top of page
Ancre 1

Cambodge & Musique : L'héritage de Sinn Sisamouth perpétué à travers un nouveau documentaire

Le festival du film documentaire de Melbourne accueillera bientôt la première d’un film qui explore la vie et l’héritage de Sinn Sisamouth, couramment surnommé le « roi de la musique khmère ». Il s’agit d’une célébration très attendue de la culture et de la musique cambodgiennes.

Une affiche du documentaire de Sinn Sisamouth "Elvis of Cambodia", dont la première mondiale aura lieu le 25 juillet à Melbourne, en Australie. Photo fournie
Une affiche du documentaire de Sinn Sisamouth "Elvis of Cambodia", dont la première mondiale aura lieu le 25 juillet à Melbourne, en Australie. Photo fournie

Chris G Parkhurst est le réalisateur, et son épouse Stephanie Vincenti est la productrice. Le film vise à rendre compte de l’amour et du respect profonds que les Cambodgiens du monde entier éprouvent encore aujourd'hui pour leur légendaire auteur-compositeur-interprète, qui a dominé la scène musicale des années 1950 aux années 1970.

« Je voulais raconter l’histoire de l’amour éternel et universel des Cambodgiens pour Sinn Sisamouth et sa musique », explique Parkhurst.

Le film, qui a demandé à Parkhurst une décennie de travail, étudie l’héritage monumental de Sinn Sisamouth. Bien que sa vie ait été brutalement interrompue pendant le génocide cambodgien de 1975-1979, sa musique continue d’inspirer la diaspora cambodgienne.

La genèse de cet hommage sincère remonte à la première visite de Parkhurst au Cambodge en 2004, alors qu’il travaillait sur un autre documentaire. Fasciné par la popularité intacte de Sinn Sisamouth et de la riche culture cambodgienne, Parkhurst a trouvé un lien durable.

Initialement prévu comme un court métrage, le documentaire « Elvis of Cambodia: L’héritage de Sinn Sisamouth » est devenu une entreprise plus ambitieuse au fur et à mesure que Parkhurst se plongeait dans la vie de l'artiste. Au cours de ses voyages, Parkhurst a rencontré de nombreuses personnes qui non seulement connaissaient Sisamouth, mais le vénéraient.

« Pour retracer l’histoire du Cambodge, nous avons adopté une approche non conventionnelle, en nous appuyant sur un tournage intensif et sur les récits de première main de ceux qui ont vécu l’époque des Khmers rouges », explique M. Parkhurst.

Et d’ajouter : « Leurs récits sont devenus notre principale source d’information, nous apportant un éclairage inestimable sur le passé du pays ».

La musique de Sisamouth, explique Parkhurst, a servi de lien essentiel entre les Cambodgiens et un passé exempt de guerre et de génocide dévastateur qui a ensuite balayé leur pays. Ses mélodies constituent un lien poignant avec le Cambodge qu’ils chérissent dans leur cœur, les ramenant à une période d’innocence et d’expression artistique prolifique.

« La musique de Sinn Sisamouth est un lien direct avec le Cambodge d’avant la guerre et le génocide », dit-il.

La famille Sinn a joué un rôle essentiel dans la création du film, en particulier Chanchhaya, un soutien de la première heure, et Setsochhata, la petite-fille de Sinn Sisamouth. Leur soutien indéfectible, reconnaît le réalisateur, a été crucial pour la réalisation du projet.

Affiche du documentaire de Sinn Sisamouth "Elvis of Cambodia", dont la première mondiale aura lieu le 25 juillet à Melbourne, en Australie. Photo fournie
Affiche du documentaire de Sinn Sisamouth "Elvis of Cambodia", dont la première mondiale aura lieu le 25 juillet à Melbourne, en Australie. Photo fournie

Le plaisir de filmer au Cambodge, où les gens font preuve d’une réelle amabilité et d’une volonté d’engager la conversation, a été un autre point fort pour Parkhurst. Il note que même dans un village rural, le fait d’entamer une conversation peut amener les gens à faire des pieds et des mains pour aider le film.

L’approche consistant à impliquer le plus grand nombre possible de personnes interrogées dès le départ s’est également étendue à la recherche documentaire.

« Nous avons capturé le lien direct d’une poignée de personnes avec Sinn Sisamouth et sa musique. Nous avons laissé leurs histoires parler », expliquent Parkhurst et Vincenti.

Le duo ajoute :

« Nous avons laissé la musique parler. Les scènes sont guidées par sa musique. Les scènes sont guidées par sa musique et les scènes sont guidées par les histoires personnelles. »

Des conversations intéressantes avec l’expert en musique Sam-ang Sam, le cinéaste Rithy Panh et S.E. Sun Chanthol, ministre et fan inconditionnel de Sinn Sisamouth, ont permis d’approfondir le récit.

Toutefois, la rareté des photos ou des images d’archives du Sinn Sisamouth, dont la plupart ont été détruites pendant la guerre, a constitué un défi de taille.

« Pour surmonter cette difficulté, nous avons décidé très tôt de représenter certains aspects de la vie de Sinn Sisamouth par le biais de l’animation », explique M. Parkhurst.

Ils ont collaboré avec Rounh Studio, des artistes de Phnom Penh, pour créer des représentations animées de Sinn Sisamouth.

Le résultat était à la fois beau et mémorable, capturant l’essence de Sinn Sisamouth et aidant à évoquer les émotions et la connexion que Parkhurst avait personnellement vécues avec lui.

Extrait

Surtout, ce film a été conçu en pensant aux Cambodgiens et au Cambodge. Leur intention était de créer une histoire d’amour pour le Royaume, quelque chose qui rendrait les Cambodgiens fiers et servirait de moyen sincère d’exprimer leur gratitude à une nation qui a eu un impact significatif sur leur vie.

En tant qu’« Elvis of Cambodia : The Legacy of Sinn Sisamouth » se prépare à être présenté en première mondiale au festival du film documentaire de Melbourne, M. Parkhurst nourrit deux grands espoirs. Il souhaite que les Cambodgiens soient fiers de l’effort du film pour honorer l’héritage de Sinn Sisamouth et il veut présenter une vision plus positive du Cambodge, en mettant en avant sa culture dynamique et la résilience de son peuple.

« Il s’agit de l’un des festivals de documentaires les plus prestigieux et nous sommes ravis d’y participer », s’enthousiasme M. Parkhurst.

« La projection aura lieu le mardi 25 juillet. Nous espérons que le théâtre sera rempli de Cambodgiens vivant dans la région de Melbourne ! Aidez-nous à faire connaître cet événement important », souligne le cinéaste.

Ils prévoient ensuite une première nord-américaine aux États-Unis, accompagnés d’une mini-tournée. Ils espèrent retourner au Cambodge l’année prochaine et organiser des projections en plein air dans différentes provinces, un rêve de longue date de Parkhurst.

Le réalisateur reste indécis quant à ses projets cinématographiques, bien qu'il ait quelques idées en cours de développement. Étant donné que ses œuvres explorent généralement des cultures différentes, il prévoit un autre tournage international dans un avenir proche.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page