Cambodge & Initiative : Un lycéen de Phnom Penh construit un robot télécommandé pour le shopping

L’objectif de l’étudiant cambodgien Kea Sunpannha est de créer un dispositif d’achat qui limiterait les contacts humains pendant la pandémie.

Kea Sunpannha et son robot. Photo fournie
Kea Sunpannha et son robot. Photo fournie

Un élève de 11e année du lycée Santhormok de Phnom Penh a réussi à concevoir un robot télécommandé, capable de transporter 10 kilos de marchandises et de parcourir un kilomètre.

Kea Sunpannha et son robot sont devenus viraux sur les réseaux sociaux lorsque sa sœur a posté une vidéo de lui actionnant le robot sur Facebook, obtenant plus de 14 000 partages en quelques jours.

« J’apprécie tes idées et tes capacités. Tu es plein de talents et de créativité », a commenté un internaute.

Le robot à quatre roues, qui possède deux yeux et des clignotants à l’avant, peut suivre un itinéraire grâce à une télécommande.

En forme de boîte avec un couvercle, son corps mesure 65 centimètres de long, 45 centimètres de large et 65 centimètres de haut. Son intérieur est assez grand pour stocker 10 kilos de marchandises. Ses accessoires sont en carbone et en acier.

M. Sunpannha a eu l’idée de construire un robot alors qu’il cherchait des moyens de réduire les contacts personnels afin d’éviter la propagation du COVID-19 lors des achats. Il pense également que c’est un projet de ses années dont il se souviendra.

Sunpannha a consacré trois mois et 400 dollars de ses économies à la fabrication de son robot.

« Je suis très heureux d’avoir pu créer ce prototype »

« Mais il y a beaucoup de points faibles et je veux réellement en apprendre davantage pour le rendre plus performant »

Sur la base de ses plans initiaux, le robot était censé avoir la capacité de transporter 30 à 40 kilos de marchandises. Or, en raison de son propre poids, il ne peut en transporter que dix, explique Sunpannha. De plus, les roues ne fonctionnent pas correctement, ajoute-t-il.

Intéressé par la technologie et la robotique depuis son enfance, Sunpannha n’a jusqu’à présent pas pu étudier ces disciplines à l’école. Mais cela ne l’a pas empêché d’apprendre et d’expérimenter paar ses propres moyens.

« Bien que je sois au lycée, tant que j’aurai des idées, je crois que je serai capable d’innover… en effectuant des recherches sur Internet et sur YouTube », dit-il.

Après le lycée, Sunpannha prévoit d’étudier le génie mécanique à l’université pour faire carrière dans ce secteur.

Mais pour l’instant, sa principale préoccupation demeure les examens nationaux qu’il devra présenter l’année prochaine. Et comme il l’annonce, bien qu’il soit impatient de construire d’autres robots, la préparation des examens reste sa priorité.

Uth Raksmey et Teng Yalirozy avec l’aimable autorisation de Cambodianess

47 vues0 commentaire