Cambodge & Environnement : Localisation de nouvelles colonies de marabouts à Keo Sema

L’ONG Wildlife Conservation Society (WCS) Cambodia a annoncé qu’elle avait localisé dernièrement deux colonies de reproduction de marabouts chevelus — l’une contenant cinq nids et l’autre deux — dans le nord de la réserve naturelle de Keo Seima alors que la saison de nidification de septembre-novembre se poursuit.

Le marabout chevelu est un grand échassier de la famille des cigognes. Il a une longueur de 87-93 cm, pèse de 4 à 5,71 kg et mesure environ 110-120 cm de haut. Photo Jason Thompson
Le marabout chevelu est un grand échassier de la famille des cigognes. Il a une longueur de 87-93 cm, pèse de 4 à 5,71 kg et mesure environ 110-120 cm de haut. Photo Jason Thompson

Une équipe de surveillance a chargé des gardiens de surveiller les échassiers et guette maintenant d’autres colonies, a déclaré le porte-parole de WCS Cambodia.

L’équipe est à pied d’œuvre depuis le début du mois, après avoir gardé le nid d’un ibis géant (Thaumatibis gigantea) jusqu’à ce que les poussins éclosent et prennent leur envol avec succès il y a quelques semaines, précise l’ONG.

Le marabout chevelu est classé comme « vulnérable » sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). L’organisme estime qu’il en reste environ 5 500 à 10 000 dans le monde.

Marabout chevelu. Photo Christophe Gargiulo
Marabout chevelu. Photo Christophe Gargiulo

WCS Cambodia a précisé : « La population de ces marabouts est soupçonnée de décliner rapidement en raison de diverses menaces, dont la plus importante est la récolte des œufs et des poussins des colonies, la perte de l’habitat de nidification, la conversion et la dégradation des zones humides, ainsi que les changements et l’intensification de l’agriculture.

ls sont également menacés par la pratique néfaste consistant à empoisonner les bassins pour attraper des poissons. L’année dernière, l’équipe de surveillance de la faune a trouvé quatre nids, mais aucun des œufs n’a éclos en raison de l’intervention humaine.

« Mais tout espoir n’est pas perdu dans la lutte pour sauver ces oiseaux », conclut WCS Cambodia.

WCS Cambodia