Cambodge & Nature : Des loutres de Sumatra dans le Tonlé Sap

Des loutres de Sumatra, une espèce grandement menacée, ont été découvertes dans les plaines inondables du Tonlé Sap.

Loutre de Sumatra en captivité. Photo WP
Loutre de Sumatra en captivité. Photo WP

Dans son rapport, publié le 29 juin, le programme Wonders of Mekong indique que les plaines inondables du grand lac Tonlé Sap constituent encore un sanctuaire pour la loutre de Sumatra également appelée loutre à nez poilu (nom scientifique Lutra Sumatrana).

Contrairement à la plupart des mammifères, qui ont le nez lisse et humide, son nez est couvert de longs poils ressemblant à des moustaches. Cette loutre était autrefois commune dans toute l’Asie du Sud-Est, mais on ne la trouve plus qu’à certains endroits en Thaïlande, en Malaisie, au Vietnam, au Cambodge et à Sumatra.

Ces animaux particuliers sont également les plus rares. L’UICN les classe désormais parmi les espèces en danger et leur nombre diminue de façon dramatique.

En 1998, on pensait même que la loutre à nez poilu était éteinte, car elle n’avait pas été aperçue à l’état sauvage depuis de nombreuses années.

Grâce à des méthodes de suivi modernes telles que les caméra-pièges, de petites populations éparses ont été redécouvertes dans leur aire de répartition en Asie du Sud-Est. Cependant, la loutre insaisissable reste rarement vue par l’œil humain.

On sait encore peu de choses sur la taille actuelle de leur population et des recherches supplémentaires seront nécessaires pour bien comprendre leur répartition et leurs comportements.

Loutre de Sumatra en captivité. Photo WP
Loutre de Sumatra en captivité. Photo WP

Actuellement, on pense que les loutres à nez poilu se comportent comme la plupart des autres loutres d’eau douce. Elles consomment des poissons et des crustacés comme principale source de nourriture, mais aiment aussi manger des serpents, des lézards, des grenouilles et toute autre proie qu’elles peuvent trouver autour de la rivière.

Alors qu’on pensait autrefois qu’il s’agissait principalement d’animaux solitaires, la loutre à nez poilu a également été aperçue en petits groupes de quatre à six individus.

Le déclin de la population de ces loutres est principalement dû à la destruction de l’habitat des zones humides des basses terres et des forêts inondées. Les activités humaines, telles que les cultures et la pêche, modifient radicalement l’habitat des zones humides et suppriment les sources de nourriture des loutres à nez poilu et d’autres espèces sauvages.

Comme de nombreuses espèces en Asie, les loutres sont menacées par le braconnage et le commerce illégal d’espèces sauvages. En Asie, les loutres sont couramment chassées et tuées pour leurs luxueux manteaux de fourrure, qui sont vendus à des prix élevés en raison de la forte demande. Les actions visant à supprimer le commerce illégal de fourrures et à protéger les habitats d’eau douce seront essentielles à la survie de cette espèce.

Wonders of the Mekong

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône