top of page
Ancre 1

Cambodge : Prévenir le travail forcé chez les sous-traitants de l'industrie textile

Le Cambodge prépare actuellement un sous-décret visant à améliorer les mécanismes de travail existants en ajoutant des procédures détaillées, des mécanismes de gestion permanents, des responsabilités pour les entreprises concernées, en particulier les sous-traitants, alors que le pays cherche à assurer la prévention de l’utilisation du travail forcé.

Usine textile à Phnom Penh. Photo ILO
Usine textile à Phnom Penh. Photo ILO

Le secrétaire d’État au ministère du Commerce, Sok Sopheak, qui dirige la commission pour la gestion de la sous-traitance dans l’industrie de l’habillement, du textile et de la chaussure, a livré ces remarques lors d’une récente réunion de la commission, de l’American Apparel & Footwear Association (AAFA) et de la VF Corporation.

Il a précisé que le gouvernement cambodgien avait accordé une grande attention à la prévention du recours au travail forcé et aux préoccupations de l’AAFA et de la VF Corporation, qui se demandaient si le travail forcé était utilisé pour produire des biens destinés à l’exportation.

Une commission interministérielle a été créée le 27 juin 2011 et a été modifiée le 23 janvier 2023 afin d’élargir son champ d’action. Des membres du ministère de l’Intérieur, du ministère du Commerce et du ministère du Travail et de la formation professionnelle ont été ajoutés à la commission pour réaliser une enquête spéciale sur le travail forcé au Cambodge.

« Le Cambodge est tenu de respecter les lois internationales. La commission a également diffusé les réglementations nationales relatives à l’utilisation du travail forcé auprès des usines et des entreprises afin d’éviter que le secteur privé ne viole la loi, ce qui peut entraîner des amendes, des sanctions et nuit aux intérêts des usines et des entreprises ainsi qu’à la réputation du Cambodge », a déclaré M. Sopheak.

Les représentants de l’AAFA et de la VF Corporation ont déclaré qu’ils étaient satisfaits des mesures prises par le gouvernement cambodgien.

Les entreprises ont également demandé à la commission de poursuivre son enquête sur les entreprises concernées. L’AAFA et la VF Corporation coopéreront pour fournir davantage d’informations nécessaires à la protection de la réputation des produits cambodgiens.

Hong Vannak, économiste à l’Institut des relations internationales de l’Académie royale du Cambodge, a déclaré à nos partenaires du Post que les préparatifs de ce sous-décret visaient à renforcer la capacité à stimuler les exportations vers les États-Unis et à accroître la confiance des acheteurs de vêtements, de textiles et de chaussures en provenance du Cambodge.

« Ce faisant, il est bon d’être transparent et de garantir le bien-être de nos travailleurs cambodgiens. Dans le passé, l’OIT (Organisation internationale du travail) a suivi de près ce travail et n’a signalé aucun problème », a-t-il déclaré.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page