top of page
Ancre 1

Cambodge & Santé : Réduire les maladies liées au tabagisme.

Selon un fonctionnaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'augmentation des taxes sur le tabac dans le Royaume pourrait accroître les recettes publiques et réduire les maladies liées au tabagisme.

Yel Daravuth, fonctionnaire technique de l’OMS, l’a souligné lors d’une table ronde sur les mesures fiscales relatives au tabac, qui s’est tenue fin décembre à l’Académie royale du Cambodge à Phnom Penh.

Le forum, auquel participaient des experts, des chercheurs et des représentants de diverses organisations, a abordé la question de la résistance des fabricants de tabac.

M. Daravuth a souligné que ces entreprises emploient souvent des tactiques trompeuses, telles que la diffusion d’informations erronées selon lesquelles les augmentations de taxes entraîneraient une évasion fiscale qui, à son tour, ne toucherait que les fumeurs à faible revenu et se traduirait par une perte de recettes fiscales et des pertes d’emplois.

Il a balayé ces affirmations d’un revers de main : « En termes de charge fiscale, la Thaïlande et les Philippines se situent respectivement à 78 % et 71 %, et affichent les taux d’évasion fiscale les plus bas de l’ASEAN, soit 5,5 % et 6,5 %. La corrélation entre l’augmentation des taxes sur les cigarettes et la contrebande illégale de cigarettes est faible ; elle dépend plutôt des pratiques de gouvernance des autorités de chaque pays. À l’inverse, les pays dont la gouvernance en matière de recouvrement des impôts est efficace ne connaissent pas de baisse des recettes fiscales après une augmentation des taxes ».

Constatant que la capacité des gens à s’offrir des cigarettes restait élevée, Daravuth a observé que certaines entreprises avaient augmenté le prix des cigarettes six mois avant la hausse des taxes.

Selon l’analyse de l’Alliance pour le contrôle du tabac en Asie du Sud-Est (SEATCA), cette stratégie de tarification préventive a permis aux fabricants locaux de cigarettes de réaliser un bénéfice supplémentaire d’environ huit millions de dollars.

Mom Kong, directeur exécutif de l’ONG Cambodia Movement for Health, a également déclaré que les études du ministère de la Santé et de l’OMS indiquent que 94 % des personnes interrogées sont favorables à l’augmentation des droits de douane sur les produits du tabac, et que seulement 6 % s’y opposent.

« Le Cambodge maintient une pression fiscale faible sur les produits du tabac, les cigarettes locales étant taxées à 25 % et les cigarettes importées à 31 % du prix de vente au détail. Cette accessibilité financière incite les jeunes à commencer à fumer et encourage les fumeurs actuels à fumer davantage », dit-il.

Ky Sereyvath, directeur général de l’Institut d’études chinoises du CCR, a évoqué l’évolution de l’environnement tabagique pour les jeunes, qui passent du tabagisme au vapotage. Cette tendance peut avoir un impact sur leur santé et entraver la croissance de l’espérance de vie de la population en général.

« Une autre observation notable est que le coût des services de santé devient une charge importante pour le gouvernement lorsque les gens souffrent de maladies liées au tabagisme. Cela augmente la pression sur les dépenses du gouvernement, qui s’appuient sur des politiques visant à augmenter les dépenses publiques chaque année », a-t-il déclaré.

Selon l’OMS, les maladies liées au tabac font 15 000 victimes par an au Cambodge. Il s’agit notamment d’accidents vasculaires cérébraux, de maladies coronariennes, d’infections respiratoires, de bronchopneumopathies chroniques obstructives et de cancers du poumon. Notamment, 33 % de ces décès surviennent dans la tranche des revenus les plus faibles.

En outre, le tabagisme entraîne une perte économique annuelle de 649 millions de dollars, ce qui équivaut à 3 % du PIB du Cambodge.


Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación

Merci pour votre envoi !

bottom of page