Cambodge : Création d’un comité pour promouvoir l’éthique et le professionnalisme des journalistes

Un comité de suivi composé de représentants du gouvernement et des médias a été mis en place pour promouvoir l’éthique et le professionnalisme des journalistes.

Photographie ci-dessus : Le porte-parole du ministère de l’Information, Meas Sophorn, a déclaré que le comité, qui a été formé le 2 août, surveillera, évaluera et reconnaîtra l’application de cette éthique parmi les journalistes et les organisations médiatiques enregistrées.

Dirigé par un secrétaire d’État, le comité est composé de 14 membres, dont le président du Club des journalistes cambodgiens (CCJ) et le président de l’Alliance des journalistes cambodgiens (CamboJA).

« Le comité se concentre sur deux mécanismes importants », a déclaré M. Sophorn.

« Premièrement, il évaluera et exprimera sa reconnaissance aux journalistes individuels et aux organisations qui ont bien accompli leur devoir conformément à la loi et aux règlements ainsi qu’à l’éthique et au professionnalisme journalistiques »

« Deuxièmement, le comité s’efforcera de trouver et de punir les individus ou les organisations qui violent les normes éthiques et professionnelles. Ceci afin de s’assurer qu’ils changent leur ligne de conduite. »

Avec ces mécanismes en place, Sophorn a déclaré que le comité peut fournir des évaluations au ministère pour décider si les pratiques violent le professionnalisme et l’éthique journalistique.

Les sanctions pour ceux qui violent l’éthique et le professionnalisme seront évaluées au cas par cas et fondées sur les principes énoncés dans la loi sur la presse et les normes connexes.

Le comité fournira des recommandations au ministère qui décidera des sanctions.

Interrogé sur le fait de savoir si la formation de ce comité pouvait constituer une tentative de restreindre la liberté des journalistes travaillant sur des sujets sensibles ou critiquant le gouvernement, M. Sophorn a répondu que le comité n’avait pour but que d’approuver les valeurs et les vertus du journalisme.

« Je tiens également à souligner que ce comité n’a pas été créé pour restreindre ou menacer la liberté de la presse », a-t-il déclaré.

« Au contraire, il est formé pour évaluer les pratiques du journalisme par des individus et des organisations de médias dans le but de promouvoir les valeurs et les vertus du journalisme et de s’assurer que la profession sera appréciée par le public ».

« Je voudrais également clarifier ce point pour éviter toute confusion. Les journalistes qui exercent légalement leur profession au Cambodge sont protégés par la loi sur la presse, conformément à notre constitution. Ainsi, s’ils exercent leur métier dans le respect des lois, des règlements et de la déontologie, ils n’encourent aucune responsabilité juridique. »

Il a ajouté que c’était aux organisations de décider si leur licence serait suspendue.

Le directeur exécutif de CamboJA, Nop Vy, a déclaré que la création de ce comité répondait aux préoccupations et aux demandes du public concernant les fautes commises par des journalistes jeunes et inexpérimentés.

Cependant, il pourrait y avoir un impact sur la liberté de la presse si le nouvel organe va au-delà de ses attributions ou n’est pas lié par des principes spécifiques.

Selon M. Vy, il pourrait être bénéfique que le comité établisse un guide d’éthique ou un code de conduite applicable à tous les journalistes et à toutes les institutions.

« Actuellement, il n’existe pas de principes ou de code d’éthique communs, car les différentes institutions ont des règles internes différentes », a-t-il déclaré.

« Il est donc essentiel de pouvoir examiner, discuter et créer un code de conduite que tout le monde pourra suivre »

Vy a déclaré que pour qu’un code d’éthique soit formulé, il devrait y avoir une discussion et une consultation plus large et plus ouverte parmi les professionnels des médias, dans laquelle les diverses contributions pourraient être prises en considération.

« Ce code de conduite commun sera essentiel pour rétablir la valeur du journalisme et regagner la confiance du public dans notre travail », a-t-il ajouté.

Le comité sera également chargé de résoudre les plaintes du public concernant l’éthique et le professionnalisme. M. Vy a déclaré que cela pourrait être utile, car tout problème qui survient peut être traité sur la base de principes éthiques au lieu que les journalistes soient confrontés à des poursuites judiciaires ou à des accusations criminelles.

« Je pense que c’est un bon mécanisme d’utiliser un code de conduite comme principe pour résoudre les problèmes et éviter de prendre des mesures sévères contre les journalistes, notamment par le biais du Code pénal », a déclaré Vy.

« Le travail de journalisme n’est pas un crime. Les journalistes écrivent uniquement pour fournir des informations et agissent comme des messagers. Les poursuivre pour un comportement éthique va à l’encontre des libertés fondamentales. »

En termes de sanctions, M. Vy a déclaré qu’il existait des processus disciplinaires dans d’autres professions pour ceux qui se comportent mal ou violent les principes éthiques.

Romdoul Chetra et Sao Phal Niseiy avec l'aimable autorisation de Cambodianess

43 vues0 commentaire