Cambodge & Initiative : Des pépinières expérimentales pour réhabiliter les forêts

Le ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, S.E. Veng Sakhon, a annoncé qu’une équipe de laboratoire expérimentait la production de jeunes arbres dans le but de créer des pépinières à grande échelle qui pourraient réhabiliter les forêts.

Le ministre a déclaré le 26 février que l’équipe du laboratoire avait reçu de nombreuses formations — tant dans le Royaume qu’en Corée du Sud — sur les bases des techniques d’élevage de jeunes arbres, le suivi de la croissance et l’analyse des données.

Le projet — Création d’un centre de recherche en génétique forestière pour la restauration d’espèces d’arbres importantes au Cambodge — a été lancé en 2016 par l’Institut de recherche et de développement sur les forêts et la faune sauvage relevant de l’administration forestière et du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche.

Il bénéficie du soutien financier de l’Organisation asiatique de coopération forestière et de l’assistance technique de l’Institut national des sciences forestières et de l’Université nationale de Séoul.

Le projet est mené sur deux sites dans la province de Siem Reap - le premier dans la commune de Khun Ream du district de Banteay Srei et le second dans celle de Chansar du district de Sotr Nikum, chacun couvrant une superficie de 15 hectares.

Le parc a été créé en collectant des graines provenant de 11 provinces pour faire pousser de jeunes plants. Ces derniers ont ensuite été sélectionnés en fonction de trois critères : croissance, forme originale et résistance aux maladies. Des méthodes de greffage ont été utilisées pour produire des variantes des jeunes arbres Kra Nhuong (Dalbergia cochinchinensis), Thnong (Pterocarpus macrocarpus) et Trach (Dipterocarpus intricatus).

« La croissance des jeunes arbres est mesurée tous les six mois pendant les cinq premières années, puis tous les ans. Nous enregistrons les niveaux de croissance, le diamètre, la hauteur, les feuilles, la santé et la forme originale des jeunes arbres. Les données sont stockées et servent de base à la sélection de bonnes variétés pour le stockage ».

« Outre les trois espèces d’arbres susmentionnées, nous avons également l’intention d’étendre et d’établir des plantations pour d’autres types, afin de maintenir leur génétique et à des fins de reforestation », a déclaré M. Sakhon.

Chea Chamroeun, directeur de l’ONG Save Environment and Agriculture, a déclaré que les efforts expérimentaux étaient bons, mais a suggéré qu’il serait peut-être préférable de se concentrer sur la plantation à des fins commerciales, car ils sont toujours très utiles pour lutter contre le changement climatique et présentent d’autres avantages : « Dans de nombreux pays, on plante des arbres qui protègent l’environnement, mais qui peuvent aussi être abattus. Les arbres visés par ce projet mettent de nombreuses années à pousser et peuvent finir par être secrètement exploités pour le profit », a-t-il déclaré.

Orm Bunthoeurn avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône