Cambodge & Initiative : La start-up « Cricket House » cherche à exporter sa poudre de cricket

Fondatrice et propriétaire de Cricket House, Chou Lundy envisage d’exporter sa poudre de grillon.

Il y a plus d’un an, Chou Lundy a créé une entreprise de transformation de grillons en poudre de protéines, mais elle a malheureusement vite constaté qu’il était difficile de la vendre au Cambodge.

Fondatrice et propriétaire de Cricket House, Chou Lundy envisage d’exporter sa poudre de grillon.
Fondatrice et propriétaire de Cricket House, Chou Lundy envisage d’exporter sa poudre de grillon.

Après avoir suivi une formation technique dans le domaine de la transformation alimentaire et effectué des recherches, Mme Lundy a commencé à traiter les insectes pour en obtenir des protéines en poudre et des snacks. Pour elle, il s’agit :

« D’aider les agriculteurs tout en favorisant le marché des produits locaux et la transformation des matières premières existantes »

Fondatrice de Cricket House, Chou Lundy transforme les grillons en poudre de protéines et vend des snacks de grillons grillés « Sunny » depuis plus d’un an, mais sans véritable succès.

Cricket House est une start-up dirigée et détenue par des Cambodgiens qui fournit un revenu secondaire aux communautés défavorisées grâce à un élevage d’insectes effectué de façon rigoureuse et professionnelle.

Avant de lancer l’entreprise, Lundy a acquis une expérience dans la transformation des aliments à l’étranger. Elle a noté les bienfaits des grillons, ce qui l’a incitée à se lancer dans la transformation de ces derniers.

Selon elle, les grillons contiennent autant de protéines que le bœuf et d’autres viandes. Cependant, il y a moins de marchés pour les grillons, car la plupart des agriculteurs les élèvent uniquement pour la friture.

Lundy a donc décidé de produire la poudre de protéines en vue d’aider à créer des marchés pour ces produits locaux, qui sont déjà vendus brut pour la friture, pour l’exportation. Elle pourrait aussi procurer des revenus supplémentaires aux éleveurs de crickets.

« La poudre de protéines peut accompagner les boissons et les aliments pour les rendre plus riches, comme si on mangeait de la viande », déclare Lundy.

« Cela aide est aussi bon pour la santé parce que manger beaucoup de viande n’est pas sain »

Elle confie que sa poudre de protéines de grillons n’a pas encore trouvé de réel débouché, car la population locale ne semble pas intéressée. Elle espère donc exporter ses produits vers les marchés étrangers. Mais en raison de la pandémie de Covid-19, il lui est difficile de communiquer avec des acheteurs potentiels et de procéder à des exportations.

Malgré ces difficultés, Lundy n’a pas l’intention d’abandonner son activité et espère qu’il y aura des marchés pour ses produits après la crise sanitaire.

« J’ai lancé mon entreprise pendant l’épidémie, donc c’était vraiment difficile », raconte-t-elle.

« Dans cette situation, les gens deviennent prudents à propos de leur alimentation quotidienne. Ainsi, j’espère qu’après la pandémie, je pourrai exporter mes produits. Je souhaite également que les populations locales soutiennent mes produits, car ils sont bénéfiques pour la santé »

Un kilo de sa poudre protéinée coûte 30 dollars. Il existe quatre saveurs de grillons grillés (sans huile), comme Tom Yummy, Kampot Spice, Kachili et naturel. Les prix varient de 2,50 à 2,75 dollars, et les grillons séchés coûtent 8,99 dollars le kilo.

Phat Dane et Teng Yaliroz avec l’aimable autorisation de Cambodianess

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône