Cambodge & Culture : Mai Vattana, parolier romantique khmer à succès

L'auteur-compositeur Mai Vathana a des racines bien modestes et a gagné son surnom de poète rural en écrivant des chansons populaires évoquant des mélodrames dans la vie des Cambodgiens ordinaires.

Mai Vattana préfère écrire des chansons traditionnelles khmères et beaucoup d'entre elles sont des ballades romantiques avec des héros ordinaires. Photo fournie
Mai Vattana préfère écrire des chansons traditionnelles khmères et beaucoup d'entre elles sont des ballades romantiques avec des héros ordinaires. Photo fournie

Vathana est né en 1976 à Battambang dans une famille pauvre, et son enfance a été difficile et pleine d’épreuves. Le succès de l’écriture de Vathana est né à l’ère des médias sociaux et une grande partie de son public écoute sa musique par le biais de plateformes comme Facebook ou de sa chaîne YouTube.

Bien que ses moyens de distribution de sa musique soient très modernes, Vathana demeure résolument « old school ».

Ses chansons sont des ballades romantiques khmères traditionnelles. Il est membre de l’Association des écrivains khmers, une organisation qui l’aide à transmettre son savoir à la prochaine génération d’auteurs-compositeurs qui, espère-t-il, « apprendront et suivront les règles de composition de la musique khmère contemporaine ».

Parcours

Né dans le village de Sdey Krom de la commune de Prek Luong, dans le district d’Ek Phnom de la province de Battambang, Vathana a abandonné l’école en 11e année, mais il a ensuite rejoint la pagode Svay Chrum, loin de sa ville natale dans le district d’Ek Phnom, pour poursuivre ses études jusqu’à l’obtention de son diplôme d’études secondaires.

Ensuite, pendant quatre ou cinq ans après le lycée, Vathana a vécu et travaillé en Thaïlande, tentant de gagner suffisamment d’argent pour économiser et avancer dans la vie, mais comme la plupart des travailleurs migrants, il arrivait à peine à survivre.

Mai Vattana
Mai Vattana. Photo fournie

Il s’est ensuite installé à Phnom Penh en 2000 et a occupé une série d’emplois manuels comme ouvrier du bâtiment, plombier, poseur de pavés, égoutier et autres, tout en vivant sous le porche d’une maison louée. En 2001, il a commencé à travailler dans une usine avec un salaire initial d’à peine 40 dollars par mois.

Malgré un horaire de travail parfois épuisant et le manque d’argent, Vathana a réussi à poursuivre ses études à l’université et a finalement obtenu en 2010 une licence en études juridiques.

Passion pour la musique

Vathana a toujours été passionné par la musique et voulait devenir auteur-compositeur. Il a donc commencé à apprendre à composer seul en étudiant dans des manuels dès l’école secondaire. Il a commencé sa carrière d’auteur-compositeur professionnel en 2014-15.

« Vers 2014-2015, j’ai essayé de rassembler mes anciennes chansons à partir de mes vieux carnets ; j’en avais perdu beaucoup, mais en possédais encore quelques-unes écrites lorsque je travaillais comme ouvrier du bâtiment ».

« Ensuite, en 2017, j’ai commencé à étudier plus sérieusement avec l’association des écrivains khmers et mes mentors là-bas m’ont appris davantage sur les bases de l’écriture de chansons et m’ont aidé à bien comprendre », dit-il.

Il se souvient de la première chanson qu’il a écrite et qui a reçu beaucoup d’échos positifs lorsqu’il l’a postée en ligne et du frisson qu’il a ressenti en sachant que d’autres personnes — des inconnus — écoutaient sa chanson et l’appréciaient.

« D’abord, j’ai commencé à écrire des chansons et à trouver des collaborateurs qui possédaient un studio d’enregistrement, j’ai rencontré Chhay Sophorn et aussi Yang Pov, un arrangeur et compositeur de musique bien connu et il m’a donné l’opportunité de me lancer.

« Les quatre premières chansons que j’ai écrites étaient Pichkheat Acid, Angreung Ovpuk, Shadow of Love Under the Factory’s Roof — c’est à ce moment-là que j’ai fait la connaissance du célèbre professeur de musique Ouk Sam Ath et de Chheam Pros Saman. C’est aussi à ce moment-là que j’ai commencé à travailler avec une chanteuse à la voix magnifique appelée Pich Chakriya », confie Vathana à nos partenaires du Post.

Chheam Pros Saman

La chanson Chheam Pros Saman parle de la vie amoureuse d’une ouvrière dans une usine de vêtements près du marché Samnang 12 dans le district de Tuol Kork à Phnom Penh.

Vathana explique que les ouvrières d’usine sont souvent méprisées par les riches et considérées comme insignifiantes. Mais, ayant lui-même travaillé dans une usine, il a voulu mettre à profit son expérience pour écrire une chanson à laquelle elles pourraient s’identifier.

Les paroles traitent du problème des ouvrières d’usine — appelées par dérision « filles d’usine » par certains — qui sont victimes de la convoitise des hommes riches qui utilisent leur argent pour les séduire, mais les maltraitent ou les abandonnent rapidement plutôt que de les épouser.

« À l’époque, cette chanson avait été écrite pour montrer la vie en usine dont on ne parle pas beaucoup et pour défendre la dignité des ouvrières, ainsi que pour interpeller ces hommes et leur suggérer d’agir avec plus de gentillesse. J’ai soumis la chanson à Yang Pov et elle a été produite le 26 juin 2016 au Bosaba Studio », raconte Vathana.

Succès en ligne

À l’époque, sa présence en ligne se limitait à moins de 10 chansons au total postées sur son compte Facebook. Yang Pov lui a suggéré de créer la chaîne et de commencer à y télécharger toutes ses compositions. La chaîne a décollé en 2018 et maintenant Mai Vathana sur YouTube propose entre 50 et 60 chansons, avec environ la moitié des chansons en audio seulement tandis que l’autre moitié sont des vidéos musicales originales.

Beaucoup de chansons de Vathana abordent des sujets traditionnels à travers la romance et l’amour. Cependant, il propose aussi des chansons traitant spécifiquement de la vie au Cambodge, de la culture khmère et de sa fierté pour le Royaume.

Technique

Selon Vathana, les chansons qu’il écrit nécessitent un travail méticuleux qui s’appuie sur les règles de l’écriture de chansons pop dans le style khmer classique, qui mêle influences locales et occidentales.

Il lui faut généralement de deux semaines à un mois pour composer les paroles, écrire une mélodie, arranger l’instrumentation de la chanson, puis faire appel à des musiciens pour l’interpréter et à un chanteur pour la compléter avec des voix. Souvent, ils enregistrent également le clip de la chanson pendant le processus de production.

« Chaque composition raconte une histoire, car nos productions khmères sont des œuvres d’art qui ont un sens. Ainsi, la production d’une chanson prend au moins deux semaines à un mois, mais l’aspect composition peut parfois ne prendre qu’un ou deux jours si l’inspiration est au rendez-vous et si l’auteur-compositeur est en forme. »

« Nous avons deux musiciens de talent, Yang Pov, qui est un technicien du son, un guitariste, un bassiste, un pianiste et un soliste expert, et Ouk Sam Ath, un auteur-compositeur et arrangeur talentueux qui a commencé comme batteur en 1959 », explique-t-il.

« Nous avons enregistré dans plusieurs studios, comme celui de Kong Piseth et le studio Live Band », ajoute-t-il.

Peu lucratif

Demandez à n’importe quel musicien et il vous dira qu’il existe un déséquilibre regrettable entre la quantité de travail produite pour écrire et produire des chansons et le montant des revenus offerts par YouTube et les autres services de streaming.

L’industrie de la musique ne paie plus comme avant, car l’avènement d’Internet — tout en révolutionnant la distribution et en permettant à n’importe quel artiste d’être entendu partout — a éliminé la nécessité de vendre des albums et les revenus qui en découlent.

Cependant, Vathana et ses collaborateurs sont d’authentiques artistes qui ne sont pas principalement motivés par l’argent mais plutôt par le soutien de nombreux fans qui aiment ces ballades traditionnelles khmères sur la romance et la vie en province.

« l’objectif principal est de documenter ces chansons que nous avons composées ensemble en tant qu’auteurs-compositeurs et avec les musiciens qui les interprètent, car cela préserve la connaissance de l’art de l’écriture de chansons khmères. Nous voulons également empêcher l’afflux ou la propagation de mauvaises influences culturelles étrangères dans l’écriture de chansons et la musique dans notre pays », confie-t-il.

En tant que compositeur authentiquement cambodgien, Vathana montre une certaine sagesse qu’il aimerait partager avec la prochaine génération d’auteurs-compositeurs khmers sur la préservation des valeurs fondamentales et la contribution à leur nation et à leur société.

« Avant de commencer une carrière d’écrivain — qu’il s’agisse d’écrire des chansons ou des romans — nous devons avoir une base solide sur la composition. Nous devons étudier sérieusement la littérature ainsi que l’art, la musique, la culture et nos traditions.

« Nous devons aussi être capables de comprendre les idées de nos aînés afin de créer nos propres compositions originales », conclut Vathana.

Pour écouter les créations de Vathana : https://bit.ly/MaiVathana

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône