Cambodge : Les exportations de produits de la pêche chutent en raison de la pénurie d'experts

Les exportations cambodgiennes de produits de la pêche de capture frais et transformés ont connu une baisse marquée au cours de la période janvier-juillet, manquant de peu la barre des 2 000 tonnes.

Des vendeuses de fruits de mer au marché de Kep. Photo CG
Des vendeuses de fruits de mer au marché de Kep. Photo CG

Au cours des sept premiers mois de 2022, la production totale des pêches de capture en eau douce et en mer s’est élevée respectivement à 24 500 et 6 860 tonnes, soit une baisse de 7 410 et de 100 tonnes sur une base annuelle, indique l’Administration des pêches (FiA).

Au cours de la même période, les exportations de poissons de capture frais et transformés se sont élevées respectivement à 1 933 et 41 tonnes, les premières ayant diminué de 326 tonnes par rapport à la même période l’année dernière.

Le directeur adjoint de la FiA, Hav Viseth, a déclaré que les exportations de poisson frais étaient pour la plupart non traitées, tandis que les produits transformés comprennent du poisson séché et fumé, ainsi que des produits à base de poisson fermenté, le prahok et le pha'ak. Ces produits sont expédiés en quantités encore limitées vers les États-Unis et d’autres pays comptant une importante diaspora cambodgienne.

Il souligne que les exportations de produits de la pêche transformés ont été retardées en raison du manque d’experts techniques dans la transformation du poisson pour le marché international, appelant les entreprises qui ont l’intention d’expédier ces produits à l’étranger à former davantage de professionnels dans ce domaine.

M. Viseth a déclaré que la FiA avait négocié pour ouvrir les portes au secteur privé afin qu’il puisse exporter des produits à l’étranger, mais les entreprises privées doivent également participer activement à ce travail pour garantir le succès des exportations.

« Il est donc essentiel de former davantage les ressources humaines. », affirme-t-il.

Chav Soursdey, PDG de Cambodia Fresh Farm, dont les plans d’exportation de tilapias transformés vers le Japon ont été repoussés à la fin de l’année, indique que malgré la forte demande du marché pour le poisson transformé, les agriculteurs concernés ont été réticents à diversifier leurs offres en raison des exigences élevées en matière de capital et de l’incertitude du marché.

Son projet d’expédier du tilapia au Japon a été mis en veilleuse après qu’une inspection de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) a exigé des ajustements à l’usine de transformation de l’exploitation, récemment achevée, qui devraient être terminés « dans un mois ».

Hom Phanet avec notre partenaire The Phnom Penh post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône