Cambodge & Khmers rouges : « Mon fils Mong Muon luttait pour la vie, mais l’Angkar l’a tué »

En collaboration avec le magazine « Searching for the Truth », initié par DCCAM, Cambodge Mag vous propose une série de témoignages bruts de celles et ceux qui ont vécu le régime des Khmers rouges. Aujourd’hui, l’histoire de Mong Muon, infirmier, racontée par sa mère.

 Mong Muon, infirmier
Mong Muon, infirmier

Cinq de mes dix enfants sont morts sous le régime des Khmers rouges. Mes deux garçons aînés, Muon et Mut, ont été exécutés. Mon troisième fils, Ty, est mort de faim, tout comme sa sœur Chrip et mon plus jeune fils Aun, qui est mort alors qu’il n’avait qu’un an. À l’époque, je ne savais pas comment trouver de la nourriture pour mes enfants ; tout ce que je trouvais, c’étaient des pousses de palmier et de bambou.

J’ai grandi dans le district de Dangkor, à Phnom Penh. Notre famille était pauvre, mais mon mari l’était tout autant. Il venait travailler chez nous, pour aider dans les rizières.

Ma famille avait remarqué qu’il travaillait dur, alors j’ai accepté le mariage qu’ils avaient arrangé pour nous. Il attachait toujours son karma à la taille, jamais au cou, ce qui était considéré comme impoli pour les personnes âgées. Pour me marier, ma famille avait demandé au côté du marié de construire une maison pour nous en guise de dot. Cela coûtait 3 000 riels ; nos deux familles se partageaient les frais à parts égales.

Mon mari étant orphelin, les voisins ont eu pitié de lui et ont donné plus de cadeaux de mariage à sa famille qu’à la mienne. Nous avons organisé notre réception de mariage sur des nattes parce que nous n’avions pas les moyens d’acheter des tables, mais nous disposions de musique traditionnelle et de lampes à gaz. Après le mariage, mon mari a travaillé comme forgeron et agriculteur. Je suis restée à la maison pour m’occuper des enfants.

« Notre fils Muon était un homme doux avec une belle peau foncée. Il était encore plus grand que son père. Chaque fois que je lui donnais de l’argent de poche, il le donnait aux pauvres »

Au début, il était guérisseur au village, mais ensuite il a beaucoup étudié et est devenu infirmier.

Mon fils a épousé une agricultrice nommée Yin Sokh Khoeun. En tant que mère, j’ai arrangé leur mariage. Après leur mariage, ils ont vécu dans notre famille et dans la sienne. Ils avaient une vie digne de la classe moyenne, car il travaillait dans un hôpital.

Lorsque les Khmers rouges ont pris le contrôle de Phnom Penh, ils ont attaché un karma rouge sur leurs fusils et autour de leur cou. Nous avions tous très peur de l’Angkar et savions que nous devions partir comme ils nous l’avaient dit. Muon, sa femme et sa famille étaient avec nous. Ils avaient une petite fille à cette époque et sa femme était enceinte.

Sur la route, les soldats khmers rouges disaient qu’ils nous emmenaient à la rencontre de l’Angkar. Nous leur avons demandé où habitait l’Angkar. Ils nous ont dit que nous rencontrerions l’Angkar une fois arrivés à destination. Nous sommes allés loin, mais nous n’avons toujours pas trouvé l’Angkar.

Lorsque nous avons atteint la pagode de Bratheat, nous avons construit une hutte pour y vivre. Puis les cadres ont annoncé qu’ils avaient besoin d’un forgeron, et mon mari a été choisi. J’ai accouché peu de temps après. Les seules personnes présentes pour m’aider étaient mes voisins qui avaient été évacués avec nous. Un an plus tard, mon petit garçon est mort de faim parce que mon corps ne produisait pas assez de lait pour lui.

Mes autres enfants qui travaillaient dans une brigade mobile me manquaient, alors je suis allée leur rendre visite. Mais quand mes enfants m’ont vue, ils ont pleuré et se sont éloignés. Je n’ai pas compris cela. Plus tard, le chef de leur unité m’a envoyée en rééducation.

« Hé, grand-mère, m’a-t-il dit, sais-tu que l’Angkar organise des réunions pour les mères qui veulent absolument voir leurs enfants et s’en plaindre ? »

À la fin de l’année 1975, les cadres ont posé des questions sur le passé de notre famille. J’ai été honnête et leur ai dit que mon mari était forgeron et que mon fils Muon était infirmier dans un hôpital de Phnom Penh. Deux semaines plus tard, l’Angkar a ordonné à Muon d’abattre des bambous. Il est parti en charrette à vache et a disparu. Sa femme l’a attendu, mais il n’est jamais revenu à la maison. Puis son enfant est tombé malade et est mort de faim à l’hôpital.

L’Angkar est venu me demander si mon fils me manquait. Je leur ai dit qu’il ne me manquait pas, car l’Angkar soutiendrait bien mon fils où qu’il vive. Si j’avais dit qu’il me manquait, j’aurais été tuée.

Muon me manque toujours et mes sentiments sont désordonnés, car je n’ai pas pu pleurer pour lui lorsqu’il a été emmené.

Mon fils luttait pour la vie, mais l’Angkar l’a tué. Chaque fois qu’il y a une cérémonie bouddhiste, je lui dédie mes prières.

Remerciements : Bunthorn Sorn

206 vues0 commentaire