Cambodge & Nature : Ces oiseaux près de chez vous

Pour ceux qui ont peu de temps, mais l'envie de découvrir les paysages des grands espaces du Royaume — y compris une grande variété d’espèces d'oiseaux — il est possible d’accéder aux étendues sauvages du Cambodge avec une excursion d’une journée à proximité de Phnom Penh.

(En haut, de gauche à droite) : Un oiseau de prairie perché sur une tige de lotus et une Brève à ailes bleues, que l’on ne voit dans cette région que de juin à août chaque année. (En bas, de gauche à droite) : Une Glaréole orientale et un héron. Photo fournie
(En haut, de gauche à droite) : Un oiseau de prairie perché sur une tige de lotus et une Brève à ailes bleues, que l’on ne voit dans cette région que de juin à août. (En bas, de gauche à droite) : Une Glaréole orientale et un héron. Photo fournie

Un nouveau circuit axé sur l’observation des oiseaux dans les zones humides, les lacs et les rivières situés non loin de la périphérie de la capitale est aujourd'hui proposé par un guide expérimenté.

De nombreux Cambodgiens ne sont pas conscients de l’importance de l’habitat des oiseaux situé près de la ville, mais avec l’aide d’un guide, ils auront l’occasion de se familiariser avec le paysage de leur pays et de découvrir de nombreuses espèces d’oiseaux, avec des paysages de lacs, de rivières et étangs parsemés de lotus en toile de fond.

Depuis novembre 2021, date à laquelle le gouvernement royal a annoncé la réouverture du pays, quelques étrangers ont participé à des excursions, mais le nombre de visiteurs est loin d’atteindre celui d’avant la pandémie.

« C’est ma première excursion d’observation des oiseaux près de Phnom Penh depuis l’épidémie », déclare Chea Thong, fondateur de Vana Adventure Travel et organisateur de cette excursion.

M. Thong explique qu’avant le Covid-19, son entreprise était la seule à organiser des excursions d’observation des oiseaux à la périphérie de la capitale, parallèlement à d’autres activités telles que le vélo et la randonnée.

L'observation des oiseaux proche de la capitale est conçue pour les visiteurs qui ont un emploi du temps serré, mais souhaitant tout de même observer des oiseaux dans leur habitat naturel, à savoir les zones humides, les lacs et rivières.

Ils partent à 5 h 30 du matin, en voiture, de l’embarcadère du ferry d’Arey Ksat à Lvea Em, à environ 8 km de la pagode de Svay Andet.

« Au lieu de nous retrouver dans un café de la ville comme auparavant, nous nous retrouvons maintenant à l’embarcadère du ferry et nous dirigeons vers la zone frontalière dans le district de Lvea Em, où d'un côté se trouve une rivière et de l’autre un grand lac », explique Thong au Post.

« Et ce grand lac regorge d’oiseaux aquatiques comme des hérons, des canards sauvages et des poules d’eau », dit-il.

En arrivant au bord de l’eau tôt le matin, les visiteurs peuvent aussi admirer la beauté du lever de soleil. Si c’est l’observation des oiseaux qui les intéresse, ils seront ravis, car des centaines de milliers d’oiseaux aquatiques évoluent dans la région — plus d’oiseaux qu’une personne ne pourrait en observer avec ses jumelles dans toute une vie.

Orthotomus chaktomuk ou « couturière cambodgienne » : découvert pour la première fois par des scientifiques en 2009 près de Phnom Penh. Photo fournie
Orthotomus chaktomuk ou « couturière cambodgienne » : découvert pour la première fois par des scientifiques en 2009 près de Phnom Penh. Photo fournie

« Malheureusement, en raison de l’évolution actuelle, nous ne voyons plus autant d’oiseaux qu’avant la période de pandémie », explique M. Thong, fin connaisseur du paysage cambodgien et qui guide depuis des années les touristes désireux d’explorer les régions encore sauvages du Royaume.

Certaines espèces d’oiseaux peuvent être observées de près parce qu’elles sont abondantes et qu’elles n’ont pas peur des humains, mais pour d’autres, comme les canards sauvages, l’observation doit se faire à distance à l’aide d’un télescope, que Thong peut fournir aux touristes.

Pendant le voyage, les participants reçoivent un guide des oiseaux pour identifier leurs amis à plumes qu'ils repèrent sur place. Vers la fin de la visite, une excursion spéciale est organisée de l’autre côté du lac afin d’observer l'Orthotomus chaktomuk ou « couturière cambodgienne », dont le corps gris et la touffe rouge-orange sur le sommet de la tête lui donnent l’apparence d’un oiseau aux cheveux roux.

Cette espèce de passereau appartenant à la famille des Pittidaea été découvert et enregistrée pour la première fois par des scientifiques en 2009 à Phnom Penh lors d’un recensement de l'ensemble des espèces d’oiseaux endémiques au Cambodge.

Les scientifiques pensent qu’il est probable que l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce se limite à un seul habitat d’arbustes denses dans la plaine inondable du Mékong, près de Phnom Penh - celui-là même, bien sûr, que Thong fait découvrir à ses visiteurs.

« Avant d’observer ces passereaux, nous installons des chaises, des trépieds et un système de haut-parleurs spéciaux pour les attirer », explique M. Thong.

« Les visiteurs peuvent s’asseoir et prendre des photos pendant que les petits oiseaux sautent dans les arbres et sortent un par un. »

Outre ces passereaux, ils peuvent également apercevoir des Egretta rufescens (Aigrette roussâtre), des Capucins damier (Lonchura punctulata), des martins-pêcheurs et même des chats sauvages.

Lonchura punctulata
Lonchura punctulata - Capucin damier

Lors de certains circuits, Thong emmène les visiteurs vers les étangs de lotus, où, cette saison, la zone est mise en valeur par la beauté d’innombrables fleurs roses flottant sur des tapis de feuilles vertes luxuriantes.

Avant de prendre le petit-déjeuner, Thong installe des chaises près des étangs de lotus, d’où l’on peut admirer les fleurs de lotus et observer des hérons, des glaréoles orientales et des mouettes.

Après le petit-déjeuner et un moment de repos près des lotus, il propose aux participants de marcher dans les champs de lotus pour observer les Glaréoles orientales de plus près.

« À cette époque de l’année, elles volent de haut en bas et pondent sur le sol, nous devons donc faire attention à ne pas marcher sur leurs œufs », explique Thong.

« Les enfants qui gardent les vaches ou coupent les lotus ramassent aussi leurs œufs et les font bouillir pour les consommer ».

La zone de l’étang de lotus abrite également d’autres espèces insaisissables — notamment les oiseaux de prairie — qui aiment faire du bruit avec leurs chants magnifiques et utilisent leur couleur verte pour se cacher dans les buissons environnants.

« Lorsque nous entendons leurs voix, nous nous mettons à l’affût, car il faut parfois un certain temps d’observation avant d’en repérer. Il y a aussi des martins-pêcheurs de plusieurs espèces dans les étangs, comme le bleu et le blanc ou le petit et le grand. »

Les expatriés aiment observer les oiseaux aquatiques dans les environs de la capitale. Photo fournie
Les expatriés aiment observer les oiseaux aquatiques dans les environs de la capitale. Photo fournie

Vers 10 h 30 ou 11 h, les visiteurs poursuivent leur parcours en se rendant à la Pagode d’Arey Ksat, où ils peuvent observer d'autres espèces comme la Brève à ailes bleues (Pitta moluccensis), en particulier pendant sa période d’accouplement et de nidification entre juin et août.

La Brève à ailes bleues va et vient dans les buissons environnants, mais l’espèce n’y apparaît pas en grand nombre — seulement un ou deux à la fois — et l’emplacement exact de son habitat principal demeure un mystère.

Les participants à l’excursion monteront ensuite dans le bus vers l’embarcadère du ferry d’Arey Ksat et seront ensuite déposés au même endroit pour retourner à Phnom Penh.

M. Thong explique que les excursions se terminent généralement par un déjeuner ou un dîner dans un restaurant du centre de Phnom Penh, mais certains groupes choisissent d’apporter des pique-niques et de manger sur le site d’observation.

« Vers 11 h 30 ou midi, notre voyage se termine », dit Thong. « Mais si le groupe souhaite déjeuner ou dîner avec les guides, nous nous arrangerons avec un bon restaurant qui dispose de places assises pour tout le groupe, quelle que soit sa taille. »

Pour plus de détails sur l’excursion d’observation des oiseaux près de Phnom Penh, appeler le 012 883 898 ou consulter leur page Facebook :@vanaadventuretravel

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône