Cambodge & Gastronomie : Le succès du thé à la fleur de pois papillon

Yann Chat se tient près d'une clôture en bambou, une main tenant un panier et l'autre cueillant des fleurs bleues sur des vignes provenant d'arbres voisins. Elle cueille des fleurs de pois papillon - également connus sous le nom de thé bleu - avant de les mettre à sécher au soleil. Ces fleurs sont l'ingrédient clé du thé papillon, une boisson désormais très populaire dans les cafés du Cambodge.

Chat a commencé par planter seulement quelques touffes de pois papillons jusqu'à ce qu'une vingtaine de grappes pousse autour du café
Chat a commencé par planter seulement quelques touffes de pois papillons jusqu'à ce qu'une vingtaine de grappes pousse autour du café

Chat n'est qu'une des nombreuses vendeuses de boissons qui choisissent de cultiver leur propre pois papillon pour l'utiliser comme matière première pour leur thé et cela lui est également utile pour décorer son commerce.

« J'ai choisi de cultiver cette fleur parce qu'elle peut être utilisée pour préparer des boissons et qu'elle peut aussi se révéler très attrayante pour les clients qui viennent ici en raison de ses belles fleurs », déclare Mme Chat, propriétaire du café Somros S'ang Phnom dans la province de Kandal.

Au Somros S'ang Phnom Coffee, Chat utilise les fleurs de pois papillon cultivées sur place pour faire du thé papillon, au miel, au lait papillon et au citron.

« On peut en faire cinq ou six sortes de boissons, et la plupart d'entre elles sont populaires auprès des jeunes clients », dit-elle.
« On peut en faire cinq ou six sortes de boissons, et la plupart d'entre elles sont populaires auprès des jeunes clients », dit-elle.

En plus d'approvisionner son propre café, les fleurs, une fois cueillies et séchées, sont également livrées à d'autres vendeurs de boissons.

Ce qui lui a donné confiance, dit-elle, ce sont les résultats obtenus avec des fleurs de pois papillon très parfumées. Si l'on combine cela avec un séchage et un brassage soigneux et hygiénique, les résultats sont parfaits.

« Chez moi, je cultive également du pandan [Pandanus amaryllifolius] et du jasmin. J'essaie toujours de faire pousser beaucoup de plantes parce que nous les cultivons naturellement. Nous n'avons pas besoin de les acheter ailleurs et de craindre qu'elles aient été arrosées de produits chimiques », explique Chat.
Au Somros S'ang Phnom Coffee
Au Somros S'ang Phnom Coffee

Popularité

La popularité du thé aux papillons et la facilité de culture de son ingrédient principal ont incité de nombreux propriétaires de cafés à cultiver eux-mêmes ces plantes. Ceux qui avaient l'habitude de cultiver des jardins de pois papillons à grande échelle ont pour la plupart abandonné leurs plantations au profit d'autres cultures.

Mem Chansy, propriétaire du Nika Coffee and Butterfly Tea Shop, a abandonné sa plantation de pois papillons et n'a gardé qu'un petit nombre de plantes pour son propre établissement.

« J'avais l'habitude de les cultiver sur un demi-hectare de terre à la maison, mais maintenant j'ai arrêté de les cultiver parce que c'était difficile ... . Je pouvais récolter un kilo par jour, qui se vendait seulement 40 000 riels et il faut deux ou trois personnes pour cueillir les fleurs chaque jour », dit-il.

Il y a quelques années, après avoir constaté une hausse de la demande de thé aux papillons et remarqué que d'importantes cargaisons de fleurs séchées en provenance des pays voisins traversaient le Royaume, Chansy a commencé à utiliser un demi-hectare de terrain dans le district de Koh Thom, dans la province de Kandal, pour y planter des pois papillons afin d'ajouter ses propres fleurs locales à ce qui était proposé aux propriétaires de cafés.

Bien que les plantes poussent facilement et ne soient pas difficiles à entretenir, les problèmes de main-d’œuvre lors de la récolte et la baisse des prix du marché ont obligé Chansy à transformer le jardin de fleurs en une plantation différente.

« Au début, nous les vendions à 60 000 riels pour 1 kg de fleurs, mais au bout d’un certain temps, les pois papillon sont devenus trop nombreux et notre acheteur de Thaïlande proposait des prix plus bas, alors nous avons arrêté l’activité ».

Cependant, en tant que propriétaire de la boutique, Chansy s’assure d’avoir toujours des pétales sous la main pour préparer des boissons pour ses clients qui commandent du thé au babeurre, du thé papillon, du thé à la noix de coco, du thé parfumé, du thé papillon à la mangue, des laits papillon et des desserts à la gelée.


Bonne pour la santé

Selon lui, la fleur de pois papillon — connue pour être riche en antioxydants — présente de nombreux avantages pour la santé et la beauté, comme la réduction des signes de vieillissement, des propriétés anti-inflammatoires et le renforcement du système immunitaire.

« Si nous la cultivons et la traitons nous-mêmes, cela pourrait être une bonne affaire si nous la transformions ensuite en poudre pour en faire du savon ou du shampoing », déclare le propriétaire du café.

Heng Chan, une habitante de la province de Kampong Cham, pensait en faire une activité rentable :

« Au début, je pensais que si je pouvais les vendre à un prix élevé, j’en planterais autour de la maison. Je me suis dit que si on plantait 50 touffes de pois papillon sur des treillis, comme on plante des légumes, il serait plus facile de cueillir ses fleurs », confie-t-elle.

« Il y a environ cinq ans, 1 kg coûtait 30 dollars - mais depuis la pandémie, le prix n’a cessé de baisser », explique-t-elle.

Selon elle, les fleurs de pois papillon sont aujourd'hui bon marché parce que beaucoup de gens peuvent à présent cultiver cette plante. Et, les grandes plantations ont quelques difficultés à rentabiliser leur activité.

Aujourd’hui, elle cultive environ 10 touffes de pois papillon autour de sa maison. Pour faire 1 kg de thé séché, qu’elle dit pouvoir vendre 60 000 riels, elle doit cueillir deux paniers complets de fleurs et cela lui prend environ un mois.

Bien que les fleurs de pois papillon ne puissent pas être considérées comme une activité lucrative pour elle, Chan continu à les planter afin de décorer sa maison et d’en faire un ingrédient pour les boissons et les desserts de sa famille.

Pan Simala et Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône