forum 1.jpg
forum 2.jpg

Cambodge & Finance : Encourager une politique de « financement vert » par les banques

Selon la Banque Nationale du Cambodge, l’encours des prêts accordés par les institutions financières à tous les secteurs a augmenté de 21,2 % en 2021 pour atteindre 45,7 milliards de dollars.

Encourager une politique de « financement vert » par les banques

La Fair Finance Cambodia Coalition (FFCC) a appelé toutes les institutions financières du Royaume à intégrer des considérations sociales, de ressources naturelles et critères environnementaux dans leurs politiques et procédures de risque de crédit.

Fair Finance Asia

La FFCC est une plate-forme placée sous l’égide du réseau régional Fair Finance Asia, composé d’organisations de la société civile établies dans huit pays et dont l’objectif est d’encourager la finance durable au Cambodge, indique-t-elle dans un communiqué.

La branche nationale est mise en œuvre par six membres de la coalition, à savoir Oxfam, ActionAid, le Comité de coopération pour le Cambodge, SILAKA, le Forum des ONG du Cambodge et Transparency International Cambodge, précise le communiqué.

Le 24 février, la FFCC a publié une « étude détaillée » sur la mise en œuvre de la politique de financement vert au Cambodge, ainsi que la fiscalité de l’ASEAN pour la finance durable, afin de proposer des recommandations et des critères politiques au ministère de l’Économie et des Finances, à la Banque Nationale du Cambodge et à d’autres organes gouvernementaux « pour évaluer la qualité des activités de financement et référencer les activités et investissements verts éligibles ».

« L’étude formule six recommandations clés, comprenant la sensibilisation des parties prenantes aux définitions et aux critères du financement vert, la prise en compte par les institutions financières des critères internationaux pour repenser leur rôle et leurs politiques, et la reconnaissance des banques qui se conforment pleinement aux principes de financement durable du Cambodge de l’Association des banques du Cambodge ».

« D’autres mesures comprennent la réalisation par la Banque Nationale du Cambodge de recherches fondées sur des données probantes qui serviront de référence pour l’élaboration de réglementations et de lignes directrices, et le renforcement des capacités des décideurs et des exécutants pour une formulation et une mise en œuvre efficaces des politiques », indique le communiqué.

Selon le rapport :

« il n’existe pas de base juridique ou de disposition pour l’inclusion ou l’intégration de la promotion des questions écologiques et sociales et de la protection des ressources naturelles dans les politiques et pratiques du secteur financier au Cambodge ».

Le rapport suggère ainsi que « l’impact environnemental et social négatif du secteur financier peut être mesuré et réglementé en termes de gestion des risques, couplé à un soutien de suivi au Cambodge ».

La directrice nationale d’Oxfam, Phean Sophoan, précise dans le communiqué que « les garanties environnementales et sociales dans le secteur bancaire et financier cambodgien sont une préoccupation importante.

Le crédit de ce secteur a largement contribué à de nombreux projets de développement ou d’investissement, dont certains ont eu un impact sur les ressources sociales et naturelles et sur l’environnement. Avec la croissance du secteur bancaire et financier, l’étude s'avère très instructive pour toutes les parties concernées qui travaillent ensemble à la promotion d’un financement vert durable pour atténuer les impacts négatifs sur l’environnement... ».

Financement vert essentiel

Le directeur exécutif du Forum des ONG au Cambodge, Tek Vannara, souligne : « La politique de financement vert est essentielle pour contribuer à un développement équitable, inclusif et durable au Cambodge et les normes environnementales et sociales sont essentielles pour garantir que tous les aspects des projets de développement bénéficient à la population et à toutes les parties prenantes de manière équitable.

Les conclusions de cette étude sont une réalisation importante pour la connaissance, la considération et la discussion entre les parties prenantes afin de contribuer au développement durable au Cambodge », a-t-il déclaré lors du séminaire marquant la publication du rapport.

Le 25 février, la Banque des règlements internationaux (BRI), dont le siège est en Suisse, a lancé l’Asian Green Bond Fund, un fonds à capital variable destiné aux investissements de la banque centrale dans des obligations de haute qualité émises par des États souverains, des institutions financières internationales et des sociétés, une initiative saluée par la BNC.

Le gouverneur de la banque centrale, Chea Chanto, reconnaît les risques financiers et les avantages d’investir dans des obligations vertes ainsi que de protéger la Terre. Il a déclaré que la BNC jouait un rôle en contribuant à atténuer les risques financiers déclenchés par l’impact du changement climatique sur les conditions économiques, sociales et environnementales.

« Nous pensons que chaque institution et chaque individu peut jouer un rôle en contribuant à une croissance équitable et durable en réduisant le rythme rapide du changement climatique et ses canaux de propagation.»

« Nous encourageons vivement toutes les institutions financières à mettre en place des politiques qui favorisent la finance verte et soutiennent les investissements respectueux du climat », a-t-il déclaré.

Selon le rapport annuel 2021 de la BNC, l’encours des prêts accordés par les institutions financières à tous les secteurs a augmenté de 21,2 % pour atteindre 186,4 trillions de riels (45,7 milliards de dollars).

Par ailleurs, le secteur de la finance est en plein essor, les comptes de dépôt et de crédit à la consommation ont respectivement augmenté de 40,7 % et de 5,1 % en 2021.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône