Cambodge & Initiative : Des étudiants créent « Kong Vong », entreprise durable à succès

Kong Vong — qui se traduit par « durable » en français — est une entreprise de produits écologiques fondée en 2020 par deux étudiants, Sam Hengsopheavan et Hok Chanboramey.

Les gobelets en blé se sont avérés populaires grâce à leur design simple, mais attrayant et à plusieurs options de couleur. Photographie fournie
Les gobelets en blé se sont avérés populaires grâce à leur design simple, mais attrayant et à plusieurs options de couleur. Photographie fournie

L'ambition des deux jeunes gens est d’aider à pousser la société vers la durabilité et ainsi de protéger l’environnement. Leur premier produit était une boule d’ouate qui remplaçait les assouplissants chimiques lors de la lessive, mais récemment, les créateurs de Kong Vong ont travaillé sur des matériaux biodégradables susceptibles de remplacer les plastiques.

Dernièrement, ils ont mis au point des gobelets de 500 ml de couleur rose, bleue et verte, qui n’auraient rien d’extraordinaire s’ils n’étaient faits non pas de papier ou de plastique, mais de blé.

« À l’époque, nous avions de nombreuses occasions de faire du bénévolat dans le cadre de différents projets et nous aimions nous impliquer dans tout type de projet utile à a société. Et l’une de nos passions communes est l’environnement. Plus nous faisions du bénévolat, plus nous avions envie de créer quelque chose pour le préserver ».

« Nous nous sommes dit qu’il devait y avoir quelque chose que nous pouvions faire pour aider à résoudre certains problèmes auxquels l’environnement est confronté. Et c’est à partir de là que Kong Vong a été fondé », raconte Hengsopheavan, un étudiant de 22 ans en dernière année de gestion informatique à l’Université internationale Paragon.

Le verre de 500 ml est fabriqué dans un matériau dérivé du blé et se décline dans des couleurs douces comme le rose layette, le bleu ou le vert. Photographie fournie
Le verre de 500 ml est fabriqué dans un matériau dérivé du blé et se décline dans des couleurs douces comme le rose layette, le bleu ou le vert. Photographie fournie

Leur premier produit écologique — l’adoucisseur d’eau écologique — était une réponse aux problèmes causés par les adoucisseurs d’eau chimiques. Ils contiennent des composants qui peuvent irriter la peau des gens, déclencher de l’asthme et ne sont généralement pas des produits biodégradables ou durables.

Ils se sont ensuite intéressés au problème des déchets plastiques et aux quantités massives qui s’accumulent dans l’environnement au niveau mondial.

« Nous avons effectué beaucoup de recherches sur le sujet, notamment sur l’utilisation de matériaux biodégradables pour remplacer le plastique. Nous avons découvert qu’il existait un grand nombre d’entre eux susceptibles de remplacer le plastique. Le blé en est un et c’est ainsi que tout a commencé », explique Hengsopheavan.

Après avoir effectué leurs recherches et élaboré des propositions commerciales, ils ont cherché dans le royaume quelqu’un qui pourrait fabriquer leurs produits, mais ils n’ont rien trouvé. Ils ont dû se tourner vers d’autres pays de la région pour trouver des entreprises capables de faire ce qu’ils voulaient et ils ont atterri à Taïwan.

Toutefois les jeunes entrepreneurs souhaiteraient être en mesure de localiser entièrement leur entreprise pour éviter les impacts environnementaux liés à l'expédition depuis l’étranger, mais cela n’était tout simplement pas possible en raison des limitations techniques et du manque de ressources financières.

« Nous sommes toujours en train de traiter le produit et de réfléchir à la meilleure façon de procéder, mais notre objectif est vraiment de localiser la fabrication ici et de développer d’autres alternatives écologiques dans notre pays », explique-t-il.

Leur premier écoproduit était une boule faite de laine de coton utilisée pour remplacer les adoucissants. Photographie fournie
Leur premier écoproduit était une boule faite de laine de coton utilisée pour remplacer les adoucissants. Photographie fournie

Les verres de blé sont un bon début. Ils sont pratiquement incassables, faciles à nettoyer, isolés pour maintenir des températures chaudes et froides pendant au moins 90 minutes et ils sont, bien sûr, écologiques et biodégradables s’ils sont jetés, mais ils peuvent en fait être réutilisés indéfiniment.

« Nous voulons motiver les gens à utiliser des produits plus écologiques, mais nous voulons aussi nous assurer qu’ils aiment ce qu’ils tiennent dans leurs mains. Ainsi, comme vous pouvez le voir, nous avons conçu le verre sous la forme de Terrazzo afin qu’il soit minimaliste, mais attrayant. C’est important pour attirer des clients qui ne s’intéressent peut-être pas à l’environnement au premier abord, mais l’utilisation de nos produits pourrait éveiller leur intérêt afin qu’ils changent d’avis et fassent de meilleurs choix quant aux matériaux qu’ils utilisent dans leur vie de tous les jours », explique Hengsopheavan.

Selon lui, au début de leur activité, ils n’avaient pas beaucoup de soutien, mais ils ont à présent des clients qui sont attirés par leurs produits en raison de leur caractère écologique et aussi innovant.

La plupart de leurs clients sont des étudiants ou des membres du personnel de lycées et d’universités, mais certaines entreprises ont acheté des articles en gros pour les offrir à leurs employés.

« Je suis heureux que nous ayons reçu un tel soutien. Mes parents étaient inquiets au début quand ils ont vu que nous étions plus concentrés sur ce projet que sur nos études, mais maintenant qu’ils ont vu les résultats et les réactions positives, ils sont heureux pour nous ».

« Si quelqu’un envisage de créer sa propre entreprise, il devrait le faire. Ce n’est pas grave de commencer sans que personne ne vous suive ou ne croie en vous. Faites-le quand même, car je crois que si vous êtes passionné par quelque chose et que vous y mettez du vôtre, tôt ou tard, les gens vous suivront. Il faut juste faire un saut dans l’inconnu et croire en soi », dit-il.

Le verre de blé est disponible chez Kong Vong, une entreprise cofondée par deux étudiants, Sam Hengsopheavan (à droite) et Hok Chanboramey. Photographie fournie
Le verre de blé est disponible chez Kong Vong, une entreprise cofondée par deux étudiants, Sam Hengsopheavan (à droite) et Hok Chanboramey. Photographie fournie

Sam Hengsopheavan raconte que lorsqu’il a commencé à s’engager dans des causes environnementales, son objectif était de changer toutes ses habitudes et d’éliminer à 100 % l’utilisation du plastique dans sa vie, mais il a vite découvert que c’était pratiquement impossible. Mais il est envisageable de réduire considérablement sa consommation l’on cesse tout simplement d’utiliser des sacs, des gobelets et des pailles en plastique.

« Lorsque vous achetez un soda à quelqu’un et que vous prévoyez de le boire immédiatement, ne le laissez pas vous le remettre dans un sac en plastique ou avec un tas de pailles en plastique. Vous n’avez pas besoin d’une paille en plastique dans une canette. Si vous pensez que la canette est sale, nettoyez-la. Pourquoi êtes-vous si convaincu que les canettes sont toujours sales, mais que les pailles ne le sont jamais ? C’est fou », dit-il.

Le prix des produits de Kong Vong varie entre 5 et 7 dollars. Actuellement, ils n’ont qu’un seul modèle de verre de 500 ml disponible, mais ils veulent proposer plus d’options dans l’avenir selon les désirs de la clientèle.

« Ce sont tous des actes mineurs, mais en les additionnant, cela peut faire une petite différence pour l’environnement. Partagez ces idées avec vos amis et votre famille. La durabilité ne peut être atteinte du jour au lendemain, elle sera atteinte progressivement au fil du temps », dit-il.

Pour plus d’informations sur Kong Vong, Facebook : @kongvongKV

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône