins une fois avant d’atteindre l’âge de 18 ans. Cependant, une nouvelle étude menée par le ministère de la Santé en 2021 a révélé que ce chiffre était tombé à environ 60 % des enfants qui ont déclaré avoir subi une punition violente avant 18 ans. »

Selon Ratana, si l’on compare les résultats de 2013 et ceux de 2021, le nombre de violences semble avoir diminué, mais elle estime que le problème demeure préoccupant.

Le rapport de l’ONG indique que les violences ont des effets extrêmement négatifs à long terme sur le bien-être personnel, le comportement et la capacité à réaliser leur potentiel. Le rapport souligne que d’autres impacts incluent un mauvais apprentissage, une santé médiocre, des problèmes professionnels et de relations sociales.

Mme Ratana estime que le public devait offrir aux enfants « un environnement positif et des opportunités afin qu’ils puissent réussir dans la vie ». Elle appelle les parents et enseignants à changer de comportement et à cesser d’utiliser la violence comme moyen de discipliner les enfants, au profit d’une éducation positive.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône