Cambodge & Gastronomie : La cuisine grecque au cœur de Phnom Penh

Situé au numéro 44, à l'angle des rues 123 et 454 dans le quartier de Tuol Tompoung I, Elia Greek Kitchen Phnom Penh est un restaurant qui attire l'attention. Presque tout le bâtiment est peint en blanc et bleu vif.

Le plateau de viande mixte se compose de saucisses, de bœuf, de poulet, de boulettes de viande, de frites maison, de salade d'accompagnement et de pain pita. Photo YOUSOS APDOULRASHIM
Le plateau de viande mixte se compose de saucisses, de bœuf, de poulet, de boulettes de viande, de frites maison, de salade d'accompagnement et de pain pita. Photo YOUSOS APDOULRASHIM

La composition du toit, des murs et des tables rappelle le drapeau bicolore de la Grèce, pays où poussent des millions d’oliviers. Il n’est donc pas étonnant que le restaurant lui-même ait pris le nom d’Elia, qui signifie « olive » dans la langue du pays. L’olivier est aussi la plante nationale grecque et symbolise la paix ou la victoire dans la culture ancestrale du pays.

Malgré la présence d’une communauté grecque relativement restreinte dans le Royaume, il n’a pas fallu longtemps à la cuisine grecque Elia pour attirer un public varié dans la capitale. Après avoir fait parler de lui dans la province de Siem Reap, où son propriétaire grec Yigit Altug avait fondé le premier Elia Greek Kitchen et un hôtel lors de son arrivée au Cambodge il y a quatre ans, le restaurant se fait à présent un nom à Phnom Penh.

Diplômé en hôtellerie, gestion du tourisme et accueil, Yigit raconte au Post qu’il a ouvert son hôtel et son restaurant à Siem Reap il y a deux ans et demi.

« Beaucoup de mes clients de Siem Reap m’ont demandé pourquoi je n’en avais pas ouvert un dans la capitale. C’est pourquoi je suis venu à Phnom Penh et j’ai réalisé que cette ville avait un énorme potentiel », explique-t-il.

Elia Greek Kitchen Phnom Penh a ouvert ses portes en septembre, avec des clients de tous âges et de toutes nationalités venus déguster les plats méditerranéens qu’il propose.

Yigit confie que ceux qui fréquentaient ses deux restaurants de Siem Reap sont venus dès que les portes de son troisième restaurant et du premier de Phnom Penh se sont ouvertes.

« J’espère que nous pourrons en ouvrir quelques autres dans la capitale », dit-il.
Les décorations blanches et bleues sont le thème de l’Elia Greek Kitchen Phnom Penh. YOUSOS APDOULRASHIM
Les décorations blanches et bleues sont le thème de l’Elia Greek Kitchen Phnom Penh. YOUSOS APDOULRASHIM

Depuis son établissement à Phnom Penh, Elia accueille plusieurs dizaines de clients par jour qui souhaitent découvrir la cuisine et la musique grecques.

Yigit a remarqué qu’Elia à Siem Reap servait surtout des étrangers, mais à Phnom Penh, les locaux sont également très présents. Les clients qui sont allés en Grèce, notamment les Grecs eux-mêmes, confient que le restaurant leur donne la nostalgie de leur pays. Pour ceux dont le rêve de visiter Santorin en Grèce a été brisé à cause de la pandémie, venir à Elia et déguster cette cuisine grecque apaise leur frustration de ne pouvoir voyager.

Parmi les plats disponibles
Parmi les plats disponibles

Yigit confie : « Comme nous avons essayé d’imiter la décoration et tout ce qui se passe en Grèce, je pense que le restaurant peut s’identifier à eux en toutes choses — de la musique grecque au concept bleu et blanc.

Les photos accrochées aux murs, notamment la grande photo de Santorin placée là où on la remarque au premier coup d’œil, rappellent les habitations grecques. »

Mais la décoration et l’ambiance ne sont qu’une des raisons pour lesquelles les clients reviennent chez Elia. C’est la délicieuse cuisine qui est proposée qui attire les clients. Selon Yigit, les Grecs du Cambodge avancent que les plats d’Elia sont encore meilleurs que ceux de Grèce.

« Nous avons toujours été complimentés pour notre moussaka, nos clients disent être la meilleure qu’ils aient jamais mangée », dit Yigit.

La moussaka (8,50 $) est un plat grec très traditionnel. Elle se compose de plusieurs couches empilées les unes sur les autres : pommes de terre en bas, aubergines en deuxième, viande hachée en troisième, tomates fraîches et sauce béchamel en quatrième, le tout couronné de fromage. Le plat est ensuite cuit au four pour un résultat tout simplement délicieux.

Outre la moussaka, les vedettes du menu sont le plateau de viande mixte et les pâtes aux fruits de mer. Le plateau de viande mixte coûte 15,50 $ par personne, et pour deux portions, il s’élève à 27,50 $. Il est composé d’un assortiment de viandes telles que des saucisses allemandes, du bœuf, du poulet tendrement mariné, des boulettes de viande, des herbes grecques spéciales, des frites maison, une salade d’accompagnement et du pain pita.

Quatre sauces sont également proposées en guise de dips : tzatziki (une sauce grecque au yaourt et au concombre), moutarde, betterave (à base de yaourt et de mayonnaise) et tomate.

Les plats de viande et de fruits de mer sont populaires parmi les locaux, tandis que les clients étrangers montrent des goûts plus mitigés.

Une serveuse présente un plateau de viandes variées à l’Elia Greek Kitchen de Phnom Penh, rue 123. Photo YOUSOS APDOULRASHIM
Une serveuse présente un plateau de viandes variées à l’Elia Greek Kitchen de Phnom Penh, rue 123. Photo YOUSOS APDOULRASHIM

Pourtant, tout le monde apprécie la salade grecque, qui est aussi un incontournable chez les Grecs.

« En Grèce, aucune table ne se passe de salade grecque. C’est comme le riz pour les Cambodgiens. Personne ne mange sans elle », dit-il.

En ce qui concerne les boissons, il recommande aux clients d’essayer la Sangria grecque qui est du vin rouge combiné à des fruits coupés. Les clients peuvent également essayer le café glacé typiquement grec.

Ses ingrédients viennent pour la plupart de l’étranger. Par exemple, le bœuf qui est servi vient d’Australie, d’autres viandes viennent de Nouvelle-Zélande et la feta vient de France.

La fameuse Feta
La fameuse Feta

« Je peux dire que les ingrédients que nous utilisons sont notre force. Par exemple, cinq kilos d’huile d’olive se vendent normalement 20 dollars, mais nous utilisons de l’huile d’olive vierge qui coûte 30 dollars ou plus. Et même si les préparations de poulet et de légumes utilisent des produits locaux, nous ne sélectionnons que les meilleurs », dit-il.

Enfin, les portions de nourriture proposées chez Elia sont généreuses avec des prix raisonnables. Et la carte est ainsi faite que chacun trouvera son bonheur dans ce restaurant.

« Nous servons des plats de viande et nous nous adressons également aux végétariens et aux végétaliens. La moitié de nos plats ont des options viande ou végétariennes », explique Yigit.

L’une des particularités d’Elia, selon Yigit, est que le service est très rapide et très efficace. « Tout mon personnel comprend ce que veulent nos clients parce que nous leur parlons. Et comme ce dernier est sympathique, les gens veulent nous connaître et discuter avec nous. Ils ne viennent pas seulement pour la cuisine.

« Nous diffusons de belles chansons grecques populaires après 21 heures pour détendre nos client et ces derniers aiment passer du temps avec nous. L’atmosphère est également conviviale, ce n’est pas seulement un restaurant. Elia est comme un point de rencontre pour les gens qui veulent bien manger, boire et socialiser », dit-il.

Fort de son succès, Yigit souhaite augmenter la taille de son restaurant en agrandissant l’espace et en formant davantage de personnes. « Nous sommes prêts à servir le nombre croissant de clients venus apprécier la cuisine grecque.

« Je souhaite que les Cambodgiens soient plus ouverts sur leurs choix alimentaires. Essayez mon restaurant, car je ne suis pas là uniquement pour gagner de l’argent. Je veux présenter la cuisine grecque aux gens du pays. »

« Les étrangers connaissent généralement la cuisine grecque, mais comme je suis au Cambodge, je veux présenter ma cuisine aux Cambodgiens. Et cela me rend heureux de voir ceux-ci venir pour essayer quelque chose de différent. Ils ne doivent pas être fermés d’esprit. Il suffit d’essayer. Nous avons de la nourriture pour satisfaire les papilles de chacun », conclut Yigit.

 

Elia Greek Kitchen Phnom Penh est ouvert de 11 h à 23 h (en semaine) et de 11 h à 12 h (le week-end). À l’avenir, Yigit espère pouvoir ouvrir pour le petit-déjeuner également.

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône