top of page
Ancre 1

Cambodge & Rubrique Éco : Premières obligations vertes, or, noix de cajou et investissements

Émission historique d’obligations vertes, une première pour le Royaume, près de neuf tonnes de lingots d’or semi-raffinés au Cambodge depuis juin 2021, Le Cambodge veut devenir « l’empereur » de la noix de cajou, renforcer l’inclusion financière pour soutenir la croissance économique et réduire la pauvreté, un prêt BAD de 50 millions de dollars pour améliorer la gestion financière du Cambodge, près de 4 milliards de dollars d’exportations agricoles de janvier à novembre et 160 millions de dollars d’investissement dans les zones économiques spéciales au sommaire de cette rubrique éco.

 

CSX : émission historique d'obligations vertes, une première pour le Royaume

Cellcard (CamGSM), fournisseur de services de télécommunications, a franchi une étape historique en devenant la première entreprise de la Cambodia Securities Exchange (CSX) à être officiellement cotée en bourse et à émettre des obligations de développement durable. Cette opération a permis de lever près de 20 millions de dollars, destinés à l'expansion de ses activités commerciales.

CSX : émission historique d'obligations vertes, une première pour le Royaume
CSX : émission historique d'obligations vertes, une première pour le Royaume

Cellcard a officiellement émis les titres de créance le 24 novembre, accumulant 19,9 millions de dollars avec une période d’échéance de dix ans. Hong Sok Hour, PDG de CSX, souligne dans le communiqué de presse que les fonds provenant des obligations financeront des projets ayant un impact positif sur la société et l’environnement.

« Ce type d’obligation durable prend en compte des considérations sociales, visant à étendre la couverture aux communautés éloignées ou mal desservies, réduisant ainsi la fracture numérique et renforçant l’équité sociale », a-t-il déclaré.

Il a également souligné que la bourse locale n’était pas seulement une source continue de financement, mais qu’elle fournissait également une gamme d’instruments financiers attrayants et innovants profitant à la société et à l’économie nationale.

« La CSX continuera à promouvoir l’émission d’obligations sectorielles, telles que les obligations vertes, les obligations sociales et les obligations durables, afin d’aider le gouvernement à orienter l’économie nationale vers un avenir à faible émission de carbone. Cette démarche s’inscrit dans le cadre du plan stratégique national pour la croissance verte 2013-2030. Nous avons également plaidé en faveur de la gouvernance environnementale et sociale, initiée en 2022 », a-t-il ajouté.

Sou Socheat, directeur général de l’Autorité de régulation des marchés financiers du Cambodge (SERC), note qu’il s’agit de la deuxième cotation de CamGSM sur le CSX. La société a réalisé son premier appel public à l’épargne le 27 juin 2023, levant environ 5,2 millions de dollars.

La société a enregistré la vente d’obligations durables d’une valeur d’environ 19,9 millions de dollars, chacune ayant une valeur nominale de 100 000 riels (24,41 $) le 24 novembre.

Baptisé « CamGSM Sustainability Bond », le titre de créance offre un montant total de 19,9 millions de dollars pour une durée de dix ans, avec un taux d’intérêt nominal de SOFR+3 % ou 5,5 % par an (le plus élevé des deux), et des paiements de coupon semestriels.

Selon Socheat, les obligations de CamGSM, souscrites par GuarantCo Ltd, ont reçu une note de capacité de remboursement de niveau « AA - » de la part de Fitch Ratings le 16 mai 2023. Les obligations ont également été évaluées par l’agence locale de notation du Cambodge Plc avec une note KhAAA, confirmant leur nature peu risquée.

Au 24 novembre, la CSX comptait 21 sociétés cotées, dont onze sous forme de titres et dix sous forme d’obligations d’entreprise, ayant levé un total de 349 millions de dollars.

 

Près de neuf tonnes de lingots d’or semi-raffinés au Cambodge depuis juin 2021

Le Cambodge a produit près de neuf tonnes de lingots d’or semi-raffinés depuis le début de la production en juin 2021, ce qui constitue une nouvelle source non négligeable de revenus pour le gouvernement.

Près de neuf tonnes de lingots d’or semi-raffinés au Cambodge depuis juin 2021

« Jusqu’à présent, le Cambodge a produit environ 1 040 lingots d’or. Avec cet or, le gouvernement a gagné plus de 14,4 millions de dollars en redevances », a déclaré le ministre des Mines et de l’Énergie, S.E. Keo Rattanak lors du forum « Mining and Energy Policy in Cambodia »

Renaissance Minerals (Cambodia) ltd, une filiale de la société australienne Emerald Resources NL (ASX: EMR), est la principale société d’extraction d’or et opère dans la province du Mondolkiri. Son exploitation est située dans la région d’Okvau, dans la commune de Chung Phlas de Keo Seima, dans le sud-ouest de la province. L’exploitation commerciale a débuté le 21 juin 2022 et vise à produire en moyenne trois tonnes de lingots par an.

La société s’attend ainsi à ce que le projet génère 185 millions de dollars par an en flux de trésorerie avant impôts, contribuant à hauteur de 40 millions de dollars au budget national du gouvernement par le biais de redevances et d’impôts.

Dans la province de Preah Vihear, la société Delcom (Kampuchea) Pte Ltda a commencé une production expérimentale le 4 août 2023, produisant 20 lingots d’or semi-raffinés d’un poids d’environ 20 kg.

Cinq autres entreprises ont également obtenu des licences d’exploitation de mines d’or. Il n’existe pas d’entreprises formelles d’extraction d’or dans la province du Ratanakiri, bien qu’il existe trois licences actives d’exploration d’or - deux à une filiale de la société canadienne Angkor Gold Corp et une à la société chinoise Oriental Wisdom.

 

Le Cambodge veut devenir « l'empereur » de la noix de cajou

Le ministère de l’Agriculture, des forêts et de la Pêche, en collaboration avec le ministère du Commerce, a organisé un voyage de presse et d’étude de quatre jours sur la chaîne de production cambodgienne de noix de cajou dans les provinces de Phnom Penh, de Kampong Thom, de Kratie et de Stung Treng. La visite, qui bénéficie du soutien de l’Union européenne (UE), se déroulait du 29 novembre au 2 décembre 2023.

Le Cambodge veut devenir « l'empereur » de la noix de cajou

Im Rachna, porte-parole du ministère de l’Agriculture, a annoncé que plus de 50 participants avaient assisté à la visite. Parmi eux figuraient des représentants des ministères de l’Agriculture et du Commerce, de l’UE, de l’agence allemande de développement international GIZ et de 30 journalistes.

Mme Rachna a déclaré que cette visite de trois nuits et quatre jours était l’occasion de découvrir la chaîne de production du cajou, depuis la plantation et la récolte jusqu’à la transformation.

« Cette visite témoigne de l’étroite coopération entre toutes les parties prenantes, telles que le gouvernement, les entreprises et les représentants des médias, pour améliorer la chaîne de production du cajou et la contribution de l’UE au secteur grâce à des moyens de communication clairs et précis », a-t-elle déclaré.

Pour Bryan Fornari, chef de la coopération de la délégation de l’UE :

« L’UE représente un tiers des marchés mondiaux de la noix de cajou, tandis que le Cambodge produit le plus grand nombre de noix de cajou au monde. »

Reach Ra, secrétaire d’État au ministère du Commerce, a déclaré que le ministère du Commerce et les ministères concernés avaient élaboré conjointement la politique du pays en matière de noix de cajou. Cette stratégie se concentre sur la culture, le raffinage et l’exportation, avec pour objectif de développer la production et la transformation et d’organiser un produit compétitif, inclusif et durable.

« Le ministère du Commerce s’est efforcé de diversifier le marché en négociant l’ouverture de nouveaux marchés, notamment par le biais d’accords de libre-échange avec la Chine et la Corée. En outre, le ministère a signé un accord de partenariat économique global (CEPA) entre le Cambodge et les Émirats arabes unis », a-t-il déclaré.

Selon lui, grâce à ces accords de libre-échange, le pays bénéficiera d’un marché plus vaste, englobant les produits agricoles, les négociants en noix de cajou, les légumes, les fruits, les bananes, les mangues, le maïs, le poivre, le durian et les galettes de riz, ainsi que les fruits secs.

 

Banque Nationale du Cambodge : Renforcer l'inclusion financière pour soutenir la croissance économique et réduire la pauvreté

Selon S.E. Yim Leat, gouverneur adjoint de la de la Banque Nationale du Cambodge (BNC), l'inclusion financière a joué un rôle crucial dans le maintien de la croissance économique et la réduction des inégalités et de la pauvreté au Cambodge, grâce à la Stratégie nationale d'inclusion financière 2019-2025 et aux efforts de la banque centrale en partenariat avec les fournisseurs de services financiers.

S.E. Yim Leat, gouverneur adjoint de la de la Banque Nationale du Cambodge (BNC)
S.E. Yim Leat, gouverneur adjoint de la de la Banque Nationale du Cambodge (BNC)

S.E. Yim Leat a délivré cette remarque lors du programme de visite d’étude de la Communauté de pratique de la CESAP sur l’inclusion financière, qui s’est tenu à l’hôtel Sokha Phnom Penh la semaine dernière, en présence de délégués de Colombie, des Fidji, de Malaisie, du Bhoutan et du Népal.

Selon le gouverneur adjoint, la stratégie nationale d’inclusion financière 2019-2025 a été formulée pour déterminer des activités prioritaires et des plans d’action clairs afin d’accroître l’accès et l’utilisation de services financiers formels de qualité par les populations mal desservies.

« Au fil des années de mise en œuvre de cette stratégie, le paysage cambodgien de l’inclusion financière s’est considérablement amélioré. Ces résultats sont le fruit des efforts déployés par la Banque Nationale du Cambodge avec la participation d’associations, de prestataires de services financiers et d’autres parties prenantes concernées qui ont constamment participé à l’accélération de cette stratégie et de la protection des consommateurs au Cambodge », a-t-il déclaré.

Pour promouvoir l’éducation financière et numérique, la BNC a mis en œuvre de nombreux programmes d’éducation et d’inclusion financière tels que l’intégration de la matière financière dans le programme national, l’amélioration de l’éducation financière et numérique des femmes, la stimulation de l’esprit d’entreprise chez les femmes (dans le cadre du projet de l’ESCAP).

La BNC a toujours soutenu la diversification des services financiers et l’innovation afin d’étendre l’utilisation des services financiers aux populations non desservies et mal desservies. La BNC a développé diverses infrastructures de paiement telles que le système de paiement en ligne, le système de paiement par carte, le système de paiement par carte et le système de paiement par carte.

« Cela permet l’interconnectivité dans le secteur des paiements qui permet aux utilisateurs d’effectuer des transactions de paiement entre différents fournisseurs de services de paiement, systèmes de paiement et portefeuilles électroniques. La KHQR est non seulement largement utilisée pour les paiements de détail au Cambodge, mais elle permet également à la NBC de développer un système de paiement transfrontalier dans d’autres pays », souligne le gouverneur adjoint.

Le KHQR est un système universel de code à réponse rapide (QR) créé pour les paiements de détail au Cambodge. Il suffit d’un seul QR pour recevoir un paiement à partir de n’importe quelle application mobile, y compris l’application Bakong.

Selon la BNC, il y avait un total de 19,5 millions de comptes de portefeuilles électroniques en 2022, contre 13,6 millions de l’année précédente.

Le pays a enregistré 1 milliard de transactions de paiement en ligne pour un montant total de 272,8 milliards de dollars l’année dernière.

Chea Vannak — AKP

 

La BAD approuve un prêt de 50 millions de dollars pour améliorer la gestion financière du Cambodge

La Banque asiatique de développement (BAD) a annoncé la semaine dernière qu’elle avait approuvé un prêt de 50 millions de dollars pour « aider le Cambodge à améliorer ses systèmes de gestion des finances publiques ».

La BAD approuve un prêt de 50 millions de dollars pour améliorer la gestion financière du Cambodge

La banque régionale de développement basée à Manille a déclaré qu’elle avait un partenariat de longue date pour soutenir les réformes de gestion des finances publiques du Cambodge aux niveaux national et sous-national depuis 2008.

« Des efforts accrus pour stimuler la numérisation des systèmes de GFP et renforcer les audits internes et externes figurent parmi les mesures de réforme visant à améliorer l’efficacité opérationnelle, à favoriser la responsabilité financière et à renforcer le contrôle des dépenses publiques », a déclaré la banque.

« Les réformes financées par la BAD répondent aux contraintes de développement identifiées par le gouvernement dans les processus de gestion des dépenses et des recettes du Cambodge. Elles amélioreront la capacité de mise en œuvre des ministères de tutelle et renforceront les fonctions d’audit externe », précise-t-elle.

 

Les exportations agricoles du Cambodge génèrent près de 4 milliards de dollars en janvier-novembre

Le Cambodge a exporté 7,3 millions de tonnes de produits agricoles dans la période janvier-novembre de cette année, générant près de 4,2 milliards de dollars américains de recettes, indique le dernier rapport du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche.

Bananes cambodgiennes destinées à l'export vers la Chine. Photo AKP
Bananes cambodgiennes destinées à l'export vers la Chine. Photo AKP

Les principaux produits agricoles exportés par le Cambodge sont le riz, les bananes, les mangues, le manioc, les noix de cajou, le maïs, l’huile de palme, le poivre et le tabac.

Le Royaume a expédié près de 600 000 tonnes de riz usiné et 2,4 millions de tonnes de riz paddy, rapportant respectivement 515 millions et 840 millions de dollars US, selon le rapport.

En outre, près de 4 millions de tonnes de produits agricoles autres que le riz, d’une valeur de plus de 2,5 milliards de dollars, ont été exportées à l’étranger au cours des onze premiers mois de 2023, indique le rapport.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, ce secteur demeure l’un des quatre piliers de l’économie cambodgienne. Il a contribué à hauteur de 22 % au PIB du pays en 2022 et 2,6 millions de personnes sont employées dans l’agriculture.

 

CDC : 160 millions de dollars d’investissement dans les zones économiques spéciales

Le Conseil pour le développement du Cambodge (CDC) a approuvé 13 projets d’investissement dans des zones économiques spéciales (ZES) pour un montant total de plus de 160 millions de dollars, qui devraient générer des milliers d’emplois à Svay Rieng, Preah Sihanouk et dans d’autres provinces.

initiative de SchneiTec Vibrant Co Ltd d’une valeur de 65,5 millions de dollars pour développer une centrale solaire de 60 mégawatts

Le CDC a annoncé le 30 novembre qu’il avait approuvé une initiative de SchneiTec Vibrant Co Ltd d’une valeur de 65,5 millions de dollars pour développer une centrale solaire de 60 mégawatts avec un système de stockage d’énergie dans la province de Svay Rieng.

D’autres entreprises dans la province comprennent Vacation Industry Co ltd avec un investissement de 7,3 millions de dollars ; Star United Christmas Decoration Co ltd avec 6 millions de dollars ; CH Lighting Tree Co Ltd avec 5,8 millions de dollars ; et Glorious Building Material (Cambodia) Co Ltd avec 1,2 million de dollars.

Les projets à Preah Sihanouk comprennent Justmarvelous Co Ltd avec une allocation de capital de 8,2 millions de dollars, Kamelun Wood Co Ltd avec 3 millions de dollars et Angel Wood (Cambodia) Co Ltd avec 1,4 million de dollars.

D’autres investissements seront réalisés dans diverses provinces dans le cadre de projets liés à des usines de confection. S’adressant au Forum des entreprises cambodgiennes en août dernier, le secrétaire général adjoint du CDC, Chea Vuthy, avait fait remarquer qu’en dépit des défis actuels tels que les retombées de la pandémie, les tensions géopolitiques et les différends commerciaux entre les États-Unis et la Chine, l’afflux d’investissements étrangers dans le pays était resté relativement stable.

 

Sources : Cambodge Mag - AKP - The Post - OMC - Ministère de l’Économie et des Finances - Département des Taxes - Ministère de l’Agriculture, des forêts et de la pêche - Cambodia Investment Review - AmCham

Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación

Merci pour votre envoi !

bottom of page