Cambodge & Enseignement : L’apprentissage en ligne remplacera-t-il les cours en présentiel ?

La pandémie a provoqué la fermeture de nombreuses écoles sur tous les continents. Pour s’adapter, les établissements du monde entier ont dû recourir à l’enseignement à distance, ou e-learning, afin d’assurer la continuité de leurs programmes.

Cette photo montre des étudiants cambodgiens assistant à un cours d’informatique dans un centre communautaire de la province de Siem Reap

La fermeture récente des établissements scolaires afin de limiter la propagation du Covid-19, a impacté plus de 1,3 milliard d’écoliers issus de 185 pays (source UNESCO, 2020). La fermeture des classes que l’on pourrait maintenant qualifier de « traditionnelles » a entraîné une augmentation sans précédent de l’apprentissage à distance, que ce soit par le biais de plateformes de ressources numériques ou de logiciels de visioconférence (source : Li & Lalani, 2020). La montée en puissance des cours en ligne interpelle sur l’opportunité de remplacer les classes traditionnelles par ce nouveau type d’enseignement (Lee, 2020).

Les avantages de l’e-learning

L’apprentissage en ligne est une méthode d’enseignement accessible par le biais des terminaux numériques tels que les ordinateurs portables, les tablettes ou les smartphones connectés à Internet. Grâce à cela, les étudiants peuvent étudier virtuellement depuis n’importe quel lieu. Durant cette période de pandémie, les cours en ligne dispensés à distance sont la seule alternative disponible pour garantir la poursuite de l’enseignement. À de nombreux égards, l’apprentissage en ligne procure de multiples avantages tant pour les étudiants que pour les enseignants.

Dans un premier temps, un accès facilité aux diverses ressources permet aux professeurs de mettre en ligne des vidéos de conférences, des présentations, des manuels, des consignes pour les devoirs et des supports de leçons. Cela offre aux étudiants la possibilité de parcourir à leur propre rythme le contenu des cours et d’étudier à tout moment et depuis n’importe quel lieu.

Deuxièmement, l’apprentissage en ligne permet une plus grande flexibilité horaire. Par exemple, les cours disponibles sur des plateformes telles que Coursera ou edX n’obligent pas les étudiants à se joindre aux cours à l’heure exacte fixées par leurs professeurs ou leur établissement : ils peuvent donc suivre les cours quand ils en ont le temps. Les étudiants ne manquent ainsi pas les leçons, même lorsqu’ils sont occupés par d’autres tâches.

Troisièmement, les étudiants et les enseignants évitent ainsi tout trajet. Les élèves n’ont plus besoin de se rendre physiquement à leur école ou leur université. Ils peuvent rester à la maison et étudier sans dépenser un cent dans les transports, tout en restant à l’abri du virus ou d’autres incidents imprévisibles.

Enfin, les étudiants ont la possibilité de s’assurer de la bonne compréhension des leçons. Dans les salles de classe, en particulier les plus grandes, les élèves assis tout au fond ou qui « font une sieste » pendant le cours peuvent en manquer les points les plus importants. Par contre, dans les sessions en ligne, les étudiants peuvent assister à la conférence autant de fois qu’ils le souhaitent, jusqu’à ce qu’ils puissent pleinement la comprendre.

Les défis de l’apprentissage en ligne

Les cours en ligne sont devenus la seule option disponible lorsque les écoles ont dû être fermées en raison du coronavirus. Cet apprentissage via des plateformes numériques a été créé bien avant la pandémie, et représentait déjà une industrie pesant plusieurs milliards de dollars lors de l’apparition du Covid-19. En 2015, comme le rapporte Forbes, ce secteur représentait 107 milliards de dollars et il était estimé que cette activité triplerait d’ici 2025 pour atteindre les 325 milliards de dollars (source : McCue, 2018). Les progrès de la technologie ne sont cependant pas sans faille et soulèvent de nouveaux défis. Alors que la pandémie a obligé les élèves à étudier virtuellement, des questions au sujet d’un apprentissage parfois inefficace (Nidheesh, 2020) et du mécontentement des étudiants se sont posées (Binkley, 2020). Voici les raisons pour lesquelles l’apprentissage en ligne ne pourra être amené à remplacer la classe en présentiel.

Les cours en ligne ne développent pas les compétences sociales

Dans les cours en ligne, les étudiants semblent moins attentifs que pendant les cours magistraux (Meyer, 2014). Ils restent devant leurs écrans, ne parlant qu’au travers de leurs appareils, et non directement comme ils le font pendant les classes en présentiel. En outre, la qualité de l’enseignement dans les salles de classe est sans doute d’un meilleur niveau, car l’environnement permet aux étudiants et aux enseignants de mieux interagir, leur permettant de travailler ensemble afin d’atteindre leurs objectifs d’enseignement et d’apprentissage (voir Kristiansen et al., 2019).

Sans socialisation, les élèves ne peuvent pas développer leurs compétences interpersonnelles. Dans les salles de classe traditionnelles, les élèves peuvent faire des exposés ou échanger des idées sans aucune barrière de communication. L’expérience d’apprentissage en classe physique est unique et ne sera jamais remplacée par d’autres styles d’enseignement. Dans les cours en présentiel, les enseignants peuvent utiliser un langage corporel tel que des gestes de la main, ou des expressions faciales exprimant des émotions, facilitant la compréhension tout en maintenant l’attention des élèves.

Ne plus pouvoir surveiller les étudiants

Dans les salles de classe traditionnelles, le professeur peut facilement garder un œil sur ses élèves, repérant ceux qui regardent par la fenêtre, qui s’assoupissent ou qui bavardent avec leurs camarades. Il ne faudra pas longtemps au professeur pour intervenir et recadrer les étudiants dissipés. Malheureusement, cela s’avère beaucoup plus difficile lors d’un cours en distanciel.

Dans les classes dispensées en ligne, les étudiants sont assis devant leurs écrans, sans que cela ne garantisse pour autant une concentration optimale. Comme l’ont démontré certaines études, les élèves sont plus susceptibles d’effectuer d’autres activités pendant les cours en ligne, comme naviguer sur internet ou les réseaux sociaux, ou bien écouter de la musique (Lepp et al., 2019). Lorsqu’il n’y a aucun contrôle de la part du professeur, la concentration des étudiants est moindre, contrairement aux salles de classe traditionnelles.

Une étude menée par le Community College Research Center de l’Université de Columbia a révélé que le principal obstacle auquel les étudiants en ligne sont confrontés est le manque d’interaction avec leur professeur (éditorial du New York Times, 2013). Lorsqu’ils dispensent des cours dans des salles de classe physiques, les enseignants peuvent faire part directement de leurs commentaires aux étudiants, et ceux-ci peuvent poser des questions afin d’obtenir des éclaircissements lorsqu’ils en ont besoin. Cela est différent lors des cours en ligne. Les étudiants doivent d’abord contacter leur professeur par message, e-mail ou chat. Ce moyen de communication pourrait les décourager de poser des questions.

D’autres problèmes existent, notamment le manque d’implication personnelle et d’interaction, ainsi qu’un sentiment d’isolation. Il a par exemple été constaté que les étudiants suivant des cours en ligne sont plus susceptibles d’échouer ou d’abandonner que lorsqu’ils étudient en présentiel (éditorial du New York Times, 2013). Une étude de Martin et Bolliger (2018) a montré que la plupart des étudiants estiment que les cours en ligne sont moins efficaces que les cours traditionnels. Il a également été constaté que les cours physiques sont à même d’accroître l’implication, la satisfaction et la motivation des élèves, ainsi que de réduire leur sentiment d’isolement.

Le problème de l’accès aux terminaux et aux connexions Internet

Les étudiants qui participent à des cours en ligne, même s’ils tâchent de rester attentifs et de prendre des notes, restent tributaires des appareils et des connexions. Certains terminaux, tels que les vieux ordinateurs ou les téléphones d’ancienne génération, peuvent ne pas se montrer assez performants pour suivre une formation en ligne. Comme l’indique l’Irish Times, qui a interrogé un panel d’étudiants à propos de l’apprentissage en ligne, une mauvaise connexion à Internet constitue un problème majeur, à même de détériorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage (The Irish Times, 2020). Cette problématique se révèle de plus grande ampleur encore dans les pays en développement qui ne disposent que d’une connexion Internet de qualité médiocre (Euro News, 2020).

En Asie du Sud-Est, le terme de « fracture numérique » peut se montrer pertinent pour définir l’inégalité d’accès à Internet dans la région (ASEANPlus News, 2020). Seuls trois pays, Singapour, Brunei et la Malaisie disposent d’une couverture Internet touchant près de 80 pour cent de la population, les autres pays de la région n’ayant qu’une couverture d’environ 60 pour cent, voire moins (Jalli, 2020).

Conception des cours et compétences informatiques des enseignants

Il existe également des problèmes liés à la conception des cours et aux compétences numériques des enseignants. Les professeurs les plus âgés peuvent par exemple avoir du mal à élaborer un cours capable d’être efficacement dispensé en ligne, ou éprouver des difficultés à faire participer leurs étudiants. Il ne fait aucun doute que le succès de l’apprentissage en ligne dépend d’un cours bien conçu, d’une discussion active et d’une interaction forte entre les étudiants et les enseignants (Swan et al., 2000). Un défaut de préparation ou une mauvaise organisation de la manière dont les cours seront dispensés peut ainsi affecter la qualité de l’enseignement.

Les cours en ligne peuvent causer des problèmes de santé

Les cours en ligne obligent les étudiants à rester de longues heures devant l’écran. Selon Hand (2018), ce type d’apprentissage serait à même d’entraîner un certain isolement des élèves, conduisant à l’anxiété et à la dépression. L’utilisation d’un ordinateur pendant une longue période peut provoquer quant à elle des problèmes physiques tels que des douleurs musculaires et articulaires et une fatigue oculaire accrue.

Conclusion

L’apprentissage en ligne est une nouvelle aventure éducative pour les étudiants et les professeurs du monde entier, qui présente de nombreux avantages. Cependant, pour que de tels cours puissent pleinement remplir leur mission, certaines conditions telles que la conception des leçons, l’accessibilité à l’enseignement, la préparation et la capacité des enseignants à rendre l’apprentissage attractif doivent impérativement être remplies. Malgré l’utilisation massive de l’apprentissage en ligne au cours de la pandémie, certains signes révèlent le mécontentement des élèves et l’inefficacité de certaines pédagogies (voir Dziuban et al., 2015).

Bien que les cours en présentiel ne soient pas possibles pendant la pandémie et que l’enseignement en ligne soit souvent la seule option, les deux types d’apprentissages ont chacun leurs avantages et inconvénients. Le chemin à suivre pourrait être la combinaison des deux méthodes, c’est-à-dire un mode d’apprentissage hybride et nouveau. Ma conviction personnelle est que l’apprentissage en ligne ne supplantera pas de sitôt la salle de classe traditionnelle.

Par Rathana Hin

Rathana Phin est stagiaire au Cambodian Éducation Forum (CEF). Il poursuit un baccalauréat en sciences politiques et relations internationales à l’Université internationale Paragon de Phnom Penh. Cet article a été initialement publié par le Cambodian Éducation Forum. Version anglaise ici…

Recevoir les articles dès leur publication

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône