Cambodge & Khmers rouges : Le destin tragique d’Em Phal, dactylo et Sar Son, technicien de cinéma

En collaboration avec le magazine « Searching for the Truth », initié par DCCAM, Cambodge Mag vous propose une série de témoignages bruts de celles et ceux qui ont vécu le régime des Khmers rouges. Aujourd’hui, l’histoire du couple d’Em Phal, dactylo et Sar Son, technicien de cinéma, contée par la sœur de Phal.

Sar Son, technicien de cinéma
Sar Son, technicien de cinéma

Ma sœur était très belle et la plus grande des quatre filles de notre famille. De ses six enfants, c’est elle que ma mère aimait le plus, et elle l’emmenait Phal avec elle partout où elle allait.

Quand Phal était jeune, elle étudiait à l’école primaire de Rokar Kaong et jouait au volley-ball. Elle a abandonné l’école secondaire et est partie à Phnom Penh en 1970, où elle a vécu avec notre frère aîné Phuong. Il lui a donné un peu d’argent et lui a trouvé un emploi de dactylographe française à la caserne militaire DN.

Pendant ses études à la pagode Damrei Sar, elle a fait la connaissance de Sar Son, qui est tombé amoureux d’elle. Les deux jeunes gens sont ensuite devenus amants. Il a étudié la technique cinématographique en France pendant deux ans, et pendant cette période, il a régulièrement écrit des lettres et envoyé des cadeaux à sa bien-aimée.

Son a obtenu son diplôme en 1972 et est rentré au Cambodge. Après leur mariage, Phal et lui sont retournés travailler à Phnom Penh. Phal a repris son travail, tandis que Son travaillait au ministère de la Propagande comme caméraman pour un journal télévisé.

Son avait été arrêté et enfermé dans une prison politique pour son opposition au régime de Lon Nol. Sa détention avait été publiée dans les journaux. Quand il a commencé à nouer des contacts avec les Khmers rouges, Phal l’a su. Elle et moi lui rendions souvent visite à la prison, où il n’avait pas assez à manger ni un endroit convenable pour dormir. Il était coiffeur dans la prison.

Lorsque les Khmers rouges ont évacué la population de Phnom Penh, Son a été libéré. Nous avons tous voyagé ensemble et n’avions qu’une seule idée en tête : retourner dans notre village natal. Dans les rues menant à la sortie de Phnom Penh, les Khmers rouges posaient continuellement des questions sur notre passé, et cinq de mes frères et sœurs leur ont dit la vérité.

« Mon mari et moi avions deviné que nous devions mentir pour survivre. Ainsi, mon mari leur a dit qu’il avait été chauffeur de cyclo-pousse. Chaque nuit, les miliciens venaient m’interroger sur mon passé, et je ne leur disais jamais la vérité »

Trois ou quatre mois plus tard, Son a été arrêté. Avant cela, les Khmers rouges ont dit qu’ils voulaient qu’il retourne à son ancien poste à Phnom Penh. Sans se rendre compte qu’ils mentaient, Son a dit à Phal de l’attendre à Rokar Kaong. Il a disparu après cela.

Plus tard, l’Angkar a convoqué Phal et son fils à Phnom Penh. Un milicien est venu et a dit qu’il l’amènerait voir son mari ; elle n’est jamais revenue. Trois de mes frères et sœurs, leurs maris, leurs femmes et leurs enfants ont été arrêtés par l’Angkar pour leurs liens avec Phal.

Em Phuong, notre sœur aînée, dont le mari était policier, a également été emmenée pour être tuée avec sa famille lorsqu’elle a été évacuée vers la province de Prey Veng. Phalla, notre plus jeune sœur, et sa famille sont mortes de faim dans la province de Pursat. Samon, notre plus jeune frère et ancien soldat de Lon Nol, a également été assassiné par l’Angkar.

Mon frère Em Samuth a été recruté par les Khmers rouges en 1973 et est devenu soldat. Quand il s’est enfui à Phnom Penh, ils l’ont attrapé et l’ont mis dans la prison de Damrei Sar quelques jours avant le 17 avril 1975.

« Ils l’ont tué sur l’île de Rokar Kaong. Je suis la seule de mes frères et sœurs à avoir survécu »

En 1980, notre chef de commune s’est rendu à la prison de Tuol Sleng à Phnom Penh et est revenu en disant qu’il y avait vu la photo de Phal sous une pancarte qui disait « Femmes du sous-district de Rokst Kaong 1 ». Mais il n’a pas vu de photo de mon beau-frère, Sar Son.

Ma mère a également visité la prison et lorsque nous sommes rentrés, elle a eu des insomnies et est tombée malade. Elle est morte en 1983 parce que Phal lui manquait trop.

Em Phal et Sar Son ont été tués à la prison de Tuol Sleng. La biographie et les confessions de Sar Son indiquent qu’il était ingénieur du cinéma au ministère de la Propagande. Il a été arrêté le 28 mai 1975 et envoyé à Tuol Sleng le 14 février 1976. Sa dernière confession est datée du 28 décembre 1976.

Em Phal a été arrêté le 1er juin 1975.

« Demandez une description physique et l’adresse actuelle pour l’arrestation des personnes sur lesquelles l’espion a rejeté la faute », avait écrit le chef de Tuol Sleng Duch sur sa biographie.

Remerciements : Bunthorn Sorn

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône