Cambodge & Environnement : Keo Seima, la zone protégée la plus riche en biodiversité du Royaume

Neth Pheaktra, secrétaire d'État et porte-parole du ministère de l'environnement a souligné, lors d'une présentation à la presse jeudi dernier, l'importance du sanctuaire de faune de Keo Seima, dans la province du Mondolkiri.

Le sanctuaire de faune de Keo Seima dans la province de Mondulkiri. Photo ministère de l'Environnement
Le sanctuaire de faune de Keo Seima dans la province de Mondulkiri. Photo ministère de l'Environnement

Selon le secrétaire d’État, le sanctuaire revêt une importance d'ordre international pour la préservation de l’éléphant d’Asie et de plusieurs espèces de singes. Il a rappelé que le sanctuaire abritait 75 espèces de faune et de flore menacées et répertoriées par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Le sanctuaire abrite également 959 espèces de champignons qui ont été cataloguées par la Wildlife Conservation Society (WCS) Cambodge et les responsables du sanctuaire. Cela fait du Keo Seima la zone protégée présentant la biodiversité la plus variée au Cambodge.

Selon M. Pheaktra, le Cambodge compte actuellement 7,3 millions d’hectares carrés de zones protégées, soit 41 % de la superficie du pays. Pour protéger ces espaces, le Cambodge a vendu des crédits carbone à des entreprises internationales. De 2016 à 2020, ces ventes ont rapporté 11,6 millions de dollars. Deux grandes entreprises ont acheté des crédits carbone, Disney et Gucci. Jusqu’à présent, le Cambodge et l’Indonésie étaient les seules nations de la région de l’ASEAN à vendre des crédits carbone.

« Le gouvernement est à la recherche de plus d’opportunités pour vendre des crédits carbone afin de renforcer le budget susceptible d’être consacré à la protection et à la conservation des ressources naturelles, ainsi que pour créer des revenus locaux », a déclaré M. Pheaktra.

Chhay Kimheak, responsable du programme REDD+ pour la Keo Seima Wildlife Conservation Society, a précisé que cette année, le sanctuaire avait reçu 600 000 dollars de la vente de crédits carbone, soit trois fois plus qu’en 2021 (200 000 dollars).

« Le budget a été partagé à 20 villages en fonction de leur contribution à la protection des ressources naturelles », a-t-elle précisé. Kimheak s’attend à ce qu’en 2023, la vente de crédits passe à un million de dollars, mais elle pense que cela dépendra de la contribution des communautés dans les zones protégées.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône