Cambodge & COVID-19 : Le défi économique pour les femmes du Royaume dans l'ère post-pandémique

Comme d’autres pays de la région du Mékong, l’économie du Cambodge est principalement tirée par l’industrie de la confection et le secteur agricole, suivis par ceux du tourisme et de la construction, qui créent un taux élevé d’emplois informels. Dans ces secteurs, les femmes sont surreprésentées et subissent une ségrégation professionnelle à caractère sexiste.

Cambodgiennes de Phnom Penh. Photo CG
Cambodgiennes de Phnom Penh. Photo CG

La ségrégation horizontale signifie que les femmes et les hommes ont tendance à travailler dans des professions, des industries ou des secteurs différents, tandis que la ségrégation verticale correspond à des positions, des responsabilités et des opportunités inégales (Banque mondiale 2019).

Pour illustrer cette ségrégation horizontale par des chiffres démographiques au Cambodge, 77 % des 750 000 travailleurs des usines de confection sont des femmes (CARE et al. 2020 b, 12-13). De même, une majorité des employés des secteurs du divertissement et du tourisme sont des femmes, dont environ 34 000 travailleuses du secteur du sexe. Les Cambodgiennes sont plus vulnérables aux licenciements et à la perte de leurs moyens de subsistance en raison du COVID-19, car elles occupent des emplois moins sûrs et moins formels que les hommes, sans compter qu’elles disposent de moins d’alternatives pour générer des revenus (Tamesis 2021).

Contexte

Dans le cas du Cambodge, les ségrégations horizontales et verticales peuvent s’expliquer par de nombreux facteurs différents, notamment l’inégalité d’accès à l’éducation, les normes sociales et les rôles traditionnels des hommes et des femmes, et d’autres inégalités préexistantes. En ce qui concerne l’éducation et les opportunités de compétences pour les femmes au Cambodge, il est devenu évident que les femmes ont moins de possibilités de réseautage et de financement, et que celles-ci ont tendance à recevoir moins d’éducation dans les domaines techniques, mathématiques et numériques. Par conséquent, elles ont moins d’options concernant les secteurs dans lesquels elles peuvent entrer et moins d’opportunités d’atteindre des positions élevées dans leurs carrières. Néanmoins, certaines Cambodgiennes ont réussi à transformer la crise en opportunités et ont numérisé des modèles d’entreprise à succès (KAS et coll. 2020).

Jeune maman de Phnom Penh. Photo CG
Jeune maman de Phnom Penh. Photo CG

La fermeture des écoles est un autre impact négatif important de la pandémie de COVID-19 sur les femmes. D’une part, il est difficile pour les femmes d’entrer sur le marché du travail avec un faible niveau d’éducation, mais d’autre part, il est particulièrement difficile pour les filles de poursuivre ou de reprendre leurs études. Au Cambodge, les écoles ont été fermées pendant neuf mois sans date précise de réouverture en raison de l’imprévisibilité du COVID-19 (UNICEF 2021), ce qui a conduit à ce que la plupart des femmes dans les familles soient responsables de l’éducation des enfants à domicile.

Cela s’ajoute aux soins non rémunérés et aux responsabilités domestiques. Un autre problème est que l’économie post-pandémique n’offrira que peu d’opportunités aux femmes qui souhaitent retourner sur le marché du travail, le plus souvent dans le secteur informel ou dans des conditions défavorables (Ambassade de Suède 2020).

« Le Cambodge présente le taux d’emploi informel le plus élevé par rapport aux autres pays du Mékong, avec 94 % pour les femmes, contre 87 % pour les hommes »

Dans les pays voisins comme le Myanmar et la Thaïlande, le pourcentage est plus faible, avec respectivement 87 et 37 % de femmes travaillant dans le secteur informel (CARE et al. 2020 b, 12-13). Au Cambodge, deux tiers des micro, petites et moyennes entreprises (MPME) appartiennent à des femmes, et la plupart ne sont pas enregistrées. C’est pourquoi moins de femmes sont susceptibles de bénéficier des mesures gouvernementales, par exemple du fonds de financement des PME pour les entreprises enregistrées (Oxfam 2020).

Les stéréotypes et les inégalités entre les sexes, associés à la ségrégation professionnelle fondée sur le sexe, peuvent encore intensifier les risques et les vulnérabilités des femmes pendant la pandémie et ses suites (Estrada et al. 2020). Les femmes sont plus vulnérables en raison d’une interaction entre les inégalités entre les sexes, les rôles traditionnels et d’autres facteurs qui se croisent dans le cadre plus large du développement socio-économique. Tous ces facteurs peuvent entraîner des risques et des vulnérabilités accrus pour les femmes pendant et après la pandémie.

Réponse à la problématique du genre au Cambodge

Lorsque la pandémie a frappé, le gouvernement royal du Cambodge (GRC) a immédiatement lancé le plan directeur COVID-19 qui prévoit de renforcer le système de santé, d’apporter un soutien aux travailleurs et aux entreprises et d’allouer des transferts en espèces aux ménages pauvres et vulnérables (ADB 2021). Bien que la prise en compte du genre n’ait pas été directement reflétée dans les politiques et stratégies lors de la formulation et de la mise en œuvre du plan directeur, les femmes font partie des segments vulnérables ciblés.

Les mécanismes existants de lutte contre la pauvreté et d’aide sociale, tels que ID Poor et le Fonds national de sécurité sociale, peuvent contribuer à atténuer les impacts et à assurer la sécurité des revenus des Cambodgiens qui ne font pas partie du système de protection national et qui travaillent, par exemple, dans le secteur informel dont les employés sont principalement des femmes. Par exemple, ceux qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie bénéficient d’une aide au revenu de 40 dollars par mois de la part du gouvernement et de 30 de la part de leurs employeurs, afin de les protéger contre un retour à la pauvreté (BM 2020, 20). Il s’agit d’un exemple qui montre que l’intégration de la dimension de genre n’a pas encore été pleinement mise en œuvre dans les politiques du Royaume.

« Cependant, les ministères de tutelle ont fourni des efforts en matière d’intégration de la dimension de genre pendant la pandémie »

Par exemple, un projet du ministère de la Santé produit une série de supports de communication Covid-19 qui tiennent compte de la dimension de genre et incluent des messages sexospécifiques. Par ailleurs, le ministère des Affaires féminines qui a pour mandat national de promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, s’emploie à définir des approches d’intégration de la dimension de genre et planifie stratégiquement des mesures concrètes pour répondre aux impacts négatifs de la pandémie sur les femmes et les filles et les groupes vulnérables.

Le ministère des Affaires féminines rédige actuellement un document de travail intitulé « Leading the Way for Gender-Responsive by addressing the 3Ps – Policy Framework of Post-COVID-19, Partnerships and Priorities ». En ce qui concerne le cadre politique, le ministère adoptera le plan opérationnel triennal, sous le titre « Plan de relance économique 2021-2023 : Reprise, Réforme et Résilience », pour répondre à la pandémie dans le Royaume. Le ministère a créé et fait fonctionner le groupe de travail sur la protection sociale sensible au genre pour assurer une collaboration plus active et une réponse aux sujets liés au genre dans le Conseil national et les plans de protection sociale.

Coiffeuse de Phnom Penh et son fils. Photo CG
Coiffeuse de Phnom Penh et son fils. Photo CG

En général, le ministère s’associe à d’autres ministères de tutelle, au secteur privé et à des organisations non gouvernementales telles qu’Oxfam et les agences des Nations unies pour promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans le cadre de la politique économique et sociale numérique du gouvernement et du Fonds de développement de l’entrepreneuriat. Il travaille également par le biais de mécanismes sectoriels d’intégration de la dimension de genre en se concentrant, entre autres, sur le renforcement des capacités en matière de protection sociale, en soutenant les études et les recherches liées aux soins non rémunérés, au travail domestique et à l’économie des soins, et en soutenant le développement de l’entrepreneuriat féminin.

En outre, le ministère a défini des domaines d’action prioritaires pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, tels que la promotion des femmes et des filles dans l’éducation STEAM (une approche éducative de l’apprentissage axée sur les sciences, la technologie, l’ingénierie, les arts et les mathématiques), l’accélération de l’autonomisation économique des femmes, en particulier dans les communautés et les zones rurales, et le développement du leadership des femmes dans les secteurs politique et public et l’intégration de la dimension de genre dans le changement climatique, entre autres.

En outre, le ministère a lancé le troisième plan d’action national contre la violence à l’égard des femmes en 2020 afin de prévenir et de combattre toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles. Le plan favorise également la sensibilisation du public à ces questions, élargit les opportunités socio-économiques et renforce la participation et la responsabilité. Ces plans d’action seront un moteur pour la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes et pour le renforcement de l’engagement et de la participation des femmes dans les plans de redressement post-pandémie « pour reconstruire en mieux » dans tous les secteurs, conformément aux priorités fixées par le gouvernement et tous les acteurs concernés.

Comme ces plans d’action viennent d’être mis en œuvre, leurs résultats ne sont pas encore disponibles pour une évaluation.

« Tous les plans et cadres relatifs aux politiques sensibles au genre concernant les impacts de la pandémie ne peuvent être mis en œuvre si l’économie elle-même ne se redresse pas »

Toutefois, des progrès peuvent être réalisés en élargissant l’accès des femmes aux services publics pendant la pandémie en tirant parti des nouvelles technologies. Par exemple, les femmes ont davantage accès aux services de santé par voie numérique. Des informations utiles sur la santé sexuelle et reproductive sont devenues plus disponibles grâce au soutien technique du ministère de la Santé (UNFPA 2020). En outre, les femmes ont davantage accès aux services de soutien en matière de santé mentale, où elles apprennent à traiter les problèmes de santé mentale et à atténuer les risques de violence sexiste (OMS 2020).

Ces services de santé numériques s’améliorent à la lumière de la pandémie, favorisant l’autonomisation et la sécurité des femmes, de leurs familles et des communautés. Pour aller de l’avant, le Cambodge doit encore renforcer ses institutions afin de soutenir l’intégration de la dimension de genre et le redressement sensible au genre en institutionnalisant le développement des ressources humaines avec les parties prenantes externes, les ONG et le secteur privé.

Renforcer l’autonomie des femmes dans le relèvement post-pandémique

Si l’on considère l’étude de cas du Cambodge, les recommandations relatives à l’autonomisation des femmes dans la région du Mékong et dans l’ensemble de l’Asie du Sud-Est sont similaires aux réponses mondiales à la pandémie. L’ONU a recommandé trois priorités aux décideurs politiques pour contrer les impacts du COVID-19 sur les femmes (ONU Femmes 2020b), qui sont les suivantes :

  • Premièrement, assurer une représentation égale des femmes dans tous les processus de prise de décision et de planification des réponses liées au COVID-19 ;

  • Deuxièmement, s’attaquer à l’amélioration des conditions d’emploi dans l’économie des soins — rémunérée et non rémunérée ; et aborder l’amélioration des conditions des emplois dans l’économie des soins — rémunérés et non rémunérés ; et

  • Troisièmement, inclure la perspective internationale de genre dans toutes les contre-mesures socio-économiques, de l’aide financière aux programmes de protection sociale.

En Asie du Sud-Est, plusieurs organisations et initiatives régionales ont travaillé à l’autonomisation des femmes et des filles et à l’inclusion de la perspective de genre, qui sont également pertinentes pour contrer les défis actuels posés par la COVID-19. Par exemple, le Comité ministériel de l’ASEAN sur les femmes et le Réseau des femmes entrepreneurs de l’ANASE ont établi plusieurs formats régionaux qui pourraient aider à contrer les impacts socio-économiques de la pandémie sur les femmes de la région.

Le Cambodge se préparant à assumer la présidence de l’ASEAN en 2022, il pourrait prendre la tête du prochain sommet des femmes dirigeantes de la communauté, qui s’est tenu pour la première fois sous la direction du Viêt Nam en 2019, afin de promouvoir le développement de l’entrepreneuriat féminin.

Thaung Thyda, entrepreneuse cambodgienne. Photo CG
Thaung Thyda, entrepreneuse cambodgienne. Photo CG

En outre, la Commission du Mékong (MRC) a commencé à intégrer la dimension de genre depuis 2000. Comme les femmes contribuent énormément à la nutrition, à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance des familles le long du Mékong, elles sont plus négativement affectées que les hommes par les inondations et les sécheresses.

« La MRC reconnaît l’importance de l’égalité des sexes pour le développement durable dans le bassin du Mékong et vise donc à accroître le développement économique et social équitable »

Par exemple, la « Stratégie de développement du bassin du Mékong 2021-2030 et le Plan stratégique de la MRC 2021-2025 » montrent l’importance des politiques sensibles au genre dans tous les rapports (MRC 2021). Ces engagements existants offrent la possibilité de surveiller les effets de la pandémie actuelle de COVID-19 sur les femmes et fournissent une base pour améliorer le développement des politiques et les réponses dans les pays respectifs du Mékong. En outre, la MRC devrait accroître et poursuivre ses efforts de promotion de l’égalité des sexes et d’intégration de la dimension de genre en ce qui concerne la durabilité de ses mesures.

Les défis et les risques auxquels les femmes et les filles de la région du Mékong sont confrontées en raison du COVID-19 ne sont pas très différents de ceux de la plupart des régions du monde. Au cours de la période de redressement post-pandémique, afin d’autonomiser les femmes dans tous les secteurs et surtout de les aider à réintégrer l’économie, tous les pays du Mékong doivent continuer à aller de l’avant, non seulement en mettant en œuvre l’intégration de la dimension de genre dans tous les ministères de tutelle, mais aussi en créant un environnement économique durable pour que les femmes puissent revenir et prospérer sur le marché du travail.

« Cela n’est possible que si les femmes ont les mêmes chances que les hommes et peuvent accéder à un travail décent sans ségrégation professionnelle ni stéréotypes fondés sur le genre »

Pour parvenir à un véritable changement de paradigme, toutes les mesures de relance doivent inclure les femmes, qu’il s’agisse des allocations de chômage ou de l’accès à l’éducation.

Enfin, il faut s’attaquer aux obstacles qui empêchent les femmes d’accéder à des emplois mieux rémunérés et plus qualifiés dans nos sociétés et nos familles. Il ne faut pas accepter que les femmes et les filles souffrent davantage des impacts socio-économiques de la pandémie simplement en raison de leur genre.

Isabel Weininger and Likhedy Touch

Asian Vision Institute et Konrad Adenauer Stiftung. Mekong Connect.

127 vues0 commentaire