Cambodge & Pêcheries : La première exportation de poisson « pra » pour la Chine est en cours

Hun Ty Co Ltd, la seule société qui a obtenu le droit de traiter le poisson-chat requin irisé (Pangasianodon hypophthalmus) pour l’exportation vers la Chine, traite actuellement le premier lot de 40 tonnes prévu pour la première expédition d’essai du Cambodge vers les côtes chinoises le mois prochain.

Une prise de poisson-chat requin Pangasius, la variété la plus communément désignée par le terme khmer « pra ». Photo Heng Chivoan
Une prise de poisson-chat requin Pangasius, la variété la plus communément désignée par le terme khmer « pra ». Photo Heng Chivoan

Cette annonce fait suite à une réunion tenue le 20 juillet pour régler certains problèmes liés à l’exportation, entre une équipe de l’Administration des pêches (FiA) du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche et les représentants des trois fermes piscicoles enregistrées auprès des clients chinois.

Ce poisson, parfois appelé simplement « requin irisé » bien qu’il ne s’agisse pas d’un requin, est l’une des variétés de poisson-chat les plus exploitées au Cambodge.

Il est connu en khmer sous le nom de « pra thom » et est l’un des membres de la catégorie des poissons-requins « pra » qui peut décrire de nombreuses espèces — mais pas toutes — du genre Pangasius (P) (les types « po » tels que P larnaudii et P sanitwongsei étant des contre-exemples notables) ou d’autres genres de la famille Pangasiidae tels que Helicophagus et Pangasianodon, mais pas Pseudolais.

Le directeur adjoint de la FiA, Hav Viseth, a déclaré hier que la société testait une ligne de production permettant de traiter environ une tonne de poisson-chat requin irisé par jour — bien en deçà de sa capacité maximale — achetée à la Yun Sovannarith Pra Fish Farm, l’une des trois fermes autorisées à élever et à fournir le poisson destiné à l’exportation vers la Chine.

« Une analyse de la chair des poissons à transformer — effectuée par la FiA dans le cadre d’une inspection de la qualité et de la sécurité — a donné de bons résultats »,a-t-il annoncé.

La semaine dernière, Hun Ty a commencé à acheter le poisson de la ferme, située dans le district de Prek Pnov au nord de Phnom Penh, à raison d’une tonne par jour pour le transformer et le congeler, précisant que cette première exportation servirait à évaluer la préférence des Chinois pour le poisson cambodgien « pra ». En cas de succès, « il est clair que les commandes vont s’accumuler et nous voulons que d’autres propriétaires de fermes piscicoles s’inscrivent pour une évaluation par les douanes chinoises afin de pouvoir exporter davantage de poisson “pra” en Chine ».

Chhuon Chamnan, directeur du département des technologies post-récolte et du contrôle de la qualité de la pêche (DFPTQ) de la FiA, a déclaré que l’exportation d’autres espèces de « pra » vers la Chine nécessiterait une autorisation supplémentaire.

Le directeur administratif de la ferme piscicole Yon Sovannarith Pra, Um Chan Chamnan, a révélé que l'acheteur Hun Ty envisageait d’augmenter ses achats à cinq tonnes par jour à l’avenir
Le directeur administratif de la ferme piscicole Yon Sovannarith Pra, Um Chan Chamnan, a révélé que l'acheteur Hun Ty envisageait d’augmenter ses achats à cinq tonnes par jour à l’avenir

Chan Chamnan a indiqué que la ferme et l’entreprise avaient conclu un contrat à court terme actuel à un « prix acceptable », notant que l’accord pourrait durer entre « un et deux mois », en raison des fluctuations constantes des taux du marché.

L’entreprise a besoin de poissons « pra » pesant entre 900 et 1 100 grammes, qui doivent tous être maintenus en vie pour préserver la fraîcheur et la qualité de la chair. Nous sommes prêts à étendre nos activités lorsque nos poissons « pra » auront le soutien des Chinois », a-t-il déclaré, précisant que la ferme fournissait également environ trois tonnes de poissons-chats requins au marché local.

La production de la pêche au Cambodge a atteint 856 400 tonnes en 2021, en baisse de plus de 8,5 % par rapport aux 936 300 tonnes de l’année précédente. L’aquaculture a représenté 40 676 % avec 348 350 tonnes, soit une baisse de 13,0 % par rapport aux 400 400 tonnes de 2020.

Hom Phanet avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône