Cambodge & Environnement : Héroïsme et dévouement des gardes forestiers, une source d’inspiration

Alors que le Cambodge célébrait la Journée mondiale des rangers le 31 juillet, le porte-parole du ministère de l’Environnement, Neth Pheaktra, a exprimé sa gratitude et s'est dit soulagé fait qu’aucun ranger n’ait été blessé ou tué cette année lors de patrouilles ou d’autres missions de protection des ressources naturelles du Royaume.

Des femmes gardes forestières du ministère de l’Environnement posant dans une zone naturelle protégée. Photo MOE
Des femmes gardes forestières du ministère de l’Environnement posant dans une zone naturelle protégée. Photo MOE

Neth Pheaktra a déclaré à nos partenaires du Post le 31 juillet que la Journée mondiale des gardes forestiers était célébrée chaque année au Cambodge pour témoigner de l’appréciation et du respect pour tous les sacrifices consentis par les gardes forestiers et autres fonctionnaires travaillant pour des causes environnementales.

M. Pheaktra a également rappelé que le Cambodge comptait actuellement 1 200 gardes forestiers qui surveillent 76 zones protégées, comprenant des sanctuaires de faune, des parcs nationaux, des zones protégées et des sites Ramsar, le tout sur une superficie totale de 7,3 millions d’hectares. Selon lui :

« L’héroïsme et le dévouement des gardes forestiers sont une source d’inspiration et leur participation — aux côtés du gouvernement et du peuple cambodgien — est un élément crucial de la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité du Royaume. »

Il a aussi fait remarquer qu’en uniforme, les hommes et les femmes qui travaillaient comme gardes forestiers sont les gardiens des forêts et de la vie sauvage du Royaume, mais qu’à la maison, ils sont aussi des parents, des oncles, des tantes et des grands-parents dont les familles seront impliquées dans la protection des ressources naturelles et de la vie sauvage pour les générations à venir, grâce à l’exemple qu’ils donnent.

« Le ministère de l’Environnement tient à remercier tous les gardes forestiers et à leur exprimer notre reconnaissance pour leur héroïsme et les sacrifices qu’ils ont endurés, tant physiquement que mentalement, pour trouver la force de remplir leurs fonctions de manière responsable et professionnelle », a-t-il déclaré, précisant que le ministère envisageait également de former et de renforcer les capacités des gardes forestiers afin d’améliorer leurs performances professionnelles et de continuer à développer leurs compétences techniques et leurs aptitudes à diriger.

Le ministère envisage également de former et de renforcer les capacités des gardes forestiers afin d’améliorer leurs performances professionnelles et de continuer à développer leurs compétences techniques et leurs aptitudes à diriger.
Le ministère envisage également de former et de renforcer les capacités des gardes forestiers afin d’améliorer leurs performances professionnelles et de continuer à développer leurs compétences techniques et leurs aptitudes à diriger.

Le porte-parole a ajouté que le ministère s’était également attaché à augmenter les salaires des gardes forestiers et à leur fournir du bétail afin d’améliorer les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire de celles et ceux travaillant dans des zones rurales éloignées.

Selon M. Pheaktra, aucun garde forestier n’a été gravement blessé lors de ses patrouilles dans les zones de conservation depuis le début de l’année, même si quelques blessures mineures ont été enregistrées à la suite d’accidents de la route.

Au cours des neuf dernières années, note-t-il, deux gardes forestiers ont été tués par des hommes armés dans l’exercice de leurs fonctions et de nombreux autres ont été blessés au cours de missions ou ont été la cible de tirs, de menaces ou de dangers mortels alors qu’ils défendaient le patrimoine naturel du Cambodge.

Pour marquer la Journée mondiale des rangers, le 31 juillet, comme les années précédentes, le ministère a organisé un événement public auquel la presse a assisté et qui a mis en lumière certains messages importants sur leurs missions, à l’aide de photos, de reportages et de vidéos musicales sur les devoirs et la vie des rangers qui protègent l’environnement du Royaume.

Seng Teak, directeur national du Fonds mondial pour la nature au Cambodge (WWF-Cambodia), a déclaré avoir le plus profond respect pour le travail et les sacrifices des rangers :

« Nos rangers et nos gardes fluviaux travaillent jour et nuit pour protéger les forêts, la faune sauvage et les cours d'eau. Ils protègent nos espèces rares des ravages de la chasse, de la capture au collet, de la pêche illégale et d’autres pratiques destructrices de l’environnement  », a-t-il déclaré.

Chhin Phat Thavdy, l’une des rares femmes gardes forestiers travaillant dans le sanctuaire de la faune de Prek Prasob, dans la province de Kratie, confie qu’elle est heureuse de sa mission, car elle contribue à la protection et à la conservation des ressources naturelles :

« Même si mon travail de ranger patrouillant dans la forêt profonde implique d’affronter toutes sortes de difficultés, ma famille et moi sommes heureux que je puisse accomplir ce travail. Je n’ai jamais pensé que c’était trop difficile, et je crois fermement que les femmes aussi sont capables de le faire ».

Voun Dara avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône