Cambodge & Environnement : Action urgente nécessaire pour restaurer l’écosystème du lac Tonlé Sap

Chou Phanith, professeur au département de gestion et de développement des ressources naturelles de l'Université Royale de Phnom Penh, a rencontré le journaliste Sao Phal Niseiy pour discuter de l’avenir du lac Tonlé Sap et des mesures à prendre pour le sauver.

Chou Phanith, professeur au département de gestion et de développement des ressources naturelles de l'Université Royale de Phnom Penh
Chou Phanith, professeur au département de gestion et de développement des ressources naturelles de l'Université Royale de Phnom Penh

Sao Phal Niseiy : Le lac Tonlé Sap a subi de nombreux changements et la population locale s’inquiète de la dégradation de l’environnement et du déclin des prises de poissons. Que pensez-vous de cette situation ?

Chou Phanith : Il est évident que la réserve de biosphère du Tonlé Sap a changé son hydrologie, ce qui a entraîné une modification des fonctions de l’écosystème pour l’habitat des poissons, la forêt inondée, les sédiments et la pollution. Cela influence considérablement la population de poissons et d’autres éléments de la biodiversité tels que les algues, les plantes, les amphibiens, les reptiles et les oiseaux. Les conséquences n’affecteront pas seulement les 1,7 million de personnes qui dépendent des ressources naturelles de la réserve, mais elles s’étendront également aux autres provinces situées en aval du Mékong. Il s’avère en effet crucial et urgent de sauver la réserve de biosphère du lac en utilisant une approche globale plutôt que des projets fragmentés à petite échelle.

Sao Phal Niseiy : Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité du lac et qui nécessitent des actions urgentes ?

Chou Phanith : Le changement hydrologique du système du haut Mékong, le budget de l’eau et le débit de l’eau n’ont pas été atteints cette saison et les débits ont été très faibles, ce qui a créé des impacts critiques pour les habitats des poissons et certaines zones sont trop arides, ce qui entraîne des feux de forêt provoquant la destruction des sanctuaires d’oiseaux et des terres agricoles. Cela entraîne également un déplacement de la main-d’œuvre, créant des pénuries de travailleurs dans les activités agricoles intensives.

Vie sur le lac. Photo Juan Antonio Segal
Vie sur le lac. Photo Juan Antonio Segal

Et d’autres menaces existentielles pèsent sur l’écosystème du lac. Tout d’abord, il s’agit de l’impact négatif de l’expansion de ces terres agricoles et des systèmes d’irrigation. Cela contribue à une baisse de la population de poissons sauvages, car le volume d’eau diminue également.

L’utilisation de produits agrochimiques est également un énorme problème. Elle comprend l’utilisation de pesticides et d’engrais, ce qui a un impact critique sur l’habitat et la production des poissons. En outre, cela contribue à réduire la fertilité des sols et à endommager les micro-organismes utilisés pour les cultures.

La pollution est une autre menace. Les déchets liquides urbains et domestiques ne sont pas correctement traités avant d’être déversés dans les cours d’eau, ce qui entraîne une pollution et une augmentation des toxines dans les terres cultivées.

La dernière menace, mais non la moindre, est celle des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresses et les inondations qui affectent la productivité de la région.

Sao Phal Niseiy : Beaucoup signalent que ces changements sans précédent ont mis en danger l’avenir du lac et sa capacité à maintenir l’approvisionnement alimentaire. Qu’en pensez-vous ?

Chou Phanith : Oui, je viens de le dire, l’impact du changement de niveau d’eau est devenu le problème le plus critique pour la réserve de biosphère du Tonlé Sap. L’eau arrive plus tard que les années précédentes, ce qui limite le débit des autres petits cours d’eau. La végétation le long des berges ne peut pas recevoir assez d’eau pour survivre ou devenir un habitat approprié pour les poissons. Les prises de poissons ont rapidement chuté, et dans ces conditions, nous devons importer de grandes quantités de poissons de Thaïlande et du Vietnam.

Pécheur sur le lac. Photo Juan Antonio Segal
Pécheur sur le lac. Photo Juan Antonio Segal

Sao Phal Niseiy : Des études récentes indiquent que l’expansion rapide des activités agricoles crée aussi des problèmes, et que peu de décideurs politiques y ont prêté attention. Qu’en pensez-vous ?

Chou Phanith : Il y a une tendance à la récupération des terres pour la culture du riz sec, surtout dans les provinces de Siem Reap et de Kampong Thom. Certains étendent leurs terres agricoles à la zone de forêt inondée de la réserve de biosphère du Tonlé Sap. Le gouvernement a pris des mesures sérieuses, mais les agriculteurs et des gens extérieurs aux communautés essaient toujours de s’approprier les terres à des fins agricoles ou autres.

Sao Phal Niseiy : Vous avez également soulevé l’importance d’intégrer la biodiversité du lac Tonlé Sap dans les programmes d’enseignement. Qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Chou Phanith : En fait, ce projet vise à fournir des connaissances sur la biodiversité dans la réserve de biosphère du lac. Cela comprend une vue d’ensemble, un plan de formation pour les enseignants afin qu’ils intègrent les approches de la biodiversité dans leur enseignement au niveau du premier cycle du secondaire, ainsi que la compréhension des opportunités, des défis et des moyens possibles d’améliorer la manière d’enseigner et d’apprendre la biodiversité.

Nous encourageons cette intégration parce que l’éducation à l’environnement est aussi l’occasion de poursuivre des études, de faire carrière et de gagner sa vie. En agissant de la sorte, l’intérêt pour la biodiversité augmentera, et il y aura bien sûr plus d’engagement et de motivation parmi les personnes concernées. Cela peut conduire à une situation dans laquelle des actions seront prises à un stade plus précoce pour protéger l’écosystème et le lac.

Sao Phal Niseiy : Comment pouvons-nous réaliser cette intégration ? Quels sont, selon vous, les défis potentiels pour y parvenir ?

Chou Phanith : Je pense qu’il faut intégrer les connaissances sur la biodiversité dans le programme scolaire existant, notamment par le biais des leçons. Nous n’avons pas besoin de faire peser une charge supplémentaire sur les enseignants ou de passer beaucoup de temps à créer un nouveau programme. En outre, je pense que nous pouvons également commencer à soutenir les éco-clubs existants dans les écoles. Cela peut commencer par des activités régulières comme des exercices et des événements semestriels.

Une autre étape essentielle consiste à créer des concours scolaires ou communautaires pour les activités de conservation de la biodiversité afin d’encourager un engagement et une participation accrus.

Sao Phal Niseiy : Malgré les défis auxquels le lac Tonlé Sap est confronté, en tant qu’expert, pensez-vous que nous pouvons faire plus pour résoudre les problèmes afin de restaurer son écosystème ?

Chou Phanith : Je pense qu’avant tout, nous devrions appliquer des pratiques d’agriculture de conservation en examinant comment les chaînes de valeur agricoles peuvent améliorer les moyens de subsistance locaux et la conservation écologique.

Il est également impératif d’améliorer les chaînes de valeur agricoles en introduisant de nouvelles. Cela étant dit, il est crucial qu’un soutien financier judicieux soit introduit pour soutenir les personnes impliquées.

Une autre mesure à prendre est une application plus stricte de la loi dans les cas où les gens empiètent sur les terres naturelles ou causent la destruction de la biodiversité. Dans le même temps, les communautés de pêcheurs, dont les moyens de subsistance dépendent de la bonne santé du lac, doivent être responsabilisées. Mais il convient de noter que cela doit commencer par une approche de « cogestion évolutive » dans laquelle toutes les parties prenantes sont en mesure de participer activement à la prise de décisions et d’apprendre par la pratique.

Vie sur le lac. Photo Juan Antonio Segal
Vie sur le lac. Photo Juan Antonio Segal

Sur le front de la biodiversité, nous devons également encourager la sensibilisation et l’éducation. Par exemple, il est important d’avoir une page web pour les concours scolaires et communautaires liés aux questions de biodiversité. Et les médias sociaux comme Facebook doivent être utilisés efficacement pour l’interaction sociale entre les gens afin que ce type de connaissances puisse être diffusé et promu. En outre, pour un travail à long terme, nous devrons également inspirer des campagnes actives auprès des jeunes par le biais d’activités d’écotourisme et d’engagement communautaire.

Avec l’aimable autorisation de Cambodianess

76 vues0 commentaire