forum 1.jpg
forum 2.jpg

Cambodge & Francophonie économique : Louise Mushikiwabo, « il faut passer à l’action »

C’est lundi qu’a eu lieu le démarrage de la 1ère Mission économique et commerciale de la Francophonie au Cambodge dans les locaux du Raffles. Pour cette première matinée principalement consacrée aux discours d’information et de bienvenue, la Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo a insisté sur la nécessité de « passer à l’action » pour stimuler les partenariats commerciaux et investissements entre pays de la francophonie.

a Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo
La Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo. Photo OIF

Rappelons que cette mission organisée par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) accueille 59 entrepreneurs et acteurs économiques internationaux (46 d’Afrique, 8 d’Europe, 3 d’Océan indien, 2 d’Amérique du Nord et 1 de la Caraïbe) et qu’une centaine d’entreprises du Royaume participe à cet événement.

« C’est pour moi un grand plaisir de me retrouver avec vous une nouvelle fois au Cambodge, un très beau pays. », déclarait la Secrétaire générale de l'OIF.

« Je suis heureuse de pouvoir inaugurer ce forum d’entreprises francophones aux côtés du vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, S.E. Prak Sokhonn. C’est un ami depuis quelques années et que j’ai le plaisir de retrouver », annonçait Mme Mushikiwabo en soulignant également « très sincèrement et chaleureusement les autorités cambodgiennes pour l’accueil réservé à sa délégation et à tous les membres de cette belle mission ».

Première journée de cette mission économique francophone. Photo CG
Première journée de cette mission économique francophone. Photo CG

« Je sais aussi combien vos équipes n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de cette mission aux côtés de celles de l’OIF basée à Hanoï, Hô Chi Minh et Paris. Tout cela dans un contexte sanitaire encore fragile. Et je félicite le Cambodge et le gouvernement royal pour sa gestion efficace de la crise sanitaire » déclarait la Secrétaire générale, ajoutant :

« J’ai eu l’occasion d’échanger avec S.E. Prak Sokhonn durant cette période compliquée et je me réjouis de voir que ce pays est aujourd’hui parmi les plus vaccinés du monde et que les affaires sont de retour. Cela a permis de réunir les conditions de sécurité nécessaires pour la réussite de cette mission. »

Selon Mme Mushikiwabo, cette mission de trois jours revêt deux objectifs :

  1. Dans un premier temps, évaluer les opportunités de faire des affaires entre les entreprises francophones qui sont venues et la centaine d’entreprises cambodgiennes dans les trois secteurs, l’agro-industrie, l’énergie renouvelable et les biens et services numériques.

  2. Ensuite, elle a fait part de son souhait d’aller au-delà des échanges et des évaluations d’opportunités et d’aboutir à la signature de partenariats et/ou d’investissements entre les acteurs cambodgiens et ceux de cette mission en insistant sur la nécessité d’un suivi de cette mission.

« Notre ambition est de passer à l’action, d’aller au-delà d’un forum, de pouvoir faire des affaires ensemble, Cambodgiens et francophones. », a-t-elle déclaré.
Louise Mushikiwabo, « il faut passer à l’action »

Opportunités

Le Cambodge propose de grandes opportunités dans les trois secteurs d’activité identifiés et a l’avantage d’être ouvert au commerce international et aux investissements directs étrangers poursuivait la Secrétaire générale en ne manquant pas de remercier très sincèrement le Président de la Chambre de Commerce du Cambodge, M. Kith Meng pour avoir proposé d’être le relais de plusieurs entreprises francophones souhaitant travailler dans cette région.

Mme Mushikiwabo a ensuite rappelé que le Cambodge demeurait un pays particulièrement attractif au sein de l’ASEAN, présentant un taux de croissance soutenu en dépit des aléas liés à la crise sanitaire, prévue à plus de 5 % cette année ainsi qu’en 2023.

« Le flux d’investissements étranger va probablement poursuivre sa progression et dépasser les 36 milliards de dollars. Ces investissements s’orientent vers l’industrie du textile, l’agriculture et le tourisme et proviennent majoritairement de pays non francophones », précisait-elle en appuyant sur une volonté commune d’accroître la part de pays membres de la francophonie dans les investissements et partenariats avec le Cambodge.

« Le partage d’une langue commune, le français, est un avantage, nous sommes une même famille. Une famille dont un des pères fondateurs est cambodgien (Norodom Sihanouk). L’espace économique francophone représente tout de même 14 % de la population mondiale, 16 % du PIB mondial et près de 14 % des ressources minières et énergétiques. »

« Enfin, cet espace représente 20 % du commerce mondial des marchandises. Mais, nous ne devons pas nous contenter de ces pourcentages. Nous souhaitons aller beaucoup plus loin, avec le Cambodge et avec le reste du monde francophone. C’est la raison de notre présence dans le Royaume aujourd’hui », précisait-elle en rappelant qu’il existait 321 millions de francophones dans le monde, majoritairement des jeunes et des femmes.

Stratégie

la Secrétaire générale a ensuite brièvement évoqué La nouvelle stratégie économique de la francophonie jusqu’en 2025 qui permet de prendre en considération les conditions du commerce international ces dernières années et repose sur cinq axes d’intervention :

  1. La stimulation de l’innovation et de l’entrepreneuriat pour favoriser l’insertion professionnelle.

  2. La capitalisation sur l’économie numérique et l’intelligence artificielle.

  3. L’appui aux pays membres de la francophonie dans la formulation de politiques publiques fortes

  4. Le renforcement du plaidoyer francophone.

  5. L’intensification des échanges commerciaux et des investissements dans tout notre espace francophone

« Nous avons recentré les programmes de l’OIF pour répondre à cette stratégie en privilégiant des activités et initiatives utiles, et réalisables au bénéfice des francophones, en particulier des jeunes. Cette mission témoigne de notre volonté soutenir la coopération entre pays francophones pour sortir de cette situation difficile créée par la pandémie. Notre apport est certes modeste, mais il sera constant », a-t-elle expliqué.

Programmes

« Le nouveau programme “Pionnières de l’entreprenariat” qui accompagne le développement de startups et de PME à fort potentiel de croissance intéressera — j’en suis persuadée — les entreprises cambodgiennes. Nous aimerions voir ce programme toucher également le Cambodge. De même, notre programme “Déclic, formez-vous au numérique ‘intéressera les jeunes Cambodgiens. Nous souhaitions également étendre ce projet au Cambodge, en partenariat avec le gouvernement royal, qui travaille déjà beaucoup dans ce sens », concluait Mme Mushikiwabo avant d’inviter les entreprises cambodgiennes à la seconde édition de cet événement qui se déroulera au Gabon et au Rwanda : « L’OIF, votre guide et facilitateur, s’engage à mettre toute son énergie pour que ce type de mission porte ses fruits. »


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône