Cambodge & Santé : OMS et gouvernement lancent un appel à la prudence face au variant Delta

Du 19 au 21 août 2021, le ministère de la Santé a enregistré 241 cas de variant Delta, ce qui porte à 999 le nombre de cas depuis la première détection du virus le 31 mars dernier.

Mme Or Vandine, porte-parole du ministère de la Santé
Mme Or Vandine, porte-parole du ministère de la Santé

Dans un communiqué de presse publié dimanche 22 août, le ministère a annoncé que le Delta avait été détecté dans la capitale et 22 provinces, à l’exception de Kep et de Kratie. Si certains des cas ont été découverts sur des passagers de compagnies aériennes et des travailleurs migrants cambodgiens revenant de Thaïlande et du Vietnam, un grand nombre de personnes infectées n’avaient eu aucun contact extérieur, ce qui suggère une transmission de type communautaire.

Le 19 août, le gouvernement a levé certaines des mesures restrictives qu’il avait imposées pendant 21 jours auparavant dans tout le pays afin d’empêcher la propagation du Delta. Chaque province est autorisée à appliquer ses propres mesures.

Le ministère de la Santé a lancé un nouvel appel à la vigilance :

« Nous dénombrons à présent 999 de cas Delta confirmés. Mais je me demande combien d’autres ont contracté le virus. Nous devons nous donner la main pour empêcher qu’il ne se propage davantage », a déclaré Mme Or Vandine, porte-parole du ministère de la Santé, lors d’une tournée dans la province de Prey Veng.

« Nous devons réagir au-delà de ces derniers cas et ne pas oublier que le nombre de personnes infectées par cette variante est probablement plus important et cela est préoccupant », a-t-elle ajouté.

Selon l’OMS, les quatre autres souches connues de Covid-19 sont endémiques, c’est-à-dire répandues, communes et persistantes, mais leur impact est généralement minime, car l’homme y a été exposé quelque temps et a développé une immunité.

La représentante de l’OMS au Cambodge, Li Ailan, a également souligné que le Delta posait un gros problème pour le Royaume et appelle la population à se faire vacciner pour contribuer à endiguer la propagation du virus et d’adhérer efficacement aux mesures sanitaires.

Mme Li a fait l’éloge du programme de vaccination du gouvernement, qui, selon elle, se déroule rapidement et efficacement, tout en rappelant que la vaccination ne constituait pas la panacée.

« Les vaccinations réduisent le nombre d’hospitalisations, de maladies graves et de décès », a-t-elle déclaré, tout en mettant en garde contre un éventuellement relâchement de la vigilance.

« Si nous baissons la garde et si les restrictions sont levées trop tôt, nous pourrions voir se propager une nouvelle épidémie », a-t-elle souligné, appelant le public à appliquer strictement les mesures préventives.

Rappelons que le secrétaire d’État au ministère de la Santé, Ngov Kang, a déclaré le 21 août que le ministère n’autorisait pas les hôpitaux et cliniques privés à traiter les patients atteints du Delta.

« Lorsque les tests confirment que les patients sont atteints du variant Delta, ils doivent être envoyés dans un hôpital public. Nous devons minimiser les risques de transmission communautaire », a ajouté M. Kang.