Cambodge – Livre – Nouveauté : Une saison au Cambodge

Note de l’éditeur : Robert Grieve, jeune enseignant britannique, s’offre un superbe voyage en Asie. Plus son séjour s’écoule, plus il se met à rêver de ne jamais rentrer chez lui… Or tout bascule lorsqu’il franchit la frontière thaïlandaise pour rejoindre le Cambodge. Ses économies épuisées, il tente sa chance au casino : c’est le jackpot. Mais aussi un déclencheur pour changer de vie à jamais, et disparaître.


Cependant, ses poches pleines de billets ne sont pas passées inaperçues. Alors que Robert endosse une nouvelle identité, un expat américain charmeur, un flic corrompu, un escroc chauffeur de taxi et la fille d’un riche médecin vont tour à tour modifier le cours de son existence. Une saison au Cambodge est un jeu du chat et de la souris évoquant les intrigues de Patricia Highsmith : personnalités floues, avidité surpassant la bonté et karma sans pitié. Entre les multiples rebondissements et la superstition khmère omniprésente, un portrait du Cambodge inattendu et ensorcelant.


Critiques :

Une saison au Cambodge, un récit sombre , qui peut surprendre par sa lenteur mais qui emporte le lecteur à la découverte de personnages tantôt naïfs, tantôt calculateurs, à la découverte de situations où le destin et le hasard jouent un rôle central.


Une saison au Cambodge commence très lentement, le temps pour l’auteur d’installer ses personnages, de nous permettre de saisir leur psychologie, de nous familiariser à l’environnement, au climat. Puis insidieusement l’intrigue se met en place. le rythme va crescendo, les liens se resserrent et nous voici contre toute attente, embrigadés avec Robert au coeur d’une affaire de trafic et de corruption en tous genres. N’allez pas en déduire qu’Une saison au Cambodge est un thriller, ce n’est pas vraiment le cas. C’est de mon point de vue davantage un roman d’aventure. Une aventure qui virera au cauchemar. L’écriture de Lawrence Osborne est fluide, précise et la construction de son récit, intelligente. Les multiples rebondissements, la superstition khmère omniprésente et la description minutieuse des lieux nous livrent un portrait du Cambodge inattendu et somme toute assez envoûtant.


A propos de l’auteur :

D’origine britannique, Lawrence Osborne est avant tout un globe-trotteur qui a vécu à Paris, au Maroc, en Italie, à NewYork, Mexico, Istanbul puis Bangkok où il réside actuellement. Auteur de romans et d’essais, il est également journaliste et contribue régulièrement au New York Times et au Wall Street Journal.



Banniere Cambodge Mag.jpg
KHEMA

La Poste, Pasteur et Angkor

Démarrez la journée du bon pied grâce au désormais iconique petit-déjeuner à volonté de Khéma.

Viennoiseries, œufs, pancakes, boissons chaudes et bien plus encore pour $14 seulement par personne.

Du lundi au vendredi de 6:30 à 11:00, et jusqu’à 15:00 le week-end.

MALIS

Phnom Penh et Siem Reap

Savourez un petit-déjeuner cambodgien typique dans la quiétude des restaurants Malis. Sélection de soupes, nouilles et autres plats et boissons typiques à volonté pour seulement $8. 

 

Offre valable à Malis Phnom Penh et Malis Siem Reap, tous les jours de 6h00 à 10h00.

1V7A0274.jpg
TOPAZ

Phnom Penh

Tradition et gastronomie françaises au cœur de Phnom Penh. 

Découvrez notre déjeuner d’affaires à partir de $19++, verre de vin compris, tous les jours de 11h30 à 14h.

Prix en dollars US soumis à des frais de couvert de 7% et à une taxe gouvernementale de 10%

S'INSCRIRE PAR E-MAIL

  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône