top of page
Ancre 1

Cambodge & CRA : Sortir le secteur de la restauration de la morosité

En juin 2024, l’Association des restaurateurs du Cambodge a entrepris une enquête exhaustive visant à évaluer les nombreuses difficultés auxquelles est confronté le secteur de la restauration. Les résultats de l’enquête ont été révélés à la presse par Arnaud Darc, président de l’association, ce mardi matin.

Deux ans et demi après la fin des mesures de protection contre la pandémie COVID-19 et dans un contexte d’incertitude économique, le secteur de la restauration au Cambodge reste confronté à de nombreuses difficultés. L’enquête, qui sera menée chaque année, vise à fournir une base de données solide pour comprendre l’état actuel du secteur et inciter le gouvernement à apporter un soutien plus ciblé, en mettant en évidence les domaines critiques dans lesquels une intervention pourrait faire une différence significative.

Perspectives économiques du Cambodge

L’économie cambodgienne a fait preuve de résilience dans la tourmente économique mondiale, avec une croissance du PIB qui devrait atteindre 5,4 % en 2024. Toutefois, cette reprise est inégale d’un secteur à l’autre.

Alors que l’industrie manufacturière se redresse, le secteur des services, en particulier les restaurants, reste vulnérable. Les pressions inflationnistes, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et l’instabilité de la confiance des consommateurs aggravent les difficultés rencontrées par les restaurateurs.

La région de ASEAN au sens large témoigne également d’une reprise économique inégale. Alors que des pays comme Singapour et la Thaïlande connaissent une reprise vigoureuse du tourisme et des services, d’autres luttent encore contre les effets à long terme de la pandémie. Le rétablissement des flux touristiques régionaux est crucial pour les économies de la zone ASEAN, y compris le Cambodge, dont la stabilité et la croissance économiques dépendent fortement de ces secteurs.

Reprise du tourisme au Cambodge et dans les pays de la région

Le tourisme, pilier important de l’économie cambodgienne, se redresse progressivement. Le gouvernement cambodgien a pris l’initiative de promouvoir le pays comme une destination sûre et attrayante, en mettant en œuvre des protocoles sanitaires stricts et des campagnes de marketing pour rétablir la confiance des touristes.

Connue pour la richesse de son patrimoine culturel et la diversité de ses attractions, la région de l’ASEAN connaît un retour prudent, mais régulier des visiteurs internationaux.

Une analyse des arrivées internationales au Cambodge entre 2019 et 2023 met en évidence l’impact de la pandémie de COVID-19 et la reprise qui a suivi.

En 2023, le Cambodge a accueilli plus de 5 millions de touristes, dont 1,87 million par voie aérienne, contre 4,4 millions en 2019. Photo AKP
En 2023, le Cambodge a accueilli plus de 5 millions de touristes, dont 1,87 million par voie aérienne, contre 4,4 millions en 2019. Photo AKP

Cela représente une augmentation significative par rapport à l’année précédente (2,3 millions), mais reste inférieur aux niveaux prépandémiques. Le cadre de l’accord sur le corridor de voyage de l’ASEAN (ATCAF), qui vise à faciliter des voyages plus sûrs et plus fluides dans la région, devrait encore stimuler le nombre de touristes. Toutefois, la reprise complète devrait être progressive, en fonction des tendances mondiales en matière de voyages et de la gestion des nouvelles variantes de COVID-19.

Les résultats de l’enquête : Un aperçu détaillé

L’enquête de la Cambodia Restaurant Association a recueilli les réponses de 118 entreprises représentant plus de 400 restaurants dans différents segments de l’industrie, fournissant ainsi une image détaillée de l’état actuel du secteur.

Profil des restaurants

L’enquête a révélé un paysage diversifié de types de restaurants :

  • Les restaurants traditionnels et les restaurants gastronomiques : Les deux segments représentent chacun 33,1 % des répondants, ce qui souligne leur présence significative sur le marché cambodgien.

  • Restauration rapide : 25,4 % des personnes interrogées, ce qui reflète la demande croissante de services rapides.

  • Café/Bistro : 13,6 % des personnes interrogées, ce qui indique qu’il s’agit d’un segment de marché niche, mais stable.

  • Autres types : 14,4 %, ce qui témoigne de la diversité et de l’innovation au sein du secteur.

Types de cuisine et lieux

La cuisine occidentale domine, avec 51,7 % des répondants qui servent principalement des plats occidentaux, suivie par la cuisine asiatique (28,8 %), la cuisine fusion (13,6 %) et la cuisine cambodgienne (8,5 %). Sur le plan géographique, Phnom Penh est la principale plaque tournante, avec 82,2 % des restaurants situés dans la capitale. Les autres principales localités sont Siem Reap (28 %), Sihanoukville (25,4 %) et Battambang (17,8 %).

