Cambodge : Imminence d'une loi sur la sécurité alimentaire

Selon des experts locaux de la restauration et du tourisme, la prochaine loi sur la sécurité alimentaire devrait donner un coup de fouet à la gastronomie locale et lui permettre d'attirer investisseurs et voyageurs étrangers dans le Royaume.

Imminence d'une loi sur la sécurité alimentaire

Le 25 avril, une délégation du ministère du Commerce conduite par le ministre S.E. Pan Sorasak a présenté le projet de loi à une commission d’experts de l’Assemblée nationale (AN), dont tous les membres ont exprimé leur soutien au projet. Le document va maintenant être envoyé à l’AN pour un vote à une date ultérieure.

Selon le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan, le projet de loi a été approuvé à l’unanimité par le Conseil des ministres le 1er avril.

Le président de la Cambodia Chefs Society (CCS), Song Teng, a déclaré au Post qu’une fois promulguée, la loi améliorerait considérablement la réputation gastronomique du Royaume et inspirerait confiance aux voyageurs étrangers qui envisagent une visite.

Un secteur alimentaire aux normes de qualité clairement définies, qui bénéficie de la confiance des consommateurs, permettra non seulement d’améliorer le bien-être des Cambodgiens, mais aussi d’inciter les entreprises étrangères à investir dans la production alimentaire pour l’exportation, a-t-il ajouté.

« Lorsque cette loi entrera en vigueur, je pense qu’elle apportera de nombreux avantages à l’économie cambodgienne, notamment en améliorant la qualité des pratiques d’hygiène et en attirant au Cambodge des étrangers qui n’auront pas à se soucier de leur santé en mangeant localement », a déclaré M. Teng.

Il a ajouté que le paysage de l’approvisionnement alimentaire local avait connu une amélioration considérable au fil du temps en termes d’hygiène et de contrôle de qualité, de prix et de compétences des chefs.

Selon M. Teng, les chefs gagnent à présent entre 150 et 4 000 dollars par mois en fonction de leur expérience et de leurs certifications, la plupart des restaurants et des hôtels ayant été formés dans des écoles professionnelles.

Il souligne que pour que le secteur alimentaire se développe rapidement, il faudra que les Cambodgiens « se passent tous le mot ».

« Je demande instamment aux dirigeants du gouvernement et à tous les Cambodgiens de s’impliquer davantage dans la diffusion et la promotion du chef cambodgien et de la gastronomie, car la cuisine khmère est variée et savoureuse », a-t-il déclaré.

Préparation de citronnelle. Photo CG
Préparation de citronnelle. Photo CG

Le président de la Fédération cambodgienne du tourisme, Luu Meng, a approuvé les propos de M. Teng, affirmant que la loi renforcerait la confiance des investisseurs étrangers et des touristes en matière de sécurité alimentaire, les convaincrait de venir au Cambodge, et stimulerait ainsi la croissance économique alors que le Royaume passe à la gestion endémique du Covid-19.

La loi contribuera à mettre la cuisine cambodgienne sur la carte internationale, à renforcer la qualité et la sécurité des produits alimentaires et à établir des exigences de formation pour les chefs, entre autres effets favorables, a-t-il ajouté.

« Cette loi va non seulement inspirer confiance aux locaux et aux visiteurs étrangers dans la sécurité des aliments cambodgiens, mais aussi encourager les investissements dans la production alimentaire pour l’exportation », a précisé M. Meng.

Le ministère du Commerce a énuméré les principaux avantages de la loi, à savoir un mécanisme pour la gestion des opérations de toutes les entités au sein des chaînes de production alimentaire ; des exigences et des normes de base pour la qualité et la sécurité des aliments ; et des approches améliorées pour la mise en œuvre des mesures sanitaires et phytosanitaires et des obstacles techniques au commerce des produits alimentaires.

Hin Pisei avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône