top of page
Ancre 1

Cambodge & Culture : Une troupe de Battambang à la tête d'un renouveau théâtral

L’organisation Lakhon Komnit (LKO), basée à Battambang, fait des vagues dans le petit monde du théâtre, car elle contribue à préserver et à développer le Lakhon Niyeay, une forme de théâtre traditionnel cambodgien. Contrairement aux formes classiques plus connues comme le Bassac et le Yike, le Lakhon Niyeay n’utilise ni musique ni danse, mais raconte ses histoires entièrement à travers les mots des acteurs, à l'image du théâtre occidental traditionnel.

Des acteurs de Lakhon Niyeay jouent une pièce sur l'impact des mines terrestres produite pour le groupe consultatif sur les mines (MAG) dans la province de Ratanakkiri. Photo fournie
Des acteurs de Lakhon Niyeay jouent une pièce sur l'impact des mines terrestres produite pour le groupe consultatif sur les mines (MAG) dans la province de Ratanakkiri. Photo fournie

LKO est plus qu’une simple troupe de théâtre, c’est une force de changement dans sa communauté, qui utilise le théâtre comme outil de transformation sociale.

« En regardant un spectacle de LKO, les spectateurs acquièrent souvent une compréhension inédite et plus profonde d’un groupe ou d’un problème, ainsi que des idées sur les actions qu’ils peuvent entreprendre à titre personnel pour améliorer la situation », explique Chhit Chanphireak, cofondateur de LKO.

Le terme « Lakhon Komnit » se traduit par « théâtre de la pensée » et l’organisation est animée par l’envie d’encourager les Cambodgiens à s’engager dans les thèmes de ses pièces.

« Nos spectateurs ne sont jamais immobiles et silencieux, car nous sommes spécialisés dans le “théâtre forum”. Cela signifie que nous invitons les spectateurs à interrompre la représentation, à monter sur scène et à remplacer les acteurs ou à essayer de changer l’issue de l’histoire », ajoute M. Chanphirak.

Il met également en garde contre le risque de disparition de Lakhon Niyeay en raison de la rareté des troupes de théâtre professionnelles, qui ne sont qu’au nombre de trois dans tout le pays.

Bien qu'issus de milieux difficiles, les membres de l'équipe de LKO ont tous des expériences positives avec le théâtre. Photo fournie
Bien qu'issus de milieux difficiles, les membres de l'équipe de LKO ont tous des expériences positives avec le théâtre. Photo fournie

« En tant que groupe informel d’artistes de théâtre qui sont tous des amis, nous avons commencé à mener des projets avec des femmes confrontées à la violence en 2017 », explique Chanphirak.

« Notre travail a attiré l’attention d’un donateur, qui a proposé de nous soutenir. En conséquence, nous avons pu nous enregistrer en tant qu’ONG en 2019 », dit-il.

L’objectif de l’organisation est d’intégrer « des voix non entendues » dans chacune de ses représentations, tout en créant des opportunités pour la production, la représentation et la participation de théâtre qui met en valeur des histoires personnelles de la société cambodgienne.

LKO s’associe souvent à d’autres ONG pour faire participer le public sur des sujets spécifiques. Récemment, par exemple, elle a travaillé avec le Mines Advisory Group (MAG) pour créer & Our Land, un spectacle sur les risques liés aux mines terrestres et autres munitions non explosées.

« Toutes nos pièces sont inspirées de problèmes réels auxquels les Cambodgiens sont confrontés. Que nous travaillions avec des groupes marginalisés pour partager leurs histoires ou que nous nous associions à de grandes ONG pour créer un spectacle axé sur un thème précis, notre principale source d’expérience est toujours l’expérience réelle des membres de la communauté », explique-t-il.

Une troupe de Battambang à la tête d'un renouveau théâtral

À la fin de l’année dernière, un groupe de femmes de Battambang a joué une pièce de théâtre intitulée & Silent Night (Nuit silencieuse), basée sur leur propre expérience de la violence entre partenaires. Cette représentation s’inscrivait dans le cadre des « 16 jours d’activisme contre la violence sexiste » organisés en décembre dernier.

Des membres de la communauté et des représentants du gouvernement ont assisté à la pièce et une vidéo de la représentation est disponible.

L’ONG Banteay Srei invite souvent la LKO à participer à ses événements - l’organisation a partagé & Lucky Fish dans le centre-ville de Battambang en 2019, et, & End of Love dans le district de Banan en 2021.

Chanphirak déclare que les femmes qui participaient aux programmes de LKO peuvent également recevoir un soutien, notamment des conseils juridiques et l’accès à un refuge, de la part de l’équipe de Banteay Srei.

« La violence contre les femmes et les filles est un problème urgent pour notre communauté, c’est pourquoi la LKO travaille souvent avec ce groupe cible », dit-il.

LKO a collaboré avec Partners for Rural Development (PRD) pour la pièce & Ups and Downs, qui se concentre sur les difficultés des cultivateurs de manioc.

« Nous avons récemment réalisé & Ups and Downs sur cette culture en collaboration avec PRD et l’université de Melbourne. L’année dernière, nous avons travaillé avec Samaritan’s Purse sur une campagne de lutte contre la traite des êtres humains », se souvient-il.

« C’était fascinant de voir la combinaison des arts du spectacle et des connaissances agricoles travailler ensemble vers l’objectif commun d’aider les cultivateurs de manioc à surmonter leurs difficultés », ajoute-t-il.

Une troupe de Battambang à la tête d'un renouveau théâtral

M. Chanphirak estime que le théâtre permet non seulement de renforcer la confiance et la compréhension de soi des individus, mais aussi de favoriser les discussions positives et d’aider les communautés à relever les défis.

« Dans certains projets, nous aidons les membres de la communauté à créer leurs propres spectacles qui amplifient leurs voix, tels que & Silent Night par des femmes confrontées à la violence, & Our Roads par des personnes handicapées, et & White Dress par des membres de la communauté LGBTQ+ », déclare-t-il.

LKO effectue régulièrement des tournées en dehors de sa province d’origine, Battambang, et s’adresse à des publics de Samlot, Pailin et Ratanakiri. Le groupe prévoit d'effectuer des tournées beaucoup plus importantes en 2023.

« Notre travail consiste à permettre aux membres de la communauté d’exprimer leurs préoccupations sur des questions telles que la discrimination à l’égard des LGBTQ+, l’exclusion des personnes handicapées en raison d’espaces publics et privés mal conçus, et le manque d’intervention de la communauté pour prévenir la violence à l’égard des femmes », indique Bonny Coombe, également cofondatrice du groupe.

« Nos spectateurs mentionnent souvent deux autres problèmes, même si le thème du spectacle n’aborde pas directement l’un ou l’autre », ajoute-t-elle.

L’un d’eux est l’incapacité à rembourser des prêts informels à taux d’intérêt élevé, ce qui conduit à d’autres choix risqués comme la migration sans papiers ou la recherche de ressources sur des terres connues pour être dangereuses en raison des vestiges de la guerre.

Une troupe de Battambang à la tête d'un renouveau théâtral

L’autre problème est la dépendance à l’alcool et à la drogue, qui aggrave les violences physiques subies par de nombreuses femmes et jeunes filles. LKO cherche des occasions de s’attaquer à ces deux problèmes dans un avenir proche.

Chanphirak admet que l’un des principaux défis de la troupe est que la plupart des Cambodgiens connaissent d’autres formes traditionnelles de théâtre, mais n’ont pas beaucoup entendu parler du Lakhon Niyeay.

LKO travaille donc d’arrache-pied pour créer des spectacles et des ateliers captivants et les partager avec le plus grand nombre.

« Notre objectif principal est de cibler les publics difficiles à atteindre et marginalisés dans les communautés, mais nous nous adressons également aux jeunes dans les lycées et les universités, et les enfants apprécient également nos spectacles de marionnettes », conclut-il.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page