Cambodge & Santé : Les patients Omicron demeurent tous dans un état « stable »

Un haut fonctionnaire du ministère de la Santé a annoncé que le Cambodge a jusqu’à présent détecté plus de 200 cas de la variante Omicron, provenant à la fois de l’étranger et de la communauté. Selon lui, aucun des patients ne présente de problèmes de santé graves jusqu’à présent.

La secrétaire d’État du ministère, Youk Sambath, a déclaré hier que chacun devait faire preuve d’une extrême prudence et s’efforcer de renforcer la mise en œuvre des mesures sanitaires préventives en vigueur.

« Jusqu’à présent, notre pays a recensé plus de 200 cas d’Omicron, mais aucun des patients infectés par l’Omicron dans nos hôpitaux ne présente de symptômes graves, car ils ont été correctement vaccinés », a-t-elle déclaré.

Elle a souligné que les patients étaient pris en charge par des médecins expérimentés.

« Dans tout le pays, nous avons cinq centres de traitement pour les patients infectés par Omicron à Phnom Penh, et dans certaines provinces, nous les admettons dans les hôpitaux provinciaux, comme à Siem Reap, Pursat et Kampot. Ces patients ne présentent pas de symptômes graves », a-t-elle ajouté.

Les cinq hôpitaux accueillant les patients détectés avec la variante sont le Centre national de lutte contre la tuberculose et la lèpre (CENAT), le Stade olympique, le Centre de santé Chak Angre, l’Hôpital de l’amitié khméro-soviétique et l’Hôpital Luang Mer.

Par ailleurs, le ministre du Travail et de la Formation professionnelle, Ith Sam Heng, a exhorté tous les propriétaires et directeurs d’usines et d’entreprises à sensibiliser les ouvriers et les employés à la nécessité de procéder à des injections de rappel pour contenir la propagation de l’Omicron.

Il a déclaré dans une note publiée hier que les entreprises devaient coopérer avec les autorités compétentes et les équipes médicales des Forces armées royales cambodgiennes (FARC) pour fournir des injections de rappel à leurs ouvriers et employés sur place ou dans un lieu désigné.

« Les propriétaires d’usines et d’entreprises doivent permettre aux employés de se faire vacciner dans un lieu désigné et offrir un jour de congé payé pour le jour où ils sont vaccinés avec une injection de rappel », indique l’avis.

Le ministère a indiqué que les propriétaires ou les directeurs d’usines et d’entreprises devaient remplir les informations relatives à la première et à la deuxième dose et aux injections de rappel reçues par leurs employés sur son site Internet sicms.mlvt. gov.kh.

Avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône