Cambodge & Khmers rouges : L’histoire de Buoy Sreng, éditeur de journaux, racontée par son fils

En collaboration avec le magazine « Searching for the Truth », initié par DCCAM, Cambodge Mag vous propose une série de témoignages bruts de celles et ceux qui ont vécu le régime des Khmers rouges. Aujourd’hui, l’histoire de Buoy Sreng, éditeur de journaux, racontée par son fils.

Buoy Sreng, éditeur de journaux
Buoy Sreng, éditeur de journaux

Avant ma naissance, mon père était enseignant dans la province de Pursat, où il est tombé amoureux de ma mère Kang Sophat ; elle était fille de commerçants. Elle avait étudié jusqu’au baccalauréat, puis avait quitté l’école pour aider ses parents à vendre des marchandises sur le marché.

Ma grand-mère a fait en sorte que mon père prenne une autre femme lorsque ma mère était enceinte de son deuxième enfant. Elle et la nouvelle épouse ont eu des bébés nés le même jour.

Je suis né alors que mon père enseignait dans la province de Kratie. Mes parents m’ont donné le nom de Buoy Somacha, mais ils m’appelaient Map parce que j’étais gros quand j’étais jeune. Notre famille déménageait partout où il enseignait. Il pouvait nous faire vivre avec son salaire d’enseignant.

Mon père a quitté l’enseignement pendant le régime de Lon Nol et s’est présenté au Parlement. Mais il a perdu, alors nous avons déménagé à Phnom Penh. Là, il a ouvert une imprimerie en face du stade olympique et un journal appelé Khmer Benefits, qui était distribué dans tout le pays. Mon père était un très bon communicant ; il aimait parler et il aimait écrire.

Plus tard, il a été emprisonné pendant un an parce qu’il avait écrit un article s’opposant à la politique de Lon Nol. Mon père a rouvert l’imprimerie après sa sortie de prison et a lancé un autre journal appelé Rescue Khmer.

Arrivée des Khmers rouges

Le journal n’a été ouvert qu’une semaine avant que les soldats khmers rouges ne prennent le contrôle de Phnom Penh.

Des amis de mon père qui vivaient en Amérique lui ont dit de s’y réfugier, mais il a refusé. Il avait neuf enfants à charge et était en train d’organiser le mariage de ma sœur aînée.

Lorsque les Khmers rouges ont évacué la ville, ils ont dit qu’ils établiraient un nouveau gouvernement à Phnom Penh et que les gens pourraient revenir dans trois jours. Comme mon père était journaliste, il savait ce qui se passait réellement et ne les a pas crus.

Ma famille a mis toutes ses affaires dans notre voiture et est partie pour la province de Prey Veng. En chemin, les Khmers rouges ont déclaré que les personnes qui conduisaient des voitures étaient des féodaux et opprimaient les travailleurs. Ils ne nous ont pas permis d’aller plus loin en voiture, alors mon père a poussé la voiture dans la rivière et nous avons continué à pied. Deux jours plus tard, ma famille a atteint Prey Veng. Nous avions mangé toute la nourriture que nous avions apportée de la maison, alors nous avons échangé certains de nos vêtements contre du riz.

Lorsque nous avons atteint la ville natale de mon père, il a essayé de cacher son identité en disant qu’il était fermier. Il savait pêcher, fabriquer des tables et cultiver, alors il n’y a pas eu de problème pendant un certain temps.

Jalousies

Il y avait beaucoup de jalousie entre les habitants et les « gens du 17 avril ». Par exemple, tout le monde était censé partager la nourriture équitablement. Certaines personnes l’ont fait, mais en général, les gens du 17 avril avaient moins de nourriture que les locaux.

Ma mère a accouché à une époque où il n’y avait pas beaucoup de médicaments ; principalement, ils avaient ce qu’on appelait « la médecine des crottes de lapin ». Il n’y avait pas non plus d’infirmières ou de médecins qualifiés. Ma mère est morte pendant l’accouchement ; elle s’est vidée de son sang. L’Angkar n’a pas permis à mon père de lui offrir des funérailles, alors il l’a enterrée dans la jungle.

Son petit garçon a survécu. Nous l’avons appelé Samnang. Comme Samnang n’avait pas de lait à boire, mon père a demandé aux villageois de l’adopter. Le couple qui l’a pris aimait vraiment Samnang et le considérait comme leur propre fils.

Fin tragique

En 1976, un homme nommé Loeut a secrètement assassiné le chef du village. L’Angkar n’a pas pu trouver le coupable et a demandé à mon père et aux autres hommes du village de partir vers un autre endroit. Plusieurs hommes l’ont emmené pendant la nuit. Il portait une chemise rayée et avait un grand foulard à carreaux autour du cou.

Je pense que mon père s’est rendu compte que quelque chose de grave allait arriver parce que les villageois savaient qu’il travaillait à Phnom Penh. Il nous a dit de fuir le village s’il ne revenait pas et de prendre soin des photos de la famille, que j’ai enterrées dans un bocal et recouvertes d’ordures. Je pense qu’il était alors prêt à mourir, et nous ne l’avons jamais revu.

Remerciements : Bunthorn Sorn

0 commentaire