Cambodge & Khmers rouges : La fin tragique d'Um Sboang, ancien chef de coopérative à Prey Veng

En collaboration avec le magazine « Searching for the Truth », initié par DCCAM, Cambodge Mag vous propose une série de témoignages bruts de celles et ceux qui ont vécu le régime des Khmers rouges. Aujourd’hui, Um Sboang, chef de coopérative

Au centre : Um Sboang et son époux.  Photographie DCCAM
Photographie DCCAM

Parmi les sept enfants de notre famille, Sboang était le plus chanceux ; il avait le poste le plus élevé. C’était un étudiant intelligent qui parlait couramment le français. Sous le régime de Sihanouk, il a réussi l’examen de la fonction publique et est devenu chef de coopérative à Prey Veng. Il supervisait le système agricole de toute la province.

Sboang m’aimait beaucoup. Quand j’étais malade, il se déplaçait sur une longue distance pour m’emmener à l’hôpital de Phnom Penh. Chaque fois que j’étais malheureuse, il me consolait et m’encourageait.

Les soldats de Lon Nol ont évacué ma famille et d’autres villageois vers la province de Kandal en 1974, car ils combattaient les Khmers rouges dans notre district. Mais quelques semaines plus tard, les Khmers rouges nous ont évacués, mon mari, mes enfants et moi, vers la province de Kampong Cham. Peu de temps après, les hommes de Lon Nol nous ont emmenés en bateau à Phnom Penh.

En 1975, notre famille est retournée dans notre ville natale. Notre maison avait été détruite et nous ne pouvions pas y habiter, alors ma mère a demandé si nous pouvions vivre dans notre village. Les Khmers rouges ont refusé ; je pense que c’est parce qu’ils soupçonnaient que notre famille était riche et occupait des positions élevées.

Sboang a été accusé d’être un gradé militaire parce qu’il était bien bâti. Plus tard, il a accidentellement provoqué la noyade d’une vache dans un lac. Peu de temps après qu’ils l’aient emmené, l’Angkar a envoyé sa femme et ses enfants se faire exécuter également.

Ils ont surveillé notre famille de près après ça. Ret, le chef du village, a demandé un jour à voir nos papiers. Je lui ai dit que mon mari était conducteur de cyclo-pousse. Mais Ret ne m’a pas cru et m’a dit :

« Ne mentez pas. Je sais que vous étiez tous les deux enseignants. »

Je transpirais quand elle m’a interrogée, car j’avais parlé de notre passé au propriétaire de la maison où nous vivions. Je ne savais pas s’il nous avait dénoncés à Ret ou pas.

En 1976, mon père ne supportait plus d’avoir si faim, alors nous sommes sortis avec des paniers pour attraper de petits animaux. Ma mère lui a dit de ne pas le faire, mais il ne voulait pas écouter. Un jour, il a vu un cadre tuer un serpent vert et le laisser sur un portail. Mon père a pris ce serpent, l’a fait bouillir et l’a mangé, sachant qu’il était venimeux. Peu après, il a enflé et est mort. Ma jeune sœur Sary et tous ses enfants, à l’exception d’un seul, sont morts de faim ensuite.

Nous avons été évacués vers deux autres villages pendant le régime des Khmers rouges. Dans le dernier, mon travail consistait à couper des broussailles et à les mélanger avec de la terre, des cendres, des excréments d’animaux et des déchets humains. C’était dégoûtant, mais je devais le faire ou être tuée.

Tous les villageois avaient faim là-bas, et mes enfants sont tombés gravement malades. Un homme qui avait été médecin à Phnom Penh m’a dit que comme ma fille était affamée depuis des mois, elle avait des problèmes d’intestins. J’ai donc échangé mon collier en or contre du riz et je l’ai cuisiné pour elle. Ma fille a beaucoup mangé, ce qui l’a rendue encore plus malade. Une nuit, elle m’a murmuré qu’elle voulait de l’eau. J’ai essayé de l’aider à boire, mais sa langue était trop enflée. En la voyant dans cet état, j’ai réveillé mon mari. Nous l’avons serrée contre nous et avons pleuré jusqu’au matin, quand elle est morte. Mon mari a alors demandé à un cadre s’il pouvait trouver du bois pour faire un cercueil, mais il a refusé. Il a alors pris une houe et a dit à mon mari de porter le corps de notre fille dans la jungle derrière l’hôpital. Le cadre et lui ont alors creusé une tombe.

À la fin de 1978, un villageois appelé Sang écoutait en secret la radio et a entendu dire que nous allions être libérés très bientôt. Tout le monde était excité, et bientôt il y a eu des coups de feu et des voitures blindées partout. Les soldats khmers rouges se rapidement sont enfuis dans la jungle.

Mon mari coupait du bois loin du village quand les libérateurs sont arrivés. J’ai attendu dix jours qu’il revienne. Quand il est enfin arrivé, il pouvait à peine marcher. Une fois qu’il a pu reprendre des forces, nous avons décidé de commencer notre voyage de retour vers Phnom Penh.

Remerciements : Bunthorn Sorn

Cette histoire est basée sur un essai qu’Um Saret a soumis au concours du Forum de préservation de l’histoire des Khmers rouges, parrainé par l’Association des écrivains khmers et le Centre de documentation du Cambodge en 2006. Il a obtenu la seconde place.


204 vues0 commentaire