Cambodge & Initiative : Le succès de l’artisanat en crin de mer de Chantha

Traditionnellement, la plupart des tisseurs de crin sont des personnes âgées, qui se livrent à cette activité pour passer le temps. Il semble que cette tradition risque de se perdre, car les jeunes Cambodgiens sont moins enclins à se lancer dans cet art.

Sorn Chantha dans sa boutique du quartier de Chamkarmon, dans la capitale. Photographie fournie
Sorn Chantha dans sa boutique du quartier de Chamkarmon, dans la capitale. Photographie fournie

Beaucoup d’entre eux considèrent que c’est un travail difficile qui demande beaucoup de temps et de patience. En outre, la plupart des jeunes ne voient pas comment cela pourrait éventuellement leur rapporter un revenu.

En 2015, Sorn Chantha a décidé qu’elle pouvait changer tout cela. Chantha, qui se fait appeler Maya, a maintenant 40 ans. Elle a ouvert son petit magasin dans le district de Kampong Tralach, dans la province de Kampong Chhnang, mais il y a cinq ans, « Maya Handicrafts » a déménagé dans la commune d’Arey Ksat, province de Kandal.

Chantha et l'une des créations de Maya Handicraft. Photographie fournie
Chantha et l'une des créations de Maya Handicraft. Photographie fournie

Son entreprise aide sa communauté locale à gagner un revenu supplémentaire et est devenue particulièrement populaire auprès des clients étrangers.

« J’ai lancé cette entreprise en 2015, alors que je travaillais à plein temps pour le magazine AsiaLIFE. À cette époque, je voyais des accessoires fabriqués à partir de plantes naturelles — comme le jonc de rivière, le crin de mer et les roseaux — être produits dans les provinces de Kampot et de Svay Rieng, puis vendus au Vietnam et en Thaïlande. Pendant ce temps, les Cambodgiens utilisaient tous des produits en plastique », dit-elle.

« Je me suis demandé pourquoi nous n’étions pas capables de les fabriquer ici pour notre propre usage. Au départ, j’ai commencé à utiliser des roseaux et de la jacinthe d’eau dans la province de Kampong Chhnang », ajoute-t-elle.

En 2018, Maya a été employée par une entreprise japonaise en tant qu’assistante de conception sur un projet de film qui utilisait des produits similaires. Voir des designs modernes réalisés avec des techniques traditionnelles l’a inspirée.

Chantha et d'autres créations de Maya Handicraft. Photographie fournie
Chantha et d'autres créations de Maya Handicraft. Photographie fournie

« Grâce à mon travail avec les Japonais, j’ai bien compris comment je pouvais intégrer mes idées de design moderne avec les matériaux que nous connaissions. En 2018, j’ai créé la marque “Maya Handicrafts” pour promouvoir mes nouveaux produits, explique-t-elle.

Depuis lors, son entreprise se concentre sur les produits fabriqués à partir de la zostère cambodgienne, qui provient des provinces de Preah Sihanouk et de Koh kong.

La marque propose une vingtaine de types de produits, allant des sacs et paniers aux grands récipients de rangement, en passant par les sets de table et les poubelles. Ces produits sont très recherchés pour décorer les hôtels, les pensions de famille et les maisons privées élégantes.

Maya affirme qu’un expert qu’elle connaît — et qui a plus de 20 ans d’expérience — convient qu’il n’a jamais vu de plantes d’aussi bonne qualité.

« Le crin marin cultivé dans d’autres provinces ou dans les pays voisins n’est tout simplement pas de la même qualité. Même celui de Kampot est de qualité inférieure. Les produits fabriqués avec des matériaux de moindre qualité ne sont jamais aussi bons, car l'herbe de mer n'est pas assez souple pour être travaillée dans les motifs élégants que nous souhaitons », explique-t-elle.

En raison de leur grande qualité, les produits de Maya sont très populaires, avec des ventes mensuelles de 100 à 500 articles. Elle veut s’assurer que les revenus reviennent aux communautés avec lesquelles elle travaille, car elle les considère comme des partenaires.

« Je n’ai pas créé une grande entreprise et je n’utilise pas de courtier. Je travaille directement avec mes tisserands pour leur offrir des opportunités et leur donner confiance. Je ne les force pas à travailler trop vite, car pour obtenir de beaux objets, les tisserands doivent se sentir bien dans leur travail », explique-t-elle.

« Je crée moi-même les motifs, souvent inspirés de styles asiatiques, africains ou sud-américains. J’aime utiliser des couleurs vives, symboles de fraîcheur et de bonheur », ajoute-t-elle.

Les produits fabriqués par Maya Handicrafts sont de haute qualité et durables, et coûtent de 6 à 100 dollars.
Les produits fabriqués par Maya Handicrafts sont de haute qualité et durables, et coûtent de 6 à 100 dollars.

« La plupart de nos clients sont des étrangers — si je devais dépendre de mes clients cambodgiens, je ne pense pas que l’entreprise aurait survécu jusqu’à présent », confie-t-elle.

Bien que le crin de mer de mer possède un grand potentiel en tant que produit artisanal de luxe — avec des marchés d’exportation viables — c’est une plante en voie de disparition. Selon Maya, cela est dû aux facteurs géographiques :

« Sur la base de mes cinq années d’expérience dans ce travail, je suis préoccupée par la raréfaction de l’herbe de mer khmère. Elle ne pousse plus que dans deux provinces — Preah Sihanouk et Koh Kong. »

« À l’avenir, elle risque de disparaître si nous n’avons pas de programme pour la préserver - ou si nous ne comprenons pas sa valeur. Je voudrais profiter de cette occasion pour demander au ministère de l’Environnement de contribuer à la conservation de cette plante khmère rare et unique », conclut-elle.

Page Facebook

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône