Cambodge & Initiative : Savoureuses pailles faites de fruits et légumes pour remplacer le plastique

Le ministre de l'Environnement, S.E. Say Samal, a fait l'éloge d'une entreprise cambodgienne qui fabrique des pailles à partir de riz et de végétaux au lieu de plastique.

Des pailles fabriquées à partir de riz, de manioc et de maïs pour réduire l'utilisation du plastique. Photo fournie
Des pailles fabriquées à partir de riz, de manioc et de maïs pour réduire l'utilisation du plastique. Photo fournie

« Nous l’avons fait ! Nous avons fabriqué des pailles à partir de farine de riz. Nous pouvons arrêter d’utiliser des pailles en plastique maintenant », a déclaré le ministre dans un récent message sur les réseaux sociaux, accompagné de quelques photos des pailles colorées.

Selon Tith Sokhom, la propriétaire de l’entreprise, TK&D Manufacturing, les pailles sont disponibles dans de nombreuses couleurs différentes et sont fabriquées à partir de substances naturelles telles que riz, maïs, pommes de terre et feuilles de pandan,

Sokhom, 40 ans, a déclaré à nos partenaires du Post :

« J’ai commencé à penser à la production de pailles à partir de céréales pour aider à réduire la quantité de plastique utilisée au Cambodge, et aussi pour créer des emplois pour les jeunes ».

L’entreprise a démarré en septembre dernier et est la première de ce type dans le Royaume.

Après avoir vu des produits respectueux de l’environnement fabriqués dans d’autres pays, l’entrepreneur s’est demandé si le Cambodge pouvait faire quelque chose pour réduire son utilisation du plastique. Après y avoir réfléchi pendant un certain temps, son mari et elle mari ont lancé leur entreprise. TK & D produit des pailles à base de farine de riz, qui sont mélangées à d’autres produits à l’aide de machines.

« Nous produisons une grande variété de pailles, et chacune d’entre elles a un goût légèrement différent, en fonction de la matière d’origine », explique Sokhom.

Bien que les pailles soient faites de farine de riz, il est possible de les utiliser sans craindre qu’elles ne se dissolvent.

« Avec les boissons froides, elles durent longtemps. Au bout d’une heure, elles deviennent molles, comme des pâtes. Elles durent presque aussi longtemps avec les boissons chaudes », explique Sokhom.

Bien que les pailles soient faites de farine de riz, il est possible de les utiliser sans craindre qu’elles ne se dissolvent.
Bien que les pailles soient faites de farine de riz, il est possible de les utiliser sans craindre qu’elles ne se dissolvent.

Elle ajoute qu’après avoir fini votre boisson, il est possible de consommer la paille. À défaut, il est possible de la jeter et elle se décomposera très rapidement.

Sokhom explique que la farine de riz est l’ingrédient principal de la fabrication des pailles. Elle est mélangée à d’autres produits pour obtenir différentes couleurs. Les couleurs ne sont pas obtenues avec des produits chimiques, mais avec des produits agricoles.

« Si vous voulez du vert, la farine de riz est mélangée à des feuilles de pandan. Si vous voulez du jaune, elle est mélangée à de la poudre de mangue. Tous les ingrédients sont naturels », précise-t-elle.

Une fois la pâte mélangée, une machine la presse en longues pailles, puis les coupe à la longueur voulue.

« Actuellement, nous créons de nombreux parfums et couleurs, en utilisant du maïs, des feuilles de pandan, des carottes et des pommes de terre. Nous sommes en train de concevoir de nouvelles saveurs », ajoute Sokhom.

La propriétaire de l’entreprise, qui emploie plus de 100 villageois dans le district de Krakor, province de Pursat, explique que TK&D peut produire plus de 100 boîtes de pailles par jour. L’entreprise se développe progressivement sur de nouveaux marchés, notamment les supermarchés Makro et le marché Sna Dai Me.

« Le ministère de l’Environnement tient à féliciter les entreprises qui produisent des gobelets et des pailles en papier fabriqués à partir de matériaux naturels. Ces types de produits “bio-plastiques” sont facilement solubles et ne nuisent pas à l’environnement. L’utilisation de ces articles est un avantage pour les consommateurs », déclare Neth Pheaktra, porte-parole du ministère.

Il ajoute que la population est désormais plus consciente des coûts environnementaux liés à l’utilisation de produits en plastique et tend à modifier ses comportements. Beaucoup de gens se sont tournés vers l’utilisation de sacs et de paniers écologiques et de bouteilles d’eau réutilisables. De nombreux restaurants ont mis en place des principes « zéro plastique », tout comme certaines écoles.

« Nous exhortons les gens à changer d’attitude, à réduire leur consommation de plastique et à choisir des produits naturels. Par exemple, les produits jetables comme les pailles en plastique devraient être remplacés par des produits en papier, en bambou ou en citronnelle », dit-il.

Sokhom reconnait que son entreprise n’a pas encore une grande part du marché, puisqu’elle n’a commencé ses activités qu’au début de l’année 2022. Ce ne sont pas les premières pailles écologiques à être vendues au Cambodge, mais les autres sont toutes importées.

Comme la demande pour ce type de produits n’est pas encore aussi élevée qu’elle devrait l’être, le marché n’est pas encore très attractif, ce qui signifie de faibles volumes d’approvisionnement.

Les pailles de riz, de pomme de terre, de maïs ou de carotte de TK&D ne coûtent que 10 000 riels par boîte de 50 pailles.

Sokhon est heureuse d’avoir été remarquée par le ministre de l’Environnement, disant que c’était très encourageant de savoir qu’il les avait vus.

« J’ai été très heureux de voir le ministre aider à promouvoir les produits cambodgiens comme ça. Il a même présenté à l’ambassadeur du Japon nos produits non plastiques », conclut-elle.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône