Cambodge & Santé : Le Royaume envisage une troisième injection de vaccin contre le COVID-19

Le gouvernement cambodgien envisage d’administrer une troisième dose aux citoyens entièrement vaccinés, a déclaré jeudi le ministère de la Santé, alors que d’autres pays annoncent des mesures similaires pour renforcer l’efficacité des vaccins existants.

Lors d’une conférence de presse jeudi, Or Vandine a déclaré que la campagne de vaccination de Phnom Penh était terminée — avec un peu plus de deux millions de personnes entièrement vaccinées. Le gouvernement a principalement utilisé deux vaccins de fabrication chinoise pour accélérer sa campagne de vaccination — Sinopharm dans les zones « rouges » et Sinovac dans le reste de la ville.

La responsable du ministère de la Santé a déclaré que le gouvernement envisageait une troisième dose, mais que seuls des essais et des recherches justifiaient l’utilisation d’une injection de rappel pour le COVID-19.

« Nous envisageons maintenant une troisième dose du vaccin ou un rappel… mais nous attendons d’abord l’étude scientifique mondiale », a-t-elle déclaré à la presse locale.

Elle a déclaré que les responsables de la santé allaient poursuivre la vaccination rapide des citoyens, espérant atteindre 10 millions de personnes vaccinées d’ici octobre de cette année.

« Les vaccins sont très importants. Ils contribuent à nous protéger contre les décès ou les maladies graves causés par le COVID-19. C’est l’avantage des vaccins », a-t-elle ajouté.

Jointe par Telegram, Or Vandine a exprimé sa confiance dans les vaccins utilisés au Cambodge, notamment le Sinovac, ajoutant que ces médicaments avaient été approuvés par l’Organisation mondiale de la santé.

Le gouvernement a utilisé Sinopharm et Sinovac depuis mars avant qu’ils ne soient approuvés par l’Organisation mondiale de la santé. Le 7 mai, l’OMS a approuvé Sinopharm avec une efficacité de 79 % et Sinovac a été approuvé le 1er juin avec une protection de 52 % contre la maladie symptomatique et de 100 % contre les hospitalisations et les décès.

D’autres pays ont envisagé ou pratiquent déjà des injections de rappel pour compléter les vaccins existants, en particulier les vaccins fabriqués en Chine. Selon le Wall Street Journal, les Émirats arabes unis administrent à leurs résidents une troisième dose du vaccin Sinopharm.

Bahreïn fait suivre deux doses de Sinopharm d’une injection de Pfizer-BioNTech. La Turquie fait de même et administre à ses habitants une troisième injection du vaccin de fabrication américaine pour les protéger de la variante Delta du nouveau coronavirus.

Reuters a rapporté jeudi que l’Indonésie et la Thaïlande envisagent d’offrir une injection de rappel à leur personnel médical vacciné avec le vaccin COVID-19 de Sinovac.

Phay Siphan, un porte-parole du gouvernement a déclaré que les vaccins fabriqués en Chine étaient un « bien stratégique » dans la lutte contre le COVID-19.

Vendredi, le ministère de la Santé a fait état de 30 décès, portant le nombre de décès à 855, et de 988 nouveaux cas, le nombre total de cas ayant dépassé la barre des 59 000.

Sun Narin – VOA Khmer

133 vues0 commentaire