Cambodge : L’écotourisme de luxe dans le Royaume récompensé à l’international

Le complexe hôtelier le plus cher et sans doute le plus prestigieux de l’écotourisme cambodgien, Shinta Mani Wild, a non seulement figuré sur la très convoitée liste d’or annuelle du Condé Nast Traveler Editor’s Choice, mais a été élu numéro un en Asie.

Shinta Mani Wild
Shinta Mani Wild au coeur de la nature. Photo SMW

Shinta Mani Wild devance plusieurs hôtels et centres de villégiature extrêmement réputés dans la région, tels que le Mandarin Oriental de Hong Kong. C’est le seul établissement du Cambodge à figurer sur la liste.

Condé Nast Traveler — un magazine de luxe et de voyage publié par Condé Nast — a remporté 25 National Magazine Awards et décerne trois prix annuels reconnus par le secteur, à savoir les Reader’s Choice Awards, la « Hot List » et la récente « Editor’s Choice Gold List ».

L’écotourisme cambodgien et la « nouvelle normalité »

Dans un entretien avec Cambodia Investment Review, David Steyn, directeur général de Shinta Mani Wild, déclare : « De nombreuses raisons expliquent notre succès, mais je pense que le fait que nous réinvestissons autant d’argent dans la conservation est un élément clé. Bien que nous soyons gérés dans un but lucratif, ce n’est pas notre objectif principal et nous nous considérons davantage comme une entreprise sociale ».

L’écotourisme et le segment du marché haut de gamme sont considérés comme essentiels pour relancer l’industrie touristique cambodgienne.

David Steyn, directeur général de Shinta Mani Wild
David Steyn, directeur général de Shinta Mani Wild. Photo SMW

C’est un sentiment que Steyn partage en affirmant que « le Covid a changé les habitudes de voyage des gens, et à travers ce qu’on appelle le “tourisme de revanche”, ils cherchent non seulement à passer plus de temps de qualité dans un endroit, mais aussi à passer ce temps en plein air, plutôt que dans des villes bondées et occupées ».

À la question de savoir si l’industrie touristique cambodgienne devrait suivre cette voie, il ajoute :

« Avant de venir au Cambodge, je travaillais au Rwanda. Auparavant, il s’agissait d’une destination d’étape de trois ou quatre jours, mais au cours du Covid-19, le pays a non seulement changé d’image, mais a commencé à proposer des formules de voyage de plus longue durée dans le pays. Jusqu’à présent, cela a été un grand succès pour leur secteur touristique et c’est certainement quelque chose que nous devrions essayer de reproduire ».

Selon lui, le Cambodge se trouve maintenant à la croisée des chemins après sa réouverture, mais le pays a une occasion en or de devenir un leader non seulement dans le tourisme haut de gamme de la région, mais aussi dans le secteur de l’écotourisme, qui est en pleine expansion.

Wildlife Alliance est une organisation internationale à but non lucratif de conservation des forêts et de la faune sauvage, dont les programmes sont actuellement menés au Cambodge.

L’écotourisme au Cambodge se poursuit malgré le Covid-19

Le camp de tentes de luxe a été conçu par le célèbre architecte et designer américain basé à Bangkok, Bill Bensley, et a ouvert en décembre 2018. Il s’agit d’une véritable « utopie de durabilité », située entre trois parcs nationaux du Cambodge, Bensley et son partenaire commercial thaïlandais khmer Sokoun Chanpreda ayant acheté la propriété en partie pour aider à financer la lutte contre le braconnage et l’exploitation forestière dans la région et pour empêcher que le site ne soit exploité pour devenir une mine.

L’hôtel finance une équipe de gardes forestiers armés de l’ONG Wildlife Alliance et les clients peuvent les rejoindre lors de leurs patrouilles quotidiennes dans la forêt.
L’hôtel finance une équipe de gardes forestiers armés de l’ONG Wildlife Alliance et les clients peuvent les rejoindre lors de leurs patrouilles quotidiennes dans la forêt.

Le Cambodge possède également des sites d’écotourisme populaires tels que Kosal Farms, un propriétaire d’entreprise agricole du Royaume qui utilise le tourisme non seulement pour diversifier ses revenus, mais aussi pour voir le potentiel que l’agrotourisme offre au pays pour diversifier les revenus de la communauté et commercialiser les produits locaux.

Hannes Schmidt nous guidant dans son bassin d’aquaculture
Hannes Schmidt du Smiling Gecko et son bassin d’aquaculture

Un autre exemple est celui de la ferme Smiling Gecko, une résidence hôtelière respectueuse de l’environnement située à environ 65 km au nord de Phnom Penh et qui est née de l’humble initiative d’une ONG suisse locale cherchant à améliorer les conditions de vie des personnes défavorisées d’une zone rurale du Cambodge, en leur offrant quelque chose d’unique.

Le projet « farm-come » présente peut-être l’éventail le plus complexe d’initiatives à multiples facettes, allant de l’horticulture à l’élevage de bétail et de volaille, en passant par la vanille et la formation des communautés locales par le biais de la menuiserie sur place et des entreprises d’agrotourisme.

Shinta Mani Wild
Shinta Mani Wild

L’écotourisme est une forme de tourisme impliquant un voyage responsable dans des zones naturelles, la conservation de l’environnement et l’amélioration du bien-être de la population locale.

La durabilité, clé du succès à long terme

Selon un rapport de la Banque mondiale (BM) en 2020, la durabilité du secteur touristique du Royaume ne signifie pas seulement développer ses sites, mais aussi élargir les options offertes aux visiteurs.

« Alors qu’Angkor Wat à Siem Reap a longtemps été la principale attraction du Cambodge, les statistiques montrent que la croissance des arrivées au temple ralentit. Les tendances à l’augmentation du nombre de visiteurs sur les sites d’écotourisme au Cambodge indiquent que ce produit pourrait être développé davantage »

Le rapport décrit comment le tourisme alternatif pourrait aider les entreprises à maintenir l’industrie à la place tout en stimulant les moyens de subsistance des communautés locales.

Un autre rapport sur le développement asiatique (ABD), publié fin 2020, approuve les efforts de diversification, affirmant que pour relancer le tourisme avec succès, « les gouvernements, aux côtés des secteurs du voyage et du tourisme, doivent rétablir la confiance des touristes et encourager l’innovation et l’investissement pour un secteur touristique résilient et durable. »

Gareth Johnson avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône