top of page
Ancre 1

Cambodge : Les cas d'escroquerie en ligne affectent-ils la relance du tourisme ?

Le ministère du tourisme s'efforce de rétablir la réputation du Cambodge en tant que destination touristique populaire depuis que la pandémie de Covid-19 a ébranlé l'industrie dans son ensemble, réduisant le nombre d'arrivées internationales de 6,61 millions en 2019 à presque zéro l'année suivante.

Des touristes visitent le temple d'Angkor Wat dans la province de Siem Reap, le 23 septembre. Photo Yousos Apdoulrashim
Des touristes visitent le temple d'Angkor Wat dans la province de Siem Reap, le 23 septembre. Photo Yousos Apdoulrashim

Bien que les touristes étrangers reviennent lentement - avec 3,5 millions d’arrivées au cours des neuf premiers mois de 2023 - les efforts du ministère s’inscrivent dans un contexte marqué par plusieurs problèmes, notamment les images négatives véhiculées par certains médias d’information ou films étrangers.

Le tourisme est depuis longtemps considéré comme l’une des principales sources de développement économique du Royaume, car il crée des emplois et contribue fortement à la réduction de la pauvreté. Le gouvernement considère le secteur comme de « l’or vert ».

Au cours des années 2000, la plupart des visiteurs internationaux au Cambodge venaient des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France. En 2019, les touristes chinois sont arrivés en tête des visiteurs étrangers dans le pays, avec 2,36 millions d'entrées dans le pays. En 2020, les Chinois seront à nouveau en tête de liste, devant les Thaïlandais et les Vietnamiens, suivis par les Américains, les Sud-Coréens, les Japonais et les Français.

De nombreux pays qui dépendent fortement du tourisme ont été durement touchés par la pandémie et ressentent actuellement les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine. 2023 est l’année où ils doivent déterminer les moyens de revitaliser le segment du tourisme, et le Cambodge n’échappe pas à la règle.

En février, le gouvernement a accueilli le premier groupe de visiteurs internationaux, à commencer par 125 touristes chinois qui sont arrivés après que le gouvernement chinois eut levé sa politique du « zéro covid ».

À l’époque, le ministre du Tourisme, S.E. Dr Thong Khon, espérait que les visiteurs chinois joueraient un rôle majeur dans le rétablissement du nombre de touristes internationaux. Il avait également bon espoir que le nouvel aéroport international de Siem Reap Angkor (SAI) et l’aéroport international Techo Takhmao, en cours de construction, contribueraient à l’augmentation du nombre d’arrivées.

Dans une feuille de route récemment publiée, le ministère prévoit que les arrivées internationales atteindront 4 millions d’ici la fin de l’année et plus de 6 millions d’ici 2026, soit un retour aux chiffres d’avant la pandémie.

100 000 personnes impliquées dans l’escroquerie en ligne ?

Il reste à voir si ces prévisions sont réalistes, car le Royaume a fait l’objet d’une série d’articles et de reportages dans les médias internationaux qui focalisent sur les problèmes liés aux opérations d’escroquerie en ligne, généralement menées par des étrangers.

Ce phénomène a été amplifié par un long métrage chinois intitulé « No More Bets » (Plus de paris), qui a atteint le sommet du box-office en Chine.

« Il est possible que cela puisse dissuader les touristes de se rendre au Cambodge, en particulier les Chinois », estiment les autorités.

En août, le Cambodge s’est retrouvé une fois de plus sous un très mauvais jour dans les médias internationaux, lorsqu’il s’est avéré que plusieurs des suspects dans une affaire de blanchiment d’argent de plusieurs millions de dollars à Singapour détenaient des passeports cambodgiens.

À l’époque, les autorités ont précisé que les détenteurs de passeports cambodgiens les avaient obtenus dans le cadre de la procédure normale de naturalisation et qu’ils étaient responsables de leurs crimes.

En septembre, un journaliste de Nekkei Asia, basé au Japon, a écrit un article intitulé « Cambodia’s “scamdemic” reputation scares off travellers from China », décrivant certaines des opérations d’escroquerie sur Internet qui seraient commises à partir du sol cambodgien par des gangs étrangers.

Nekkei citait alors un rapport du 29 août du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH), selon lequel environ 100 000 personnes seraient retenues captives et forcées de travailler pour des gangs au Cambodge. Ce chiffre est inférieur à celui du Myanmar, où environ 120 000 personnes seraient détenues pour la même raison.

Citant des sources anonymes, certains médias ont même rapporté que « le fait d’être considéré comme un refuge pour des gangs d’escrocs en ligne qui soumettent des personnes au travail forcé a gravement nui à la réputation du Cambodge en Chine ». Cette situation nuit probablement aux efforts déployés par le Royaume pour reconstruire son industrie touristique.

Le tourisme a-t-il été affecté ?

Alors que les autorités du Royaume nient l’exactitude du rapport du HCDH, plusieurs acteurs du secteur du tourisme estiment que de tels rapports ont eu un impact négatif sur la réputation du Royaume dans son ensemble.

Sinn Chanserey Vutha, porte-parole du Secrétariat d’État à l’aviation civile (SSCA), a déclaré qu’il reconnaissait l’existence de quelques cas d’escroquerie, mais qu’il ne pensait pas que cela reflétait la réalité de la situation dans son ensemble.

Selon lui, de tels reportages ont partiellement affecté la réputation du Cambodge, mais il souligne que le nombre de visiteurs internationaux enregistrés cette année représente 180 % de la même période de l’année dernière.

« Ce que les médias étrangers ont rapporté nous a inquiétés, surtout parce que ce n’est pas tout à fait vrai », dit-il.

Le porte-parole du ministère, Top Sopheak, rappelle que le nouveau ministre, S.E. Sok Soken, vient de publier sa vision pour l’industrie du tourisme.

Des touristes, dont de nombreux Chinois, sont assis dans un café de Sihanoukville en mars dernier. Photo Hong Menea
Des touristes, dont de nombreux Chinois, sont assis dans un café de Sihanoukville en mars dernier. Photo Hong Menea

Son ambition vise à rehausser le prestige du Royaume grâce au thème « Le Cambodge est une destination touristique sûre et chaleureuse ». Cet objectif pourrait alors être atteint grâce à l’initiative « Five-Build » du ministère.

Cette initiative consiste à renforcer la notoriété du pays par des campagnes promotionnelles attrayantes, une gestion efficace des ressources, l’amélioration des produits touristiques existants, une gestion interne efficace et des prix compétitifs.

À cette fin, ajoute M. Sopheak, il faudra un effort concerté de la part de chaque citoyen cambodgien, car le ministère ne pourra pas y parvenir seul.

Il précise que le ministère travaillera également avec les agences de voyage étrangères pour faire admettre que le Cambodge est une destination sûre et accueillante.

Selon Sum Mab, porte-parole du ministère de la Culture et des beaux-arts, le ministère a contacté les autorités chinoises pour obtenir leur soutien dans le retrait du film « No More Bets », qui a été tourné au Cambodge sans autorisation.

« La réalité du Cambodge n’a rien à voir avec ce qui est montré dans ce film », dit-il.

Il estime que ce film n’a pas seulement porté atteinte à la réputation du Cambodge, mais aussi à celle des autres pays membres de l’ASEAN.

Suggestions des spécialistes du tourisme

Les experts du secteur du tourisme reconnaissent que les rapports sur les opérations d’escroquerie en ligne et la sortie de « No More Bets » ont eu un impact négatif sur la réputation du Cambodge. Ces informations ont conduit certaines personnes à l’étranger - en particulier en Chine - à penser que le Royaume n'était pas un pays sûr.

Thourn Sinan, président de la section cambodgienne de la Pacific Asia Travel Association (PATA), a déclaré que certains touristes internationaux potentiels hésitaient désormais à se rendre au Cambodge, entraînant ainsi un manque à gagner pour l’industrie. Selon lui :

« Certains touristes de Malaisie, d’Indonésie et de Singapour - ainsi que d’autres pays - semblent s’inquiéter de leur sécurité ici, en raison des nombreux reportages sur la traite des êtres humains et les escroqueries en ligne. Les autorités cambodgiennes devraient trouver un moyen d’apaiser ces inquiétudes et de regagner la confiance des visiteurs étrangers. »

La présidente de l’Association cambodgienne des agents de voyage, Chhay Sivlin, fait écho au sentiment de M. Sinan, suggérant que les autorités organisent une conférence de presse ou un autre événement public pour clarifier et dissiper toute inexactitude dans ce qui a été rapporté.

« Si nous ne faisons rien, les gens croiront que les choses négatives qu’ils ont entendues sont vraies. Les touristes étrangers risquent alors de ne pas venir au Cambodge pendant un certain temps », dit-elle.

Les médias étrangers se concentrent sur les aspects négatifs

Kin Phea, directeur de l’Institut des relations internationales de l’Académie royale du Cambodge, reconnaît que les reportages sur les escroqueries en ligne et l’affaire de blanchiment d’argent à Singapour - ainsi que « No More Bets » - ont eu un impact plus ou moins négatif sur la réputation du pays, en particulier en termes de tourisme.

Il a déclaré que les rapports sur la traite des êtres humains ont une forte influence sur de nombreuses personnes qui s’appuient sur les médias étrangers comme source d’information. Cette situation est aggravée par le fait que les histoires positives concernant le Royaume semblent être rarement rapportées.

« Aux yeux des médias occidentaux, les histoires positives sur le Cambodge doivent être ignorées, car elles tendent à présenter des angles négatifs. Ce film en particulier a largement nourri cette presse négative », affirme M. Phea.

Selon lui, il est important que le ministère du Tourisme gère la promotion du Royaume, plutôt que de se contenter de blâmer les médias étrangers pour leurs reportages. Il devrait faire connaître le Cambodge comme une destination touristique attrayante au monde entier, par l’intermédiaire des médias ou des agences de publicité.

« Nous devons également être prêts à accueillir les touristes avec chaleur et sourire dès qu’ils touchent le sol cambodgien, en particulier à l’aéroport et aux postes de contrôle frontaliers. Nous devons également nous interroger sur la bonne gestion des agences touristiques, des guides, des boutiques de souvenirs, des hôtels et des restaurants », ajoute-t-il, exhortant également les autorités compétentes à créer des incitations pour que les touristes restent plus longtemps, tout en maintenant l’ordre social. Au niveau local, il a appelé le public à promouvoir une image positive du Cambodge, plutôt que de ne partager que les mauvaises nouvelles.

Avec notre partenaire The Post & Niem Chheng

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page