Cambodge : Résilience remarquable pour les envois de fonds des travailleurs migrants

Selon la Banque mondiale (BM), le Cambodge a été en 2020 l’un des principaux bénéficiaires des transferts de fonds des travailleurs parmi les économies émergentes de la région Asie de l’Est et Pacifique.

 l’argent envoyé par les cambodgiens travaillant à l’étranger s’est élevé à 1,3 milliard de dollars en 2020
L’argent envoyé par les cambodgiens travaillant à l’étranger s’est élevé à 1,3 milliard de dollars en 2020

Dans un rapport publié mercredi à Washington, la banque indique que l’argent envoyé par les cambodgiens travaillant à l’étranger s’est élevé à 1,3 milliard de dollars en 2020. Le Cambodge se classe ainsi au huitième rang dans la région, derrière la Chine (59,5 milliards de dollars), les Philippines (34,9 milliards de dollars), le Vietnam (17,2 milliards de dollars), l’Indonésie (9,7 milliards de dollars), la Thaïlande (8,3 milliards de dollars), le Myanmar (2,2 milliards de dollars) et la Malaisie (1,5 milliard de dollars).

Le document indique également que près de 655 000 migrants originaires du Cambodge, du Laos et du Myanmar ont demandé à être régularisés en Thaïlande depuis janvier et à travailler pendant deux années supplémentaires dans le cadre d’un programme d’amnistie.

« Comme condition préalable à l’obtention d’un permis de travail, les candidats devront passer un test COVID-19, qui coûtera 2 300 Bahts (environ 74 USD) », précise le rapport.

La banque Mondiale indique aussi qu’environ 40 000 travailleurs ont été confinés dans sept usines de la province thaïlandaise de Samut Sakhon afin de limiter la propagation du COVID-19. Environ 9 000 infections ont été constatées dans des usines disposant d’un hébergement sur place. « Les travailleurs peuvent continuer à travailler, mais ne sont pas autorisés à quitter les lieux », précise le rapport.

Pour l’ensemble de la région Asie de l’Est et Pacifique, la banque estime que les envois de fonds des travailleurs ont chuté de 7,9 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 136 milliards de dollars US en 2020, en raison de l’impact négatif du COVID-19.

« Une croissance modeste d’environ 2,1 % est attendue en 2021-22 en raison de la reprise prévue dans les principales économies d’accueil comme l’Arabie saoudite, les États-Unis et les Émirats arabes unis », déclaré la BM.

À l’échelle mondiale, les envois de fonds vers l’ensemble des pays à revenu faible ou intermédiaire ont diminué de 1,6 %, soit moins que prévu, pour atteindre 540 milliards de dollars l’an dernier.

La banque précise que cette baisse est inférieure à celle de 4,8 % enregistrée pendant la crise financière mondiale en 2009, et également inférieure à la baisse des investissements directs étrangers (IDE) dans les pays à revenu faible et intermédiaire, à l’exception de la Chine, l’année dernière.

En conséquence, les transferts de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire ont dépassé les IDE (259 milliards de dollars) et l’aide au développement à l’étranger (179 milliards de dollars) en 2020.

Dans une déclaration accompagnant le rapport, Michal Rutkowski — directeur mondial de la protection sociale et de l’emploi à la Banque mondiale — avance que les envois de fonds « continuent de constituer une bouée de sauvetage essentielle » pour les personnes pauvres et vulnérables.

« Les réponses politiques de soutien, ainsi que les systèmes nationaux de protection sociale, doivent continuer à être inclusifs pour toutes les communautés, y compris les migrants », dit-il.

Dilip Ratha, auteur principal du rapport, souligne la résilience « remarquable » des transferts de fonds.

« Les transferts de fonds permettent de répondre aux besoins accrus des familles en matière de moyens de subsistance », déclare-t-il. « Ils ne peuvent plus être traités comme de la petite monnaie.

« La Banque mondiale surveille les migrations et les envois de fonds depuis près de deux décennies, et nous travaillons avec les gouvernements et les partenaires pour produire des données actualisées et rendre les envois de fonds encore plus productifs. »

Avec la reprise de la croissance mondiale, la Banque mondiale prévoit que les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire augmenteront de 2,6 % pour atteindre 553 milliards de dollars US en 2021 et de 2,2 % pour atteindre 565 milliards de dollars US en 2022.

« Même si de nombreuses nations à revenu élevé ont montré des progrès significatifs dans la vaccination de leurs populations, les infections demeurent encore élevées dans plusieurs grandes économies en développement et les perspectives pour les transferts de fonds restent incertaines », conclut la banque.

43 vues0 commentaire