Cambodge & Dossier : Le Royaume en tête des actions en faveur du climat et de la santé

Le rapport de l’Alliance mondiale pour le climat et la santé félicite les pays à faible revenu pour leurs contributions tout en critiquant les efforts inefficaces des grands pollueurs.

Mangrove de Trapaing Sangke
Mangrove de Trapaing Sangke. Photographie Christophe Gargiulo

PHNOM PENH --Le Cambodge a été classé parmi les trois premiers pays en matière d’actions en faveur de la santé climatique, selon la nouvelle évaluation des actions climatiques de l’Alliance mondiale pour le climat et la santé (GCHA).

La deuxième édition du « Healthy NDCs Scorecard », publiée le 21 septembre, qui évalue les progrès des pays dans l’inclusion de la santé dans les engagements climatiques nationaux — les contributions déterminées au niveau national (CDN) — indique que trois pays à revenu intermédiaire, le Cambodge, la Moldavie et le Cabo Verde, sont leaders pour leur prise en compte de la santé.

Le Cambodge, ainsi que la Moldavie et le Cap-Vert, obtiennent un score de 14 sur 15 dans cinq catégories, telles que les impacts sur la santé, la santé dans l’adaptation, la santé dans les « co-bénéfices », l’économie et les finances et les points bonus.

« Les CDN du Cambodge, du Cap-Vert et de la Moldavie démontrent les liens inextricables entre la santé et le changement climatique », lit-on dans le rapport, qui ajoute que la CDN du Cambodge comprend des annexes qui fournissent des informations détaillées sur les coûts et les rendements financiers des mesures d’atténuation et d’adaptation, les impacts sur la santé faisant partie de ceux pris en compte.

« Ces annexes détaillent également les actions qui peuvent être réalisées sans condition en utilisant les ressources nationales existantes, et celles qui sont conditionnées par le financement des pays donateurs », poursuit le rapport.

La directrice exécutive de l’Alliance mondiale pour le climat et la santé, Jeni Miller, a noté qu’à la suite de la publication de la première édition du tableau de bord des CDN sains en juillet 2021, de nombreux petits pays, qui sont plus sensibles aux impacts climatiques, prennent des mesures sous la forme de leurs engagements climatiques pour protéger leurs citoyens, ce qui démontre une compréhension claire de la nécessité de protéger la santé des gens.

Entre-temps, a-t-elle poursuivi :

« les gouvernements de nombreux pays à fortes émissions n’ont pas réagi de manière tangible pour faire face aux effets de la crise climatique sur la santé, bien que la santé mondiale ait été affectée par des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les inondations et les incendies de forêt »

La dernière évaluation de l’action en matière de santé climatique a été publiée avant la 26e Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26), qui se tiendra à Glasgow en novembre 2021, et après l’avertissement sévère du Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, selon lequel le récent rapport du GIEC sur le climat constitue un « code rouge pour l’humanité ».

« À l’approche de la COP26, les gouvernements doivent faire de la santé des populations la clé de voûte de leur politique climatique, en prenant et en respectant des engagements de réduction spectaculaire des GES et en intégrant la santé et l’équité dans les mesures nationales d’atténuation, d’adaptation et de financement du climat », a ajouté Mme Miller.

Dans l’intervalle, elle a appelé les pays à revenu élevé à tenir leurs promesses de fournir 100 milliards de dollars par an aux pays à revenu faible et intermédiaire pour les aider dans leur transition vers des économies plus durables.

« Ce soutien financier est essentiel pour permettre à tous les pays de jouer leur rôle en rapprochant le monde d’un avenir à faible taux d’émissions, et de renforcer la résilience qui sera bénéfique pour tous les habitants de la planète », a-t-elle souligné.

Outre les contributions financières des nations économiquement avancées, l’Alliance mondiale pour le climat et la santé a également appelé les autres pays à agir dès maintenant pour renforcer leurs engagements nationaux en matière d’action climatique afin de protéger la santé des populations, notamment en réduisant les émissions de gaz à effet de serre conformément à l’objectif de l’Accord de Paris visant à limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 degré Celsius.

Selon l’Alliance mondiale pour le climat et la santé, il convient de prendre davantage de mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre qui atténuent le changement climatique et pour accroître les « cobénéfices » pour la santé. Parallèlement, les stratégies d’adaptation doivent prendre en compte les aspects sanitaires, tandis que des systèmes de soins de santé intelligents et résilients face au climat, ainsi que des systèmes de santé publique, doivent être mis en place.

« Les investissements de relance de COVID-19 doivent également s’aligner sur une action climatique nationale saine. Pour qu’un avenir durable puisse être atteint », ajoute le rapport.

Malgré ses émissions insignifiantes de gaz à effet de serre, le Cambodge est l’un des pays les plus vulnérables à la dégradation du climat mondial, selon l’indice mondial des risques climatiques. Le pays a connu des événements climatiques extrêmes plus fréquents, notamment des sécheresses et des inondations.

Selon un récent rapport de l’UNICEF, le Cambodge se classe au 46e rang mondial des pays les plus exposés au risque climatique pour les enfants, sur 163 pays. Il indique que les enfants cambodgiens sont très exposés à la pénurie d’eau, aux inondations fluviales et aux maladies à transmission vectorielle.

Il est donc essentiel que le pays accorde une plus grande attention aux effets du climat sur la santé afin de minimiser les risques sanitaires.

Neth Pheaktra, porte-parole du ministère de l’Environnement, se félicite de cette évaluation, soulignant qu’elle peut servir de reconnaissance des efforts du Cambodge pour faire face à la crise climatique.

« Cela démontre que nos efforts dans la création de politiques nationales pour faire face à la crise climatique ainsi que notre engagement à mettre en œuvre des politiques, en particulier en termes d’adaptation au climat, ont été reconnus au niveau international », a déclaré M. Pheaktra.

Des efforts supplémentaires sont nécessaires

Bien que le Cambodge ait intégré des impacts spécifiques sur la santé dans ses cadres de politique climatique, il reste à voir s’il peut effectivement réaliser ses ambitions climatiques pour garantir la santé publique, l’engagement du Cambodge en matière de réduction des gaz à effet de serre restant non évalué.

« Le niveau d’engagement du Cambodge, du Cap-Vert et de la Moldavie en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), indispensable pour limiter la hausse de la température mondiale et donc pour protéger la santé, n’a pas encore été évalué », souligne le rapport.

« Il n’est donc pas possible de valider si le niveau d’ambition climatique du Cambodge, du Cap-Vert et de la Moldavie correspond également à leur engagement apparent en faveur de la protection de la santé. »

Le gouvernement cambodgien est régulièrement critiqué pour les opérations d’exploitation forestière illégale qui ravagent les forêts protégées, ainsi que pour ses tentatives, de plus en plus alimentées par le charbon, de fournir au pays l’énergie dont il a tant besoin. Le gouvernement a récemment donné son feu vert à deux nouvelles centrales électriques au charbon, dont l’une se trouve dans l’une des plus grandes zones protégées du pays. Alors que le gouvernement a décrété un moratoire sur la construction de barrages sur le Mékong jusqu’en 2030, d’autres barrages hydroélectriques doivent être mis en service et les barrages existants ont fait l’objet de vives critiques en raison de leur impact social et environnemental.

C’est dans ce contexte qu’un certain nombre de militants écologistes ont été condamnés à la prison pour incitation au début de l’année, après que des membres de Mother Nature Cambodia eurent cherché à sensibiliser le public aux conséquences environnementales de nombreux projets de développement dans le pays.

Lorsqu’on lui a demandé ce que le gouvernement cambodgien allait faire de plus pour s’assurer qu’il puisse obtenir des résultats en termes de protection de la santé, M. Pheaktra a répondu que le pays restait déterminé à assurer le succès de la mise en œuvre des politiques, notamment en ce qui concerne l’adaptation au climat et l’atténuation de ses effets.

« Le Cambodge est déterminé à lutter contre les effets néfastes du changement climatique et à accélérer la transition vers un modèle de développement durable, résilient au climat et à faible émission de carbone », a déclaré M. Pheaktra, ajoutant qu’il peut bénéficier de la valeur et des aspirations en faveur d’une économie plus propre, plus verte et à faible émission de carbone.

En parlant de développement, Pheaktra a également indiqué que le Cambodge préférait le modèle de développement occidental, car il permet de tirer des leçons et d’éviter les erreurs à répéter.

« Cela fournira des solutions plus nombreuses et meilleures pour le développement économique du pays, qui se concentrera sur la réduction des émissions de GES et sur des technologies plus respectueuses de l’environnement », a-t-il conclu.

Sao Phal Niseiy avec l’aimable autorisation de Cambodianess

63 vues0 commentaire