Défis opérationnels

Une proportion importante des répondants (72,9 %) sont en activité depuis plus de cinq ans, ce qui suggère que les entreprises établies sont confrontées à des défis sans précédent. Les résultats de l’enquête brossent un tableau sombre de la situation :

  • Tendances des revenus : 44,1 % des répondants ont fait état d’une baisse significative de leurs revenus au cours de l’année écoulée, reflétant les pressions économiques plus larges et la réduction des dépenses de consommation

  • Revenus mensuels : 41,5 % ont enregistré une baisse constante de leurs revenus mensuels, et seulement 4,2 % ont connu une augmentation constante

  • Fréquence de la clientèle : 42,4 % ont constaté une réduction significative de la fréquentation de leur clientèle, ce qui ajoute aux pressions financières

  • Les coûts d’exploitation ont augmenté pour beaucoup, 34,7 % déclarant de légères augmentations et 27,1 % des augmentations significatives. Le loyer (66,1 %) et le coût des marchandises vendues (64,4 %) sont les pressions les plus souvent citées.

  • En conséquence, 41,5 % des répondants ont vu leurs marges bénéficiaires se réduire de manière significative, ce qui met en évidence la pression financière critique qui pèse sur le secteur

Santé financière et conditions du marché

Les niveaux d’endettement ont fortement augmenté, 33,1 % des répondants ayant connu une légère augmentation et 27,1 % une augmentation importante. La gestion de dettes a été très difficile pour 42,4 % des répondants, ce qui indique une situation financière précaire.

L’accès au crédit ou aux prêts reste difficile, seuls 53,6 % des répondants ayant réussi à obtenir un financement à des conditions neutres ou défavorables.

La concurrence s’est intensifiée, 37,3 % des répondants faisant état d’une augmentation significative du nombre de concurrents. Cette concurrence accrue est liée à des changements dans les habitudes de consommation, 83,1 % des personnes interrogées faisant état d’une réduction des dépenses des clients. L’impact mitigé du tourisme est également notable : 31,4 % des répondants y voient un impact positif, la même proportion (31,4 %) un impact négatif, et 37,3 % n’y voient aucun impact.

Perspectives et besoins de soutien

Les perspectives d’avenir sont prudentes. Seuls 19,5 % des répondants sont très confiants quant à la croissance de leur entreprise au cours de l’année à venir. Les plans d’investissement sont prudents, 55,9 % d’entre eux ne prévoyant pas d’expansion. Les innovations telles que les nouveaux plats (67,8 %) et les promotions (64,4 %) ont été largement mises en œuvre, mais leur succès reste modéré. L’enquête souligne la nécessité d’une intervention des pouvoirs publics, les allégements fiscaux (79,7 %) et le soutien marketing (69,5 %) étant considérés comme les formes d’aide les plus bénéfiques.

Une réduction de la TVA de 10 % à 5 % est un souhait commun des personnes interrogées pour alléger les charges financières et stimuler les dépenses de consommation.

Facteurs environnementaux et sociaux

Il existe un engagement louable en faveur de la durabilité, 85,6 % des personnes interrogées adoptant des pratiques respectueuses de l’environnement. Toutefois, le coût et la disponibilité des matériaux restent des obstacles importants. L’implication de la communauté est forte : 60,2 % des répondants participent à des initiatives locales et 52,5 % déclarent que le soutien de la communauté a eu un impact positif.

Un appel à l’action

Arnaud Darc, président de l’association des restaurateurs cambodgiens, souligne l’urgence de la situation : « Le secteur de la restauration se trouve à un moment critique. Malgré notre résilience et notre capacité d’adaptation, les pressions économiques actuelles ne sont pas viables sans une aide gouvernementale ciblée. Cette enquête met en évidence le besoin urgent d’allègements fiscaux et d’aides financières pour assurer la survie et la revitalisation de notre secteur ».

Conclusion

L’enquête de la Cambodia Restaurant Association dresse un tableau clair et alarmant des enjeux auxquels est confronté le secteur de la restauration. Malgré la bonne santé générale de l’économie, l’industrie de la restauration est confrontée à de graves difficultés financières et opérationnelles. Il existe des arguments convaincants en faveur d’un soutien gouvernemental ciblé, en particulier sous la forme d’un allègement fiscal et d’une aide financière.

Alors que le Cambodge s’engage sur la voie de la reprise économique, le renforcement du secteur de la restauration sera essentiel à la stabilité et à la croissance de l’économie dans son ensemble.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